chroniques et interviews metal

4919Finntroll + Guests @ Limoges 2015

posted by alonewithl on mars 23rd, 2015

finntroll à limoges

Finntroll + HateSphere + Profane Omen @ Limoges (87) – Centre Culturel John Lennon
(14 Mars 2015)
Ouverture à partir de 19:30 heures.

Samedi 14 Mars

Ma précédente incursion au Centre Culturel John Lennon de Limoges ayant été quelque peu tumultueuse, j’avais du scrupule à m’y rendre de nouveau. Heureusement, Bruno du groupe « Exécution » qui œuvre au déroulement de ces concerts, m’a contacté pour me rassurer et me calmer surtout. Je l’en remercie. Je me rends donc serein à l’affiche annoncée ce 14 mars 2015. Après ce fameux concert d’« Eluveitie », pour moitié à oublier, il va y avoir du folk metal de nouveau. Enfin pas tout à fait… Il y a bien une formation folk à l’affiche, et pas des moindres, mais le restant est composé de groupes plus dans un sillage thrash death metal. Ainsi, nous avons « Finntroll » aux côtés des autres formations nordiques « HateSphere » et « Profane Omen ». Le premier est bien connu pour ma part, les deux qui le précèdent ne me parlent en fait que de nom. Quelqu’un qui connaissait parfaitement son sujet, m’avait parlé en bien de « Profane Omen » pendant la queue pour entrer. « Du death mélo avec un soupçon de core, mais pas dégueulasse du tout. » Et c’était en plus un gros féru de death et de grind qui me disait ça. Je suppose dès lors que ça peut le faire. En tout cas le public abondant ne venait pas pour eux spécialement, plus pour Finntroll à voir les nombreux tee-shirts de formations folk portés. A l’ouverture des portes, je m’empressais à faire mes emplettes au stand de « Finntroll » pour ne pas commettre la même erreur que l’autre fois et ne pas me faire surprendre par l’heure tardive. Après un rapide aller-retour à la voiture qui me permit de mesurer l’énorme file de visiteurs, je me dirige au bord de la scène où je devais camper pour toute la soirée afin de ne rien laisser passer.

. PROFANE OMEN

Le groupe nous provient de Finlande et semble afficher quelques connaisseurs. Mais généralement, même les connaisseurs ne savent pas grand-chose sur lui. On ne sait d’ailleurs trop comment le classer. Pour beaucoup le style de « Profane Omen » correspond à du death mélo couplé à des parties core. On est encore loin du compte, car le groupe affichant pourtant 4 albums à ce jour produit ce que l’on pourrait appeler du groove metal mélodique, du « Pantera » sauce finlandaise donc. Sur scène, il y a une grande énergie et beaucoup d’enthousiasme. Le groupe envoie ses titres avec aisance et humilité surtout. On arrive à reconnaître sur la fin de la setlist une reprise de « The Evil that Men Do » d’ « Iron Maiden » tout à fait potable. Jules Näveri nous offre même la grâce de quelques mots en français. Hommage qui sera renouvelé par le groupe suivant et tout simplement absent de la part de la tête d’affiche. Ces quelques mots ont parfois de l’importance pour le public, qui aime que le groupe le prenne de la sorte en considération. « Profane Omen » aura été la bonne découverte de la soirée, une curiosité surtout pour son style particulièrement alambiqué, et très finlandais malgré tout.

. HATESPHERE

Ce groupe-là n’est pas composé de frais gardons. Ces danois sont depuis près de 15 ans sur le circuit avec le double des albums affichés par leurs collègues de « Profane Omen ». Et s’ils prennent d’autant moins au sérieux. Le chanteur arrive lors des balances pour poser les setlists et s’amusent à les balancer goguenard sur ses musiciens. On s’apercevra que c’est un boute-en-train et qu’une excellente ambiance règne au sein de la formation. Ambiance qui rejaillira sur le public. Le chanteur prend volontiers la pause devant les photographes, leur fait des grimaces. Mais que trop rarement il efface son sourire. Juste pour quelques titres plus sombres en fait. Comme pour le précédent combo, la musique de « HateSphere » est difficile à définir. J’avais pris ça pour un groupe de hardcore. Il s’agit plutôt de groove metal avec un soupçon de death. Le show était assurément sympathique, mais manquait de jus à mon goût et au goût de certains. Un peu plus de tonus aurait été recommandé pour coller à leur figuration scénique, qui elle, était au poil.

Set-List : 1. Intro / 2. Lies and Deceit / 3.The Coming of Chaos / 4. Murderous Intent / 5. Resurrect with a Vengeance /6. Murderlust / 7. Iconoclast /8. Hate / 9. Drinking with the King of the Dead / 10. Forever War / 11. Sickness Within

. FINNTROLL

Enfin! Le groupe que tout le monde attendait, et moi plus particulièrement. J’en avais rêvé d’enfin voir ce groupe emblématique depuis le temps que je n’arrêtais pas de les manquer. Ils arrivent costumés avec leurs oreilles de trolls, comme des personnages tous arrivés d’une autre planète. Leur tournée correspond au dixième anniversaire de leur fameux album « Nattfödd ». Pour le coup on a eu comme pour « Morbid Angel » fêtant l’anniversaire de l’album « Covenant » ; « Finntroll » a ainsi repris son prestigieux opus, dans l’intégralité, à l’exception de l’instrumental « Rök » et en respectant l’ordre de la tracklist. Je m’attendais à un spectacle aussi fort visuellement qu’à l’écoute. Il s’est avéré un chouia moins performant que celui de leurs confrères « Ensiferum », que j’ai eu l’occasion de voir l’année passée à la Nef d’Angoulême. Mathias au chant assurait admirablement sur le plan scénique. Samuli et Henri, pourtant les membres emblématiques de la formation paraissaient plus réservés, jusqu’à dire vraiment timide pour Henri Sorvali. Je me souviens avoir eu énormément de mal à photographier le bassiste, pourtant juste devant moi. Chose étrange, il était en permanence à bouger et à lever sa patte droite, alors que l’autre restait rivée au sol.

On a eu l’honneur d’entendre en plus de l’album « Nattfödd » des morceaux de prestige et transcender avec le groupe sur scène sur les airs de « Jaktens Tid », de « Solsagan », de « Slaget Vid Blodsälv » ou encore de « Häxbrygd » sur la fin originaire du dernier album. Il est regrettable par contre que le public se soit montré aussi peu réactif pour le rappel. Henri Sorvali guettait à la porte pour entendre la foule, et bien peu étaient ceux qui scandaient « Finntroll », « Finntroll », « One More ! », « One More ! ». Je crois m’être épuisé seul à ce jeu et j’étais scandalisé de voir tous ces jeunes indifférents à lire leur messagerie, persuadés d’avoir des titres de rappel comme de gros consommateurs. Je crois que cela aurait mérité que le groupe remballe tout à ce moment-là. Pour ce qui est de ce concert, ce fut une expérience enrichissante que j’aurai espéré encore meilleure au su de leurs formidables albums. Quelques anciens regrettaient l’ancien chanteur Tapio Wilska qui leur paraissait mieux correspondre à l’esprit de ce groupe déjanté. Mais ça commence à remonter. Moi, j’ai bien apprécié la performance de Mathias sur scène, très clinique tout en se prenant pas au sérieux. Une chose est sûre, « Finntroll » mérite le détour, même si on doit pour cela faire plus d’une centaine de kilomètres en voiture.

Set-List : 1. Människopesten / 2. Eliytres / 3. Fiskarens Fiende / 4. Trollhammaren / 5. Nattfödd / 6. Ursvamp / 7. Marknadsvisan / 8. Det Iskalla Trollblodet / 9. Grottans Barn / 10. Blodsvept / 11. Mordminnen / 12. Solsagan / 13. Svartberg / 14. När Jättar Marschera / 15. Nedgang / 16. Slaget Vid Blodsälv / 17. Jaktens Tid / 18. Skogsdotter / 19. Häxbrygd / 20. Kummitus

 

 

You must be logged in to post a comment.