chroniques et interviews metal

5484King Of Asgard : Karg

posted by alonewithl on décembre 16th, 2015

King Of Asgard : KargSuite à deux essais fort concluants la formation initiée par Karl Beckmann continue en toute quiétude sa course. Elle se tient à un rythme d’une sortie tous les deux ans avec le dernier né « Karg », toujours édité par Metal Blade Records. « … To North », son précédent de 2012, nous avait quelque peu surpris par sa noirceur. On aurait pu croire que c’était une amorce vers un univers encore plus noir si on considère la pochette du nouvel effort de 2015, reprenant les codes d’un black pagan primaire, allant même jusqu’à changer le lettrage du groupe pour lui donner un aspect plus runique et traditionnel. En fait, il ne faudra pas trop compter sur tout ça. Les symboles visibles ont parfois leurs limites dans le concret. On se rend compte que « King Of Asgard » a préféré cette fois un cheminement plus classique, produisant un black pagan plus commun, quitte à reprendre ce qui a été fait ultérieurement. Avec « Karg », « King Of Asgard » redevient un roi ordinaire.

Une rechute de « …To North » était pourtant espérée et palpable à l’écoute de l’intransigeante entrée « The Runes of Hel ». Le black pagan y est irrité, menaçant, fluide, bien articulé. La piste aurait pu devenir redondante, s’il n’y avait pas eu notamment un passage à la teneur martiale en son milieu, puis un dernier tiers au pas à pas gagné par une atmosphère pesante et ténébreuse. « Huldrau » nous initie aussi à un pagan des profondeurs, particulièrement investi et misant sur un torrent de coups, grâce à l’investissement de la batterie. Néanmoins, on voit là la patte d’un certain « Satyricon » dans ce bref renfort de black metal. Cette influence se décèle également au travers de « Remnant of the Past », bien que cela soit dosé avec un pagan plutôt pataud issu des origines lointaines de « King Of Asgard », c’est-à-dire « Mithotyn ». On retient davantage à ce pagan lourd, typique et complaisant dans ce disque. C’est le classicisme pagan qui prévaut donc sur « The Heritage Throne », intéressant pour sa cassure de rythme lors du refrain, laissant une pointe de contemplation, au milieu d’un vaste champ de riffs rudes et patauds.

Nous revenons ainsi à « Mithotyn », mais on distingue également le confrère norvégien « Einherjer » sur le sobre et énigmatique « Highland Rebellion ». On distinguerait un autre norvégien cependant sur l’entame épique et larmoyante de « Omma », mais également sur une part non négligeable de « Rising ». Ces deux extraits ne perdent en rien du mordant de « King Of Asgard ». Passé l’entame, une fois ressaisi de la torpeur, on se livre à une sanglante et impitoyable bataille. « Omma » se révèle plus inspiré, solennel, difficile à amadouer aussi, capable des pires colères. Durant l’écoute de l’opus, nous aurons remarqué la voix plus écorchée de Karl, du coup l’imitation de « Skalmold » sur le lourd et percutant « The Trickster » devient encore plus frappante. Le titre n’est pas une reprise, il ne figure pas non plus comme une étrangeté au sein de cet album, essentiellement dominé par un pagan classique et goûtu, au contraire de « Total Destruction » issu de l’album « The Return » de « Bathory », un authentique black metal des origines, poisseux et puissant. « King Of Asgard » en font une reprise assez fidèle, privé toutefois d’une partie de sa crasse d’origine.

Quoi de pire que la norme et la banalité. « King Of Asgard »semble aujourd’hui ne plus se remettre en doute et jouir du confort de son statut gagné de haute lutte. Pourtant, leur troisième album est un disque plutôt complet, d’un black pagan de haute volée, comportant même quelques titres phares. Alors pourquoi ce ton critique ? Parce que par rapport aux deux premiers volumes, il y a une baisse non-négligeable d’inspiration. On retient aussi beaucoup de passages influencés à d’autres ou extraits d’une période antérieure. « King Of Asgard » qui est une version bis, rappelons-le, de « Mithotyn », vaut beaucoup mieux que ça. Un dieu est un roi suprême, pas un monarche ordinaire. « Karg » repose donc dans la masse des ouvrages très convenables de cette année pour la scène pagan, sans non plus s’imposer. Certains diront qu’il s’est contenté d’être normal, mais un chef doit s’extraire de la norme pour faire la loi aux autres.

14/20

Clip Officiel:
. The Runes of Hel
The Runes of Hel

 

 

You must be logged in to post a comment.