chroniques et interviews metal

5091Festi’ On Air IV

posted by alonewithl on juin 5th, 2015

Festi on Air 2015

No Return + Impureza + Mercyless + Phazm + Bliss Of Flesh + Execution @ Chauvigny (86) – Salle Charles Trenet
(14 Mai 2015)
Ouverture à partir de 19:30 heures.

> Photos

Jeudi 14 Mai

L’édition 2015 du Festi’ On Air de Chauvigny allait être différente de l’année précédente. Mais comme l’année précédente l’événement s’étale sur trois jours et un style musical pour chaque journée. La première journée de jeudi soir 14 Mai nous intéresse plus particulièrement. Puisqu’elle est consacrée à la musique metal. La différente, donc, de l’année d’avant, le temps n’était pas au beau fixe. On prévoyait du vent et de la pluie. Les deux n’auront pas trop tardé dans la soirée. Il n’y avait rien de prévu en dehors du bâtiment du théâtre Charles Trenet. Je me souviens qu’il y avait eu une scène en dehors, faisant des représentations ouvertes à tous, et donc d’accès libre et gratuit. Pour 2015, tout s’avère payant, mais nous avons en compensation une affiche assez sensationnel, offrant une large part à la musique death metal. Je ne pensais pas que cette soirée, qui devait commencer aux alentours de 20h, excéderait les 3 heures du matin. Moi, qui devait reprendre le travail tôt dans la matinée à une centaine de kilomètres d’ici, il était assuré que j’allais rester les yeux éveillés.

. BLISS OF FLESH

Ma première rencontre avec ce groupe nordiste date d’il y a quelques années, lorsqu’ils s’étaient produits au Confort Moderne de Poitiers en première partie de « Svart Crown ». Comme ce dernier groupe, « Bliss Of Flesh » est une valeur montante du metal extrême français. Ils ont récemment fait des premières parties prestigieuses. Et là ils se produisaient sur une large scène mais face à un petit public assez épars. Jamais la luminosité n’avait autant mis en valeur une formation sur scène à mon souvenir. Le groupe soignait autant son apparence que sa technique redoutable, servant un black death décoiffant tel peut en offrir une grande figure du genre. Arrosé par le crachat du chanteur, souvent cantonné derrière son micro apocalyptique, impressionné par la qualité sonore de la prestation, et par les lumières chaleureuses à dominance dorée des lieux, j’étais servi. On aurait vraiment dit une vision idyllique de l’enfer. Pas étonnant qu’à l’heure actuelle « Bliss Of Flesh » tourne aux côtés des plus grands.

Set-List : 1. Intro / 2. Possessed / 3. Apocaliptik Fields / 4. Emaciated Deity / 5. A.M.E.N. / 6. On the Path to Expiation / 7. Disciple / 8. Pariah

. PHAZM

Autre groupe français que j’avais déjà pu croiser en concert, et pas des moindres. J’ai pu voir ce groupe parisien très atypique lors de l’édition du MFest 2014, ça avait d’ailleurs été l’un de mes coups de cœurs de cette année tellement ils m’ont éblouis par leur black n’ roll des plus curieux. Ils ont été très attendus et ils ont enchanté la place avec leur musique technique et malsaine tout droit issue des bayous. Le fringuant chanteur/guitariste de « Phazm » se prêtait au jeu de la vedette, bien cadré en milieu de scène, assénant des envolées guitaristiques proche de la sorcellerie, avec une décontraction déconcertante. Ils ont élevé grandement le niveau de cette soirée, mettant les successeurs dans l’obligation de passer en mode supersonique. « Phazm » est vraiment un groupe fascinant sur scène. L’hypnose dure avec eux du début à la fin, pour en garder un choc mémorable. Sans doute, à compter parmi les formations metal françaises les plus douées de leur génération.

Set-List : 1. Hunger / 2. How to Become a God / 3. Love Me Rotten / 4. Damnation / 5. Black N’ Roll / 6. The Worm on the Hook / 7. Mr Toodling / 8. The Bright Side of Death / 9. The Old Smell of the Meat / 10. The End / 11. So White, so Blue, so Cold

. MERCYLESS

Et que dire des plus anciens. Après avoir été battu par « Bliss Of Flesh », mis à terre par « Phazm » on attend d’être mis KO par une grosse pointure du death metal français. Pour ce soir, ce fut au tour de « Mercyless », un incontournable du vieux death metal hexagonal. Cependant, le choc n’avait pas été aussi rude que prévu. J’avais déjà eu le grand plaisir de les apercevoir lors du Hell’Oween Fest de Saintes de l’année 2014. Le souvenir que j’en avais techniquement était similaire. En fait, j’avais trop l’impression de me retrouver face à l’autre « Mercyless » croisé. Je ne fus donc pas surpris. C’était encore ici archi-carré, développant un death metal froid et articulé avec adresse et une totale assurance. Ce qui a été noté, même parmi le public, c’est le côté statique, méthodique du groupe. Voilà, il manquait juste un grain de folie pour abattre l’homme à terre. Il était difficile même pour le grand « Mercyless » de relever la qualité exceptionnelle des deux autres formations qui l’ont précédé.

Set-List : 1. Iintro / 2. Infamy / 3. Substance of Purity / 4. God Is Dreaming / 5. A Message for All Those Who Died / 6. Without Christ / 7. Eucharistic Adoration / 8. Abject Offerings / 9. Probably Impure / 10. Burned at the Stake / 11. Black Magic / 12. I Vomit this World / 13. Evil Dead (Death Cover)

. IMPUREZA

« Phazm » est pour vous une formation à part ? Que dire alors d’« Impureza ». Le groupe d’Orléans figure un peu comme une des grandes stars de la soirée. Leur death brutal/flamenco a véritablement fait des émules au point d’en être arrivé cette année à rejoindre l’affiche du Wacken. Beaucoup n’ont pas caché avoir été comblé par leur prestation, extrêmement redoutable, sur un plan visuel comme sur un plan sonore. Le chanteur haranguait la foule, tapait sur le micro avec son pouce pour produire un rythme d’encouragement. Le groupe s’attendait à plus de sursaut de la part du public. Faute de monde difficile de reproduire un climat infernal. S’il y avait un manque chez eux, ce serait peut-être un second guitariste en plus de celui présent, qui passait parfois à la guitare acoustique et du bassiste, sur sa basse six cordes, histoire de rajouter de la densité dans leur death brutal dont il suffisait de peu de chose pour foudroyer littéralement l’assistance.

Set-List : 1. Sangre Para los Dioses / 2. Besar la Mano del Infame / 3. El Nuevo Reino de los Ahorcados / 4. Leyenda Negra / 5. El Ultimo dia del Omeyocan / 6. Otumba, 1520 / 7. El Gitano Maldito

. NO RETURN

Ayant été dans les loges d’ « Impureza » pour leur interview, je me suis pressé de les quitter pour ne pas trop manquer « No Return » dont j’entendais l’écho. Un illustre du metal français tout court, dont je ne maitrise à peine les bases et que j’ai pu grandement apprécié. Peut-être le groupe le plus en vogue de la soirée, celui qui peut prétendre assurément un statut de vedette. Néanmoins, on peut déplorer un faut pas. En plein set, en plein élan, nous percevons des sons parasites, le chanteur s’énerve, devant la persistance du phénomène il perd son sang-froid et s’en prend rudement à l’ingénieur son. L’incident clos le groupe repart de plus belle, excellemment dans un death metal aux accentuations modernes et méthodiques, qui passionnent visiblement tous les amateurs d’un metal hors-d’œuvre, un peu moins les chantres de l’underground comme sieur Shaxul, dont l’apparence moderne de « No Return » semble rebuter. Le public, même peu nombreux, a été correctement servi. Le chanteur a fait preuve de révérence à leur égard, annonçant une set-list piochant allégrement dans leur discographie, même plus ancienne.

. EXECUTION

Depuis peu, on a remarqué une sorte de grand retour de cet ancien groupe de death metal atmosphérique limougeaud, ayant notamment récemment ouvert pour « No Return », mais aussi pour « Morbid Angel ». C’est lors de ce dernier concert que j’ai pu les voir la toute première fois. J’en suis sorti un peu perplexe. Ça n’est pas resté mémorable. La soirée à Chauvigny a donc été une revanche pour eux, car leur niveau s’est accru depuis. Vu l’heure avancée, le public était moins nombreux, mais toujours présent. Curieux de découvrir ce groupe. Certains auront bien apprécié « Execution ». Les claviers et les guitares sont mieux perceptibles en comparaison de ma précédente vue à Limoges. Le chanteur, malgré quelques problèmes avec son micro en début de set, donne de la voix et livre une bonne prestation. Il y aurait peut-être encore sa prestation scénique à surveiller. Le personnage fait un peu mine de se perdre au milieu de la scène. Une certaine hauteur et retenue, même à rester cantonné derrière le micro pourrait lui être plus profitable à l’avenir.

Set-List : 1. Ocean / 2. My Sufferings / 3. Painting of Death / 4. Eternal Dreams / 5. De l’Ombre à la Lumière / 6. Bloodthirstiness / 7. Camisole

Après « Execution », il était déjà 2h30 du matin, je commençais physiquement à fatiguer et il était hors de question de manquer le boulot le lendemain matin. J’ai donc remis à une éventuelle prochaine fois le concert de « Lorraine Cross » qui suivait. Un groupe de heavy speed, peu connu, qui devait finir la soirée devant quelques types aguerris ou remplis de bière. Je tiens à m’en excuser auprès d’eux. Le Festi on Air 2015 a livré des tueries. L’affiche était au-delà de nos espérances, et on s’attendait encore moins à un tel niveau sur le plan qualitatif. ¾ des figurants de cette soirée ont atteint des sommets dans leur représentation. Il est encore grand dommage que peu ont eu le courage d’aller se bouger le train. En tout cas, il faut grandement saluer l’organisation du fest pour l’affiche proposée, en premier lieu, mais aussi pour leur travail durant la soirée. Je tiens particulièrement à remercier l’équipe du Metal Club et l’ami Greg pour ce fabuleux moment.

 

 

You must be logged in to post a comment.