chroniques et interviews metal

5463Omission + guests @ Bressuire 2015

posted by alonewithl on novembre 23rd, 2015

Omission à Bressuire

Omission + Manzer + Perversifier + Cult Of The Horns @ Bressuire (79) – Salle Emeraude
(21 Novembre 2015)
Ouverture à partir de 20:30 heures.

> Photos

Samedi 21 Novembre

Quelques jours après les attentats de Paris, l’association d’Anthems Of Steel a quand même pu maintenir son fameux événements de fin Novembre, une soirée de concerts au parfum de souffre. Du lourd, du puissant et du démoniaque, avec en tête d’affiche les espagnols d’ « Omission ». Arrivant presque une heure avant l’ouverture, je découvre tout un lot de connaissances que j’accompagne au bar du contrebas de la salle Emeraude où on diffusait la déculottée prise par le Real face au FC Barcelone. Il y avait un polonais bien bavard, qui nous parlait du metal de chez-lui. On sitait « Trauma », « Decapitated » dans une ambiance décontractée, jusqu’à ce qu’approche l’heure du rendez-vous. Dans la salle, du beau monde était rassemblé, souvent les habitués du lieu. Le bar servait en plus des croques au chèvre, des tapas et de l’omelette espagnole. J’aurai cru qu’ils feraient aussi l’effort d’amener des bières ibériques pour marquer totalement le coup. Il était aussi normal que Shaxul soit là avec son merch, surtout que « Manzer » jouait ce soir. Par contre, pas de trace de merchandising de la part de « Perversifier ». Cela aurait pu être moyen à certains de se procurer leur fabuleux album « Perverting the Masses ». Et oui ! On sent bien qu’avec tous ces oiseaux, le public allait assister à un max de perversion.

. CULT OF THE HORNS

Le premier groupe à l’affiche ne compte pas encore de véritable album au compteur, lui. Tout juste une démo et un split cd. Néanmoins, il ne faut pas négliger cette formation bordelaise, qui figurera d’ailleurs de manière très atypique pour cette soirée. Dans le registre des styles, nous avons là celui qui est catalogué dans le plus extrême, du black death brutal. Ce n’était pas non plus un inconnu pour moi, j’ai encore mémoire de ce combo passé à La Belle Rouge à Joué-Les-Tours, lors d’une soirée spéciale black metal. Cela avait été marquant malgré le manque de subtilité. Là, cela m’avait paru un peu plus mature, sous un beau manteau d’éclairage bleu. Le corpse paint et les bracelets cloutés font toujours leur petit effet visuel et se confond bien dans l’ambiance musicale sans compromis et sans fioriture. Du brut quoi, tout ce qu’il y a de plus sec.

Set-List :
1. Intro / 2. Hatred Desecration / 3. Crush the Skulls of Mankind / 4. Divide & Conquer / 5. Annihilate the Fucking Mass / 6. The Black Vomit (Sarcofago Cover) / 7. Oppression / 8. Worship of the Idol / 9. World Conspiracy / 10. War & Nuclear Eradication

. PERVERSIFIER

On touche du bois pour que ceux-là nous envoient du bois. Je reconnais illico le guitariste live qui est aussi membre du groupe « Hexecutor », un peu le frangin de « Perversifier » dans la scène thrash bretonne, et qui nous honore parfois de sa visite lors de plusieurs festivités organisées par l’association AOS. Mais revenons plutôt au véritable « Perversifier », groupe en vogue actuellement grâce au succès d’un premier album old-school, qui ne compte pas réformer le thrash, mais le restituant dans sa pure forme originelle, comme si le genre n’avait jamais eu à titiller avec le courant mainstream. Un bon thrash metal underground des caves qui ravit les occupants de la salle Emeraude, majoritairement peuplée de vestes à patchs. Ouais ! C’était vraiment du bon thrash metal, bien pensé, bien jouissif. Vraiment les gars n’ont pas démérité les honneurs qu’on leur fait depuis peu.

. MANZER

Là on avance en terrain très connu. Je ne compte plus le nombre de fois que je les ai vu. Néanmoins, la setlist a beaucoup changé depuis le temps. Je regrette bien ne plus entendre leur « Satanatheist » ou plus rarement leur titre de ralliement « The Metal Side », mais bon. « Manzer » avance et nous devons suivre le rythme de ses sorties et nouveaux titres. Ils annoncent un prochain album et nous avons pu en entendre quelques titres notamment « Nuclear Necropolis » consacré à la centrale de Civaux (quand on pense en plus qu’il y a une grande nécropole sur Civaux même, datant de la péiode mérovingienne, c’est tout bien vu), « Torment of the Strix », ou encore le tout dernier titre non prévu qui s’est ajouté en toute fin de set après avoir écouté les reprises de « Sabbat » (« Darkness and Evil ») et d’ « Iron Maiden » (« Wasted Years ») pour rappels. J’avoue avoir été très impresionné par leur « Brut dau Loubatàe », pourtant écouté lors de leur concert de L’Hommaizé. Le son à ce moment était de bien moindre qualité qu’à Bressuire. On a pu donc profiter pleinement de la qualité de ce titre. Vivement l’arrivée de ce second album, et vivement un prochain concert de « Manzer ».

Set-List :
1. Torment of the Stix / 2. Prowler form Hell / 3. Le Boufe-Churai / 4. Terroir Squad / 5. Nuclear Necropolis / 6. Sagana / 7. Toralle Mortale / 8. Brut dau Loubatàe / 9. Pictavian Bastards / 10. Manzer / 11. Darkness and Evil (Sabbat Cover) / 12. Wasted Years (Iron Maiden Cover) / 13. ?

. OMISSION

Enfin le groupe vedette de la soirée. Content de voir des têtes étrangères, et pas seulement de régions éloignées de France, carrément de pays étrangers. « Omission », c’est une sorte de pendant de « Destruction » des débuts à la sauce espagnole. Sur albums, le groupe est diversement appréciable. Leur thrash metal suinte le morbide, un sens inné de la technique, mais il est parfois sujet de longueurs et de redondance. Ce fut le cas des premiers morceaux servi par le trio composé un chanteur/guitariste frénétique, increvable, un bassiste à l’inverse des plus passibles, et d’un batteur en arrière cours. Guitariste et bassiste changeaient incessamment d’un côté à l’autre de la scène. C’était assez perturbant au départ, puis on n’y prête plus attention. Le groupe un peu fastidieux en début de set va néanmoins gagner en puissance, plus précisément à partir de leur morceau « The Slaughter Hour » qui va servir de signal au redressement soudain d’ « Omission ». A partir de cet instant, l’efficacité opère pleinement. On leur vouera aussi leur grande endurance avec leurs 17 morceaux interprétés. Le public, même maigre, est en furie complète. Une vingtaine de personnes sont pris dans une tumultueuse bousculade. Une de celle qui m’aura le plus coûté physiquement. Même si ne suis pas entrer dans la danse, préférant suivre pleinement les artistes sur scène comme à mes habitudes, je reçus quelques coups biens sentis au foie et je pris plusieurs fois le bord de la scène au niveau des genoux. Malgré l’apparence sulfureuse de Patillas, le chanteur/guitariste, il s’est montré très sympathique. Loin de l’image d’un type mentalement troublé ou égoïste que l’on voudrait faire passer à ce genre de bonhomme.

Set-List :
1. Intro / 2. The Black Flame Shall Burn / 3. We Will Bury You / 4. I’m the Devil Scythe / 5. Legions of Youth / 6. Eve of an End / 7. Iron Will / 8. The Slaughter Hour / 9. Thrash Metal Traller / 10. Exumer / 11. In Mourning We Dwell / 12. Traitor / 13. Breakneck Speed Blasphemies / 14. The Nameless / 15. We Are the Dead / 16. Architects of Fear / 17. Outro

Merci à vous tous qui m’avez remonté le moral. Stay in Hell and live again!

 

 

You must be logged in to post a comment.