chroniques et interviews metal

5835Nashville Pussy + Guests @ Parthenay 2016

posted by alonewithl on mars 28th, 2016

affiche

Nashville Pussy + Johnny On The Spot + Manzer @ Parthenay (79) – Salle Diff’art
(16 mars 2016)
Début à partir de 19:45 heures.

> Photos

mercredi 16 Mars

Quand on m’avait annoncé la venue de “Nashville Pussy” à Parthenay, j’avais cru à une farce. Parthenay, petite ville au beau milieu des Deux-Sèvres, c’est un peu le trou du cul du monde. J’avais appris de la bouche de sieur Shaxul, que “Manzer” avait été pressenti pour faire la première partie du fameux groupe de hard rock américain. L’Homme semblait ravi d’ouvrir à une bande phare de la scène américaine, même si “Manzer” officie dans un metal underground, un peu en décalage avec la musique de “Nasville Pussy”. Malgré la divergence musicale, ce sera chose faite. Cependant, un groupe de dernière minute vient se rajouter, il s’agit des allemands de “Johnny On The Spot”, qui eux pratiquent dans le hard rock. Un changement qui aura pour effet de réduire les set lists des premiers arrivés, plus particulièrement celle de “Manzer”. Le rendez-vous a lieu à la salle Diff’Art, située dans une zone artisanale, et assez mal indiquée. Il a fallu galérer pour trouver un emplacement pour se garer et ensuite courir vers le hangar où se tient la scène. Une fois à l’intérieur, on était un peu serré, mais plutôt bien accueilli. Malgré la faible publicité, il y avait pas mal de monde. Peut-être pas loin de 200 personnes.

. MANZER

Le trio est devenu une connaissance. Je ne compte plus le nombre de concerts de “Manzer” auquel j’ai assisté. Et, à vrai dire, je m’en suis pas encore lassé. Là, il défendait leur nouvel album fraîchement sorti, la set list était donc quelque peu différente. Pour ma plus grande satisfaction, ils ont débuté sur “The Metal Side”, un titre estimable du fameux EP “Orgy and Profanity”. Le show était dans la moyenne de ce que j’avais connu d’eux. Le chant avait notamment un peu de mal à ressortir et on entendait par contre très nettement la batterie. On passe aux habituels “Terroir Squad” et “Toralle Mortale”. “Brut dau Loubatae” retient plus mon attention, car c’est un morceau vraiment prenant dans ceux qu’ils ont dernièrement réalisé. Je n’avais encore jamais entendu “Hard Metal Jackhammer” en live, à ma connaissance, et ce fut par contre une vraie baffe. Un de ceux qui d’ailleurs éveilla le plus d’intérêt d’un public visiblement plus adepte de hard rock que de metal à proprement dit. Beaucoup ne connaissaient ou n’avaient quasiment jamais entendu parler de “Manzer”, à ma grande surprise.

Set-List:
1. The Metal Side / 2. Prowler From Hell / 3. Terroir Squad / 4. Toralle Mortale / 5. Veisalgia Damnation / 6. Brut de Loubatae / 7. Maetre é Cunpagnun / 8. Manzer / 9. Hard Metal Jackhammer

. JOHNNY ON THE SPOT

Celui-là passe pour un grand inconnu. L’intrus a pourtant gagné les faveurs du public d’entrée. Ces allemands exécutent un hard rock qui déménage, en anglais, mais aussi quelques fois en allemand. Énergique autant sur le plan sonore que sur le plan visuel. C’est sûr qu’ils n’étaient pas statiques, et ils avaient pourtant tous dépassés la trentaine. Le chanteur notamment faisait de réguliers va et vient le long de la scène, sa voix faisait aussi légèrement penser à celle de Vince Neil, ce qui ne laissait pas indifférent, vous comprenez bien. Après le choc des premiers titres, le groupe commençait légèrement à s’essouffler sur la moitié du set. La sueur commençait à couler, mais ils ne voulaient pas lâcher. Ils auront apparemment voulu bien marquer le début afin d’éveiller les esprits. Une stratégie gagnante, au vue de la satisfaction du public et le nombre de personnes pressés au stand de “Johnny On The Spot”. Ce total inconnu avait réussi son show auprès du public français.

Set-List:
1. Adrenalin / 2. Queen of My Heart / 3. Rock n Roll Is in Town / 4. Was dir Fehlt / 5. Bunga Bunga / 6. Stillstand / 7. Gottlos / 8. Keine Reue / 9. Like a Woman / 10. Feuertaufe / 11. Train Kept a Rollin

. NASHVILLE PUSSY

Les rangs se sont resserés. Il était tard dans la soirée, et les enfants présents restaient aux côtés de leurs parents pour assister au show tant attendu des américains. “Nashville Pussy”, c’est un peu plus que du simple hard rock. Il s’agit d’un groupe atypique, composé de deux gars, mais aussi et surtout de deux dames. Peut-être pas débordantes de jeunesse et loin de la beauté de leurs vingt ans, je l’admets. Le regard est néanmoins attiré. Jouer devant une petite salle ne semblait pas les déranger. Ils en ont vu d’autres, même s’ils ont aussi connu des grandes scènes devant plusieurs milliers de personnes. Le hard rock du quatuor a quelques similitudes avec le desert rock et le rock sudiste. On sentait bien là le dynamisme et les paysages du vieux sud américain. Une superbe prestation où un “Nashville Pussy” un peu vieilli ne semblait pas avoir perdu de sa combativité. Particulièrement Ruyter Suys, de bonne humeur, dont les solos vous filaient le tournis. Ils auront partagé ensemble le bourbon à maintes reprises, notamment sur le sobre et mélancolique “Hate Whiskey”. On aura même droit à un petit show perso de la part de Blaine (à la guitare et au chant). Celui-là remplit son chapeau de bière, en boit une part et renverse le reste sur sa tête. Un petit moment sympathique qui a permis aux autres membres de se reposer un peu avant de poursuivre une longue set-list. Tout au bout, après un rappel de deux morceaux et suite à “Fried Chicken & Coffee”, Ruyter Suys marque la toute fin du set, arrachant les cordes de sa guitare et s’écroulant sur scène, vite ranimée par une gorgée de bourbon avant de regagner les loges. Même pour ceux qui n’apprécient pas le hard rock, il faut les voir au moins une fois. C’est impératif. C’est une découverte, une vision presque idylique de l’Amérique.

Set-List:
1. Come on / 2. Rub It / 3. I’m so High / 4. Pill Billy / 5. High as Hell / 6. Wrong Side Gun / 7. Shoot First / 8. Hate Whiskey / 9. Goin Down Swingin / 10. Everybody’s Fault / 11. Dosage / 12. Go to Hell / 13. Heart Attack / 14. Why Why Why / 15. Go Motherfucker Go / 16. Strutin Cock / 17. Fried Chicken & Coffee

 

Comments are closed.