chroniques et interviews metal

5273Electric Shock + Mantras @ Poitiers 2015

posted by alonewithl on septembre 8th, 2015

Electric Shock à Poitiers

Electric Shock + Mantras @ Poitiers (86) – Le Zinc
(28 Août 2015)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

> Photos

Vendredi 28 Août

C’était une soirée spéciale au Zinc de Poitiers. Ça faisait un petit bout de temps que l’on n’y avait pas programmé quelque chose qui s’éloigne des quotidiens hardcore et death metal. On avait cette fois choisi pour cet été poitevin, quelque chose de plus reposé. Enfin question de parler. Le premier groupe dénommé « Mantras » et originaire de Poitiers est encore un écolier en matière de stoner, mais il est présenté avec fierté par un guitariste de « The Bottle Doom Lazy Band », l’autre, en tête d’affiche nous vient de Grenoble. Haute terre du heavy metal en France. Il ne propose pourtant pas tout à fait ce que l’on pourrait appeler du heavy metal. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir.

. MANTRAS

Pris dans une discussion Shaxul et moi nous nous étions précipités en bas, dans la salle, dès les premières notes entendus. Le concert n’était pas en train de commencer, mais n’allait pas tarder en cette soirée du fin août. Trois musiciens, Pierre en têt, se sont entrepris à un stoner doom particulièrement fin et soigné, avec beaucoup de retenu et dextérité. La voix de Pierre était mise en écho, donnant un sérieux apport aux différentes chansons, ajoutant en profondeur. L’inconvénient, c’était qu’entre les pistes, cela restait branché comme tel, et communiquait avec le public avec ce fichu écho, rendant l’instant soudain cocasse, et un peu gênant pour le chanteur/guitariste. Des petits soucis matériels l’ont obligé à se mettre à quatre pattes pendant que le bassiste faisait durer éternellement ses lignes de basse. Un petit raté vite pardonné à l’écoute d’un répertoire néanmoins efficace. « Mantras » émerge juste, mais promet véritablement.

. ELECTRIC SHOCK

On avait évoqué brièvement le heavy metal s’agissant des grenoblois d’ « Electric Shock », mais au vu de la multitude de patchs sur leurs vestes, où on peut retrouver pêle-mêle « Running Wild », « Scorpions », parfois avec « Beherit » et « Blasphemy », on se dit qu’il y aura bien autre chose, que le groupe est fasciné par l’univers metal/hard rock en son entier, et qu’il faudra s’attendre à une musique beaucoup plus diffuse qu’envisagé au départ. C’est le cas. On a en fait un style naviguant entre hard rock et heavy metal. D’ailleurs je me suis surpris, en grande partie à cause de la performance du chanteur, à les comparer à « Klootzak », groupe bien connu sur Poitiers. C’est vrai que ce chanteur, qui prenait tout l’espace avec sa grande taille, était surprenant. Il n’y avait rien à redire des autres musiciens, sauf que le bassiste était bien placé en avant et qu’un des guitaristes derrière lui se faisait très discret. La guitariste de l’autre côté était également un peu en retrait, mais prêtait de temps en temps sa voix. Leur concert fort en intensité, sous les applaudissements et les demandes répétées de poursuite, se finalise avec pour rappel une reprise de « Living after Midnight » de « Judas Priest » assez correcte. Le groupe a sorti un premier EP « pourri » selon ses dires, mais avec ce que j’ai entendu ce soir-là, je serai surpris d’écouter leur nouveau qui est programmé.

 

 

You must be logged in to post a comment.