chroniques et interviews metal

2917Evenpath : IX5VI2

posted by admin on août 10th, 2012

Evenpath : IX5VI2Nouveau venu dans une scène heavy mélo/sympho déjà bien chargée, « Evenpath » s’établit en 2010 du côté de Lyon, bâti par deux transfuges de la formation metal symphonique française « Bel O Kan ». L’ex-chanteuse de « Bel O Kan », Sarah Liodenot , ainsi que Nicolas Deplanche son actuel claviériste, ne tarderont pas à recruter d’autres membres afin que le projet naissant se concrétise. Plusieurs morceaux avaient déjà été composés. C’est avec le concert de tous les membres que certaines se ces compositions seront révélées au grand public par un premier EP, préparant ainsi le futur album à venir. « IX5V12 », qui comprend 4 des 10 prochains titres que devrait compter l’album, fait donc figure de test pour « Evenpath ». Le stress-test révèlera de nombreuses fissures que le groupe devra impérativement combler.

« Glory », le premier titre qui vient à nos oreilles, n’est pas la gloire espérée, juste un « Nightwish »-like aux sonorités artificielles très prononcées. Musicalement, le tout paraît plutôt étoffé et élaboré. On retient la mélancolie ambiante, le sens de la mélodie. Seulement, le jeu paraitrait improvisé. Le chant de Sarah, qui constitue l’organe essentiel et vital de ce corps, ne vibre que faiblement et sans réelle assurance. De la prestance, de l’énergie que diable! Notre timide et timoré Sarah ne sortirait véritablement de ses gons que sur « The Nightmare », jouissant d’une puissance mélodique assez édifiante, mais encore modeste pour se mesurer à de grosses formations du genre. Cette relative puissance ne nous parviendra qu’après une langoureuse entame piano partant un peu dans du « Evanescence ».

Le titre « Haven » s’impose aussi par sa fougue, par son fort élan mélodique. Mais cette fois, le chant ne parviendrait plus vraiment à suivre le courant. Sarah se verrait emportée par un déluge cristallin à la « Sonata Arctica ». L’influence finlandaise est indéniable. Le clavier use des effets de chœurs et de sonorités cristallines. « Mess’anger » est le titre le plus marqué par cette influence. Il se montrerait comme les autres morceaux tout aussi laborieux et évasif. Difficile de se prendre au jeu en face de ce qui pourrait nous sembler un manque d’envie, d’imagination.

Les difficultés liées à la production et le fait qu’il s’agit là d’un premier petit essai, devront être pris en compte avant d’établir un jugement définitif de cet ouvrage. Malgré tout, le contenu, bien qu’usant d’artifices mélodiques des plus potables, figurera comme poreux et peu sensible. On aurait préféré un chant plus transcendant, plus communicatif, plus emporté parfois. Une composition plus originale et éloignée des sentiers battus mille fois explorés aurait été aussi préférable afin qu’« Evenpath » puisse tirer son épingle du jeu. L’album qui s’annonce pourrait tout contredire. Néanmoins, s’il s’inscrit dans la même teneur que ce « IX5V12 », « Evenpath » sera quasi obligé de revoir l’ensemble de ses plans sous peine de se perdre dans la vaste forêt du metal mélodique.

11/20

 

Comments are closed.