chroniques et interviews metal

558Primal Fear : Live in the USA

posted by admin on juin 8th, 2010

Primal Fear : Live in the USAPrimal Fear” nous délecte enfin d’un album live en 2010. Celui-ci a été enregistré lors de la tournée américaine de l’album contreversé “16.6“, en septembre 2009, à Los Angeles et à Atlanta. Un live de ce groupe permet à ceux qui n’ont pas eu l’immense privilège de les voir en concert de s’extasier de la qualité de leur prestation. Le live est pour beaucoup de formations une réelle difficulté. Il faut interpréter les titres fidèlement sans que celà soit trop attaché à ceux de la galette studio, afin que l’adaptation en public apporte véritablement un plus. Le problème à résoudre repose également sur la qualité de production du son et la synchronisation des instruments. C’est essentiel pour qu’un groupe de cette envergure ne soit pas tourné en ridicule. “Primal Fear” remplit parfaitement ces différents points, à quelques éléments près.

Ralf Scheepers se montre ici discipliné, parfois plus décontracté et nonchalant comme sur le titre “Under The Radar”. On peut affirmer qu’il a le mérite d’interpréter très fidèlement les chansons du groupe sans accros et en grand professionnel. Ce n’est un grand boute-en-train et on passe rapidement d’une piste à une autre. Mais ce n’est pas bien grave, au contraire, on gagnerait plus de temps pour écouter les différentes chansons. Les guitares aussi se tiennent à leur registre, mais avec un soupçon de dégagement.

Primal Fear” a fait le choix des States pour ce live, car il faut le dire, l’équipe est déjà bien habitué à la scène de là bas. Les américains sont un public de connaisseurs, souvent difficiles à convaincre (surtout lorsqu’il s’agit d’européeens continentaux en concert). Il est bien reconnu qu’n succès dans ce pays vous ouvre la voie des majors et de la reconnaissance mondiale. Hormis celà, L’observateur attentif que nous sommes remarquera l’absence de Magnus Karlsson, remplacé par Alex Beyrodt à la guitare.

Live in the USA” comprend pas moins de 6 titres sur 14 issus de l’album “16.6“. Celà ne plaira peut être pas aux détracteurs de cet album studio. Ils pourront toutefois se rassurer, en leur signalant que ces différents titres bénéficient, grâce à la magie du concert, d’un son moins aseptisé, en total conformité avec un heavy metal authentique. La voix peut d’un premier abord paraître un peu effacée. Il faut dire que les musiciens jouent forts et parviennent même à couvrir le public, le rendant quasimment inaudible jusqu’à la fin de la prestation.

Le plaisir que l’on a à écouter ce live se limite toutefois à des titres peu indispensables, comme le titre de l’album “16.6” “Six Times Dead” bien que régulièrement interprété, ne mérite même pas d’être repris en live, et encore moins sur une galette. C’est pareil pour “Hands of Time” au rythme anorexique pop rock. Le public clape des mains au début sous la demande empressé de Ralf, mais le déroulement finit d’endormir la salle, et l’auditeur de l’album en prime. On pourra constater, toujours dans la part de négatif de “Live in the USA“, que des titres incontournables qui ont jusque là toujours été performants en concert comme “Nuclear Fire” et “Final Embrace”, ont une adaptation légère, perdant radicalement en impact. L’interprétation faite de ces titres est distante; des couplets passent à la moulinette. Le refrain reste néanmoins le moment fort et sauve en quelque sorte les meubles. On sent au travers ces quelques titres une certaine lassitude du groupe à jouer des chansons maintes et maintes fois reprises en concert.

Hormis ces quelques déconvenues, pas bien méchantes et assez marginales dans le lot, la majorité des pistes lancées tour à tour marquent les étapes d’une conversion à “Primal Fear“. La qualité de la plupart des prestations est pour l’ensemble remarquable s’agissant d’un live. On retient particulièrement les titres “Before Devil Knows”, “Sign of Fear”, “Riding The Eagle” ou le vétéran “Chainbreaker”.

On peut conclure de “Live in the USA” que celui-ci est un bon album live, plein de vigueur et de ressource, même si on a le sentiment que “Primal Fear” perd un peu de niveau de jeu. Le mérite de cet album est qu’il permet de redécouvrir “16.6” sur un autre angle et d’écouter un groupe talentueux en concert.

14/20

 

 

You must be logged in to post a comment.