chroniques et interviews metal

3154Prime Evil : Evilution

posted by admin on octobre 23rd, 2012

Prime Evil : EvilutionCertaines retrouvailles avec le passé peuvent s’annoncer bénéfiques. On avait perdu la formation new-yorkaise « Prime Evil » dans la période bouillonnante de la fin des années 80-début des années 90. Elle revit désormais dix longues années de silence après la sortie de la compilation « Unearthed ». 2010 est l’année du renouveau, le groupe de thrash death réunit son ancien line-up, mais très vite et suite à quelques concerts dans la ville de New-York, le chanteur Andy Eichhorn et le guitariste Mike Usifer se retrouvent seuls. Grand bien leur fasse, les plus courageux poursuivront ce projet sorti des cendres et produiront l’EP 3 titres « Evilution » sous l’égide du label français Infernö Records. Une simple écoute de ce concentré de rage et de violence leur donne raison de poursuivre leurs travaux.

Même en l’absence de vraie batterie (Dave Powers s’est chargé de synthétiser la batterie) le groupe parvient à imposer un véritable déchainement musical, une force brute, presque un rideau d’acier. Sur les titres « Crucifixion Aftermath » et « Evilution Decree », la puissance thrash metal parait insurmontable. On n’hésite pas à comparer la performance à l’omnipotent « Slayer », néanmoins on devra atténuer ce jugement car seuls les tortillements fous de la guitare de Mike feront directement songer à cette grande maison du thrash metal. Le chant d’Andy rageur à souhait, pas vraiment loin du growl, s’emballera occasionnellement en symbiose avec la rythmique pour devenir strident. « Evilution Decree » se montrera plus abordable que « Crucifixion Aftermath ». Son degré de violence est amoindri. Son jeu est pour autant aussi nourri et abrasif.

Le death metal n’est utilisé sur ce mini volume qu’à faibles doses, cependant « Barbarick Rites » ressortirait davantage le style par un son plus épais, allant même jusqu’à ressembler à du « Autopsy ». Les riffs, suivant une torpeur lente et agressive, se font précis, écrasants. Une seule accélération subite sortant de nulle part peu après le milieu de piste rendra la formule instable.

Le duo Eichhorn/Usifer nous fait un travail de composition et une prestation remarquables alliant la rapidité du thrash metal à la puissance bestiale du death. Il est encore temps de rattraper son passé. Cet EP enregistré au Starr Ridge Studios (appartenant au coproducteur David Powers) fait espérer la réalisation d’un premier véritable album tout feu tout flamme. L’Evilution est en marche.

15/20

 

Comments are closed.