chroniques et interviews metal

626Raven (UK) : Walk Through Fire

posted by admin on mai 17th, 2010

Raven (UK) : Walk Through FireLa troupe de survivants du NWOBHM se sera encore fait attendre depuis leur dernier opus “One For All” daté de 2000. Il faut dire que la nuée de corbeaux n’a pas véritablement brillé sur la scène du heavy metal. Les années 80 sont bien loin derrière. On aurait même cru le groupe totalement révolu. Non les corbeaux, qui sont des oiseaux pouvant vivre centenaires, s’accrochent et pondent un album qui s’annonce brûlant par sa couverture et par son titre. Un nouvel album est toujours une opportunité pour un groupe ancien de se rappeler au cher public et de suivre de près les têtes d’affiche. C’est une chance aussi pour un groupe catalogué comme “moyen” de remonter dans notre estime et de faire taire les critiques. Il faut pour celà que “Walk Through Fire” soit tout feu tout flamme, comme espéré, et que “Raven” ne fasse pas de fausse prétention.

“Against The Grain” ouvre assez bien le bal après une petite minute d’attente d’intro. Le titre commence dans la manière sur des riffs transcendants, jusqu’aux premières paroles prononcées par John Gallagher. Là on fronce un peu les sourcils. Le chant suit à peu près le rythme pressé des guitares, sauf lors du refrain où il est totalement décalé. La guitare et la basse garantissent la solidité du titre avec des riffs, certes un peu faciles, mais plutôt tranchantes. On est pas vraiment convaincu pour autant, mais la suite de l’album va démontrer que “Against the Grain” est l’un des meilleurs titre de la galette, sinon le meilleur.

Walk Through Fire” compte néanmoins quelques autres bons titres, comme “Long Day’s Journey” ou “Trainwreck”, avec une attention particulière sur la qualités des riffs avec de bons enchaînements de guitare. Mais c’est encore loin d’être les hits du moment. “Bulldozer“est aussi à remarquer. Elle offre une musique plus mécanique, plus intimidante. Le chant y est plus efficace encore. La voix est ici sensuelle et provocatrice. C’est un titre réjouissant réalisé avec une certaine ostentation et provocation.

Pour ce qui est du reste de l’album celà n’est pas du tout convaincant. Des titres qui paraissaient inspirés sont plombés par des prestations assez piteuses. Le chant en est le principal fautif. John Gallagher suit de loin et avec difficulté un rythme qui n’est pas si rapide. La voix est souvent essoufflée, étouffée voir complètement décalée. Ce qui aurait été présumé comme le titre phare de l’album “Walk Through Fire” part littéralement en petites fumées. Il manque sérieusement de vitalité. Le groupe s’emporte un tout petit peu sur le refrain, un regain de virulence qui ne prendra pas. Le chant y est désaxé, poussif et totalement dépassé.

Armaggedon” a, lui, une musique attrayante, mélancolique puis diabolique. Mais le refrain et la pâle prestation du chant fout tout en air. A l’entendre il est difficile de croire en une situation de fin du monde, mais plutôt à un dîner chez les Bisounours.

Les instruments ne sont pas non plus exemptés d’une certaine médiocrité bien qu’ils s’en tirent mieux. On remarque une linéarité énervante dans les mélodies. Les riffs sont souvent peu originaux. On a l’impression de les avoir déjà mille fois entendus. Ils paraissent même surfaits par endroit, comme sur le très décevant “Grip”, qui pour le coup nous met dans l’idée que le groupe l’a enregistré sous l’effet de la grippe porcine. “Space Station 5″ reprise d’un titre du groupe antédiluvien, “Montrose” n’est pas non plus somptueux, c’est même assez affligeant, aussi bien dans le choix de ce titre que dans son interprétation par “Raven“. Pareil pour le titre live “The King“, marqué lui par de gros défauts au niveau du son. La guitare n’y est pratiquement pas audible.

Le lecteur attentif du livret de la galette pourra s’apercevoir que l’on y a mis les paroles d’un certain “Necessary Evil” que l’on ne trouve sur aucune piste de l’album.

A l’écoute de l’album et après mûre réflexion, “Raven” semble avoir perdu de son beau plumage. Les vieux oiseaux ont fait leur temps et épuisé leur ressources. J’ai naïvement cru que le groupe se réveillerait de ses cendres et nous réaliserait une flambée, mais le feu n’a pas pris.

11/20

 

 

You must be logged in to post a comment.