chroniques et interviews metal

3427Heidra : Sworn to Vengeance

posted by admin on février 16th, 2013

Heidra : Sworn to VengeanceLe pagan à tempérament power metal, accès sur de longs développements mélodiques est plutôt originaire de la Finlande, un pays incontournable pour tout ce qui est folk ou pagan metal, rien que pour ses formations comptant parmi les plus renommées du genre. Il n’est donc pas surprenant à ce que des groupes d’autres pays copient ou reprennent à leur compte un style reconnaissable à la nation des grands lacs. Les membres danois de « Heidra » ne cachent d’ailleurs aucunement leur admiration pour des formations finlandaises telles que « Moonsorrow » ou « Ensiferum ». Leurs travaux sont toutefois plus calqués sur ceux du dernier groupe cité ; Nous nous en rendrons très vite compte. La carrière de « Heidra » débute en 2006 à Copenhague et s’étoffe de deux démos : « The Saga » en 2008 et « Northern Tales » en 2011. Un concert en 2008 aux côtés de « Turisas », pour leur seconde prestation live seulement, aidera le combo à se bâtir une petite réputation dans le milieu, jusqu’à ce que sorte enfin leur premier mini-volume officiel. N’ayant jamais eu de véritable batteur, ils devront demander les services de Soren Jensen, qui s’occupera également du mixage de l’EP dans ses propres studios (Six Strings Studios) basés à Frederikssund. « Sworn to Vengeance » possède bien la touche musicale finlandaise, mais on se situe très loin de nos lacs enneigés.

L’éblouissement produit par les claviers de l’ex-« Illnath » Danny Svendsen et les formidables assauts mélodiques sur « Kinsmen » nous feront fort penser musicalement au projet du sieur Jari Mäenpää, je veux bien dire « Wintersun », mais sans le brio et l’audace de celui-là. Les pointes à haute vitesse décelables sont certes très emballantes, mais de trop courtes durée et parfois même coupées dans leur élan. On aurait apprécié qu’ils nous fassent vaciller, le groupe ne parvient malheureusement pas à porter l’estocade. Cette fougue très dense s’alterne à de douces et fraiches notes de piano. Pour le chant, le relais se produit entre le chant black principal, un chant clair et un chant growlé. Il y aurait à redire du chant black crispé de Morten Bryld, l’un des points les plus à retravailler chez la formation. Ce chant ne s’assimile véritablement pas à la musique jouée, il l’enlaidit. S’étirant péniblement sans prendre le sens du rythme.

C’est autant vrai pour les deux autres titres qui ont un style plus en communion l’un à l’autre, si on les compare au très énergique « Kinsmen ». Le chant ira à chaque fois entacher un tableau céleste. Que ce soit « Sworn to Vengeance » ou « Where Darkness Dwells » leur lien à un pagan épique plus Ensiferumien est vérifiable. Ces titres assagis, pourtant riches en mélodies, sont quelque peu confus. En effet, on aurait l’impression de changer en quasi permanence de ton et d’horizons. Tous deux perdent en cohérence au fil du déroulement. Il ne faut ni se fier à l’inquiétante entame de taverne de « Sworn to Vengeance » ou au très bel acoustique d’entrée de « Where Darkness Dwells ». C’est très beau, mais désordonné. « Heidra » aurait semble-t-il tenté de rallonger la durée de ces morceaux. Cette supposition peut se défendre à l’écoute des longueurs persistantes et des passages inutiles.

L’original est toujours préférable à l’imitation. Il est certain que la troupe de « Heidra » possède les capacités techniques pour réaliser du bon pagan, cependant on pourrait douter de la fortune d’un groupe qui s’emploie à suivre les pas de géants des neiges ayant déjà pris beaucoup d’avance sur eux. Nos pisteurs risquent de se perdre dans le blizzard et ne plus jamais retrouver ce qu’ils cherchent. Pour surprendre la bête, il faut faire preuve à la fois de méthode, de patience et de malice. Au lieu d’avoir les yeux rivés de l’autre côté de la Baltique, « Heidra » aurait plus à gagner à équilibrer ses compositions, à chercher une voie personnelle. Les modèles « Wintersun ou « Ensiferum » ne sont pas eux-mêmes exemptés de tout reproche. « La vraie passion, c’est une quête, pas une impulsion, un emportement, un instinct de chasseur » _ François Cheng

13/20

 

 

You must be logged in to post a comment.