chroniques et interviews metal

6250Manzer + Goatvermin @ Poitiers 2017

posted by alonewithl on février 10th, 2017

Goatvermin à Poitiers

Manzer + Goatvermin @ Poitiers (86) – Le Cluricaume
(02 Février 2017)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

> Photos

Jeudi 02 Février

De nouveau sur Poitiers, il y a un petit événement chaque année à côté de la grande place piétonne, au bar du Cluricaume. Est organisé chaque février le “ça va saigner du Clu” réunissant groupes de metal, de rock, de punk, locaux ou non. Pour des raisons de santé je n’ai pu couvrir que la première des trois dates de cette 3ème édition. La grippe couvait déjà, mais je comptais alors me rendre voir au moins “Goatvermin”, “Manzer” aussi, car ce sont des amis, même s je les ai déjà vu eux un nombre incalculable de fois maintenant. La foule était présente, pas que des habitués du bar, et il y aura même un peu de casse par la suite. De l’alcool à profusion, des groupes en réussite, dont un se révélera un pur réceptacle de violence brute, des gens éméchés, ça vous donne un endroit explosif où il fallait impérativement être si on aimait le gros volume et les choses qui bougent.

. GOATVERMIN

Ma première confrontation avec ce groupe a tout d’abord été visuelle. Christophe Moyen, le célèbre illustrateur, était fier de nous présenter la pochette d’un nouvel album et c’était celle de “Détruire” de “Goatvermin” justement. Peu de temps après je me suis rendu compte que le groupe jouait à Poitiers. Je n’avais pas alors connu de groupe de black death brutal français, hormis peut-être “Cult Of The Horns” avec lequel ils ont partagé un split/album. Un ouvrage qui avait jusque-là permis à “Goatvermin” de sortir son nez de l’anonymat, en espérant bien sûr de meilleurs effets grâce à la sortie récente de leur album. Revenons au concert de ce début février à Poitiers. Ce groupe composé en trio arrivant de Belfort cultive une apparence très sobre, sans le moindre artifice, veste de scène ou maquillage. C’est le “venez comme vous êtes” qui s’applique chez eux. A cela on ne devine absolument pas la teneur de leur musique ni le niveau de violence auquel on va assister. Cela figurait pourtant comme un accomplissement en soit, et les amateurs de ce metal particulièrement extrême obtiendront plus que leur compte. On tenait là une version française de “Conqueror”, viscéral, massif, surpuissant. Un bombardement en bonne et due forme parfois en langue française qui devait beaucoup sa réussite au fort jeu de la batterie. D’ailleurs on a bien cru que le batteur allait caner tellement il poussait dans ses ressources vitales. Il y allait au point de finir épuisé, de la bave et de la morve plein la tronche sur les derniers morceaux. Le batteur avait vraiment livré toute son énergie dans cette curée. A la fois bruitiste et subtil, “Goatvermin” est un accomplissement et comble un réel besoin dans un espace où on est pas forcément producteur de ce genre de metal.

Set-List:
1. Reek of Massgrave / 2. Pogrom of Hate / 3. Détruire / 4. Storm of Steel / 5. Mort aux Traîtres / 6. Flag of the Vermin / 7. Mord / Gewalt / Urin / 8. Gibier Humain / 9. Infanterie Enfer / 10. Atrocious Rituals / 11. Crevez Tous / 12. Ancienne / 13. Unholy Semen / 14. Le Chant des Canons

. MANZER

Après la surprise et la déculottée donnée par “Goatvermin” on pouvait être soucieux de la réponse de “Manzer”, tapant lui dans un registre beaucoup moins violent. “Manzer” était dans sa demeure. On peut dire qu’ils jouaient à domicile, devant un public que tous trois connaissaient bien, “à la capitale” comme aime à le dire Shaxul. Première chose à dire, et il faut l’avouer, est l’excellence du son pour un si petit endroit. On dit que l’ingénieur son y doit pour beaucoup. En tout cas, il n’y a pas eu besoin de batailler pendant des heures pour les balances. Et cela a aussi été vrai pour “Goatvermin”. Le trio poitevin a privilégié d’un son assez dantesque, avec un renfort assez sensible sur la basse, prodiguant une cure supplémentaire de “Venom” à “Manzer”, hormis la tournure plus “rock n’ roll” délivré notamment sur le second album. Du second album il en a été naturellement question d’après la set-list. A celle-ci s’intègre à chaque fois des reprises. Après “Sabbat”, “Iron Maiden” vient au tour du vieux groupe de heavy speed français “Killers” avec la reprise de “Le Fils de la Haine”. Mais ce n’est pas facile, le public déchaîné exigeant des rappels, “Manzer” ressort son éponyme, puis encore un autre morceau qui n’est autre qu’une reprise à peine bien peaufinée qui semble beaucoup plaire à Hylde. On avait en effet entendu des airs de “Gloves of Metal” à l’échauffement juste avant la lancée du concert. C’est très naturellement que ce titre de “Manowar” est venu clôturer cette première soirée du Clu. Du bestial puis de la bête, c’est en soit un bon résumé.

Set-List:
1. Prowler From Hell / 2. Le Bouffe-Churai / 3. Terroir Squad / 4. Nuclear Necropolis / 5. Sagana / 6. Prepare Your Soul to Die / 7. Veisalgia Damnation / 8. Brut dau Loubatae / 9. Maetre é Cunpagnun / 10. Semen Goddess / 11. Pictavian Bastards / 12. Hard Metal Jackhammer / 13. Le Fils de la Haine (Killers Cover) / 14. Manzer / 15. Gloves of Metal (Manowar Cover)

 

Comments are closed.