chroniques et interviews metal

4580Brazilian Metal Assault

posted by alonewithl on décembre 7th, 2014

brazilian

Brazilian Metal Assault @ Bressuire (79) – Salle Emeraude
(22 Novembre 2014)
Ouverture à partir de 20:30 heures.

> Photos

Samedi 22 Novembre

Amener des formations metal brésiliennes au fin fond de la cambrousse, en plein pays deux-sévrien, c’est assez unique. Amener quatre formations évoluant dans un metal sans concession aux abords de l’extrême et de l’excellence, dans la petite ville de Bressuire, c’est qu’une fois dans votre vie (je ne l’espère pas). C’est qui s’est produit le samedi 22 Novembre 2014 est un soir mémorable dans l’année 2014 pour le public metalleux de France. Trois excellents groupes brésiliens sont réunis avec le prodige français « Hexecutor » en première partie à la salle Emeraude, qui a déjà fait venir des figures d’importance entre ses murs ces dernières années. Mais peut-être jamais elle n’a connu un feu aussi vivace et une pareille excitation. Le public aussi venait de loin. Ça passait largement les frontières du centre-ouest. On a dit qu’il y en a qui venaient des Pyrénées ou de Paris pour assister aux concerts. Moi, étant presque un inconditionnel des soirées metal concoctées en ce lieu par Anthems Of Steel, il n’y avait pas de raison pour que je m’y abstienne. Bières brésiliennes, vestes à patch du Poitou, de Vendée, de Touraine et d’ailleurs étaient au rendez-vous.

. HEXECUTOR

Ce groupe rennais butte en live et en studio. Ils n’ont qu’un EP à leur actif, un album en court de route, et pourtant ce groupe fait beaucoup parler de lui. La région se souvient d’une prestation remarquable en première d’ « ADX » lors du Festi-on-Air de Chauvigny. C’était alors l’occasion que j’ai eu de faire connaissance avec ce quatuor d’enfiévrés, et ils avaient tenu la dragée haute à un « ADX » obligé de produire leur meilleur heavy metal. J’étais par avance confiant, ceux qui avaient déjà croisé le monstre l’étaient tout autant. On aurait droit à coup sûr au massacre, et ce fut le cas. Disposant de bien moins d’espace qu’à Chauvigny, le jeu de scène était plus sobre, mais convenait mieux au groupe, qui ne se sentait plus obligé de dépenser encore davantage d’énergie. Et de l’énergie, ils en dépensaient beaucoup, dans leurs mélodies à grande vitesse. Le thrash metal de « Hexecutor » était orgiaque, d’une violence rare, au point de faire dire à notre camarade Swit35 qu’il n’avait jamais connu ça depuis « Destruction » dans les années 80. Pour lui c’était la première fois et il était en fin de concert paralysé sous le coup de l’intensité et de l’émotion suscitée. « Soldiers of Darkness » finissait la set-list sous les acclamations et les gueulements. La fête ne faisait que commencer et pourtant elle battait son plein.

. FARSCAPE

Autre groupe thrash, et on sentait déjà la fébrilité des brésiliens qui devaient enchaînés à la suite de leurs homologues bretons de « Hexecutor ». La formation est connue de quelques connaisseurs et s’adonne à un thrash particulièrement virulent et bien old-school. A croire que le temps frisquet ne convenait pas trop à ces natifs de Rio, les débuts étaient quelque peu convenus. Il faudra attendre quelques titres pour que le groupe déroule et fasse chauffer la foule. C’est véritablement sur les titres de fin que « Farscape » se montre le plus agressif et le plus efficace. La prestation globale reste plus que convaincante, mais paraitra comme étant le moment le moins sulfureux de la soirée. On devinera que certains des membres se sont alors préservés pour les autres concerts à suivre, car des membres figurent aussi au sein de « Whipstriker » et « Apokalytic Raids ».

. WHIPSTRIKER

Faisant suite à « Farscape », « Whipstriker » est à la fois un autre « Farscape » et son envers. On retrouve ainsi le guitariste et le bassiste de « Farscape ». Le bassiste, qui apparait comme la vedette, cette fois, va tenir le micro. L’atmosphère change de tout au tout ; on vire dans un mélange audacieux entre « Venom » et « Motörhead ». Il y a comme pour le combo précédent un léger coup de froid sur les deux premiers morceaux, mais ça s’enchaîne très vite. On les sentait déjà plus à chaud. La discographie de la formation est étrillée. On y retient même des titres du dernier album en date, avec leur incontournable « Lucifer Set Me Free », notamment. Leur sombre parrain anglais n’est d’ailleurs pas oublié, « Stand Up and Be Counted », originellement issu de l’album « At War with Satan » de « Venom » est entonné avec le public. Ce qui est marrant avec ces affiliations avec les groupes britanniques cités, c’est que la part « Motörhead » ressort davantage en concert et celle de « Venom » plus sur les versions studio. Il n’en reste que les deux versions sont excellentes, et à écouter.

. APOKALYPTIC RAIDS

Le clou du spectacle est néanmoins le gros point d’interrogation de la soirée. D’abord, je ne crois pas que beaucoup de monde aient réussi à classer ce groupe, que ce soit avant ou après le concert. Le nom, comme certains l’on peut être remarqué fait référence à un mini du mythique combo suisse « Hellhammer », celui-là qui avait participé à jeter les bases du metal dit « extrême ». C’était un point d’indication dans ce qui nous intéresse à propos de ces brésiliens. On se doute que leur musique peut avoir un rapport avec les balbutiements du black metal et du death metal. L’audition révélera plus la part black metal, ou plus exactement black thrash. Un black thrash assez cradingue, mais faisant directement mouche chez tout amateur du genre. J’apercevais du coin où je prenais les photos, avec surprise, notre camarade Swit35 complètement transporté par la musique, mis en trance au point de se bagarrer en aveugle aux côtés des plus jeunes, qui à cette heure de la soirée étaient imbibés d’alcool et ne devaient plus trop savoir sur quelle planète ils posaient les pieds. La fine équipe de « Hexecutor » était bien sûr présente pour assister au concert et se confondait parfaitement avec le restant du public, se relâchant et appréciant visiblement ce qu’ils écoutaient, sans prendre une once d’égo après la leçon de metal qu’ils ont donné. Une folle ambiance, qui ne s’est donc pas tari après trois autres concerts, bien que la foule était moins nombreuse que sous « Whipstriker ». Ceux qui sont restés ont pu hurler sur le titre éponyme « Apocalyptic Raids », moment également mémorable d’une soirée qui n’aurait jamais dû se terminer.

 

 

You must be logged in to post a comment.