chroniques et interviews metal

568Scorpions : Savage Amusement

posted by admin on mai 25th, 2010

Scorpions : Savage AmusementSuivant une série de millésimés, “Savage Amusement” a été produit en 1988, au summum de la gloire et du prestige de “Scorpions“. Ce 10ème album studio a été un monument historique pour la formation. Ce n’est certes pas l’album qui s’est le plus vendu, mais c’est celui qui a percé le plus haut dans les charts (5ème dans les charts US). “Scorpions” fait ici un carton et exploite le meilleur de ses possibilités.

La musique élaborée dans l’album est à l’image de la femme fatale de la couverture; détendue, séduisante, mais aussi intimidante et ne montrant aucun signe de fragilité.

L’écoute du phénomène est à tomber à la renverse. Voilà un remède radical pour ceux qui souffrent de non initiation au hard et au metal.

Scorpions” débute sans état d’âme et sans faire la moindre sommation. On rentre directement sur du très lourd avec l’impressionnant “Don’t Stop at The Top”. C’est un titre riffé et d’une technique incroyable. On se rapproche des chansons énergisantes et du très fameux “Eye of The Tiger” de « Survivor », mais en plus électrique. D’ailleurs “Don’t Stop at The Top”aurait bien plus remplacer cette chanson pour le film “Rocky III”. C’est une chanson regonflante, transcendante. De quoi assommer les têtes dures et écrouler les murs.

Ce qui suit fait moins dans le costaud et le tout en muscle, mais plus dans la passion et l’affectif, avec à nouveau deux énormités figurant souvent désormais dans les Best of du groupe. “Rhythm of Love” et “Passion Rules the Game“. Le chant de Klaus Meine prend plus d’envergure sur les instruments. Cette voix assimilable entre tous, peut être à la fois plus mielleuse pour ce genre de chansons, et très puissante et coupante sur des compositions plus vigoureuses.

Klaus Meine est parfait, il n’y a pas d’autre mot, à l’apogée de son chant. Sa voix est époustouflante, parmi les meilleures au monde, toutes catégories musicales confondues.

Après ces sommités, on pourra en revanche être un brin confus par la composition déroutante de “Media Overkill“. On y utilise avec aisance et de manière un peu abusive le synthé. On pourrait même croire sur certains passages entendre du “Queen”. Heureusement le refrain plus classique au groupe, nous fait retrouver la magie haute définition de “Scorpions“.

Ils ont le don de réaliser de superbes refrains, faisant de ces titres de véritables hits tout public. Exception faite de « We Let it Rock…You Let it Rock » et de « Every Minute Every Day », qui ont des refrains plus moyens et moins emballants que les couplets, bien que d’autres groupes s’en seraient contentés. C’est surtout dommage pour « Every Minute Every Day » qui est tout simplement sublime avec un Klaus Meine performant, bien couvert par la guitare.

« Love on The Run » et « Believe in Love », les deux derniers titres, sont deux facettes différentes d’un même visage. Ils sont d’un niveau à peu près équivalent. Le premier de ces deux titres suit un rythme endiablé avec un chant impulsif et rageur. Sur « Believe in Love » l’amour est sentimental. C’est un titre ballade bien structuré qui pourrait faire fondre les plus belles. Donnez vous le mot les mecs. « Scorpions » nous montre encore leur grande intelligence dans la production de titres à tendance commerciale, plus tendres, sans pour autant trahir l’esprit du hard.

Le scorpion vient encore une fois nous inoculer de son venin mortel. « Savage Amusement » est un album légendaire d’un groupe légendaire. Une œuvre titanesque comptant de sérieux hits. Il y a de quoi enrager de jalousie les groupes de pop et de RnB estimés à l’excès. Ceux-ci n’atteindront jamais le niveau musical qu’a atteint « Scorpions au cours des années 80, j’ai dit.

17/20

 

 

You must be logged in to post a comment.