chroniques et interviews metal

6707Mobütu + Sliders @ Poitiers 2018

posted by alonewithl on février 25th, 2018

Mobütu + Sliders

Mobütu + Sliders @ Poitiers (86) – Le Zinc
(16 Février 2018)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

Vendredi 16 Février

Retour au Zinc en ce mois de février. J’avais l’impression que c’était une éternité depuis le fameux concert d’”Impiety” en ce même lieu, organisé par Anthems Of Steel. Et justement, il est encore question de Anthems Of Steel pour l’événement qui se tient le 16 février près de la Place du Marché de Poitiers. Deux concerts de groupes locaux de bien moindre ampleur, certes, mais qui valent entièrement le détour. On retrouve les indécrottables speed rock n’ rollers vendéens de “Mobütu” en tête d’affiche. Mais notre curiosité va être plus attiré par ceux qui font la première partie, à savoir le groupe de punk heavy originaire de Parthenay, “Silders”. Ce groupe qui avait produit un album et qui avait splitté, c’est exceptionnellement réuni à nouveau. L’intérêt notable de celui-là est que l’on y retrouve en duo de guitaristes et anciens membres de “Silders”, Hylde qui officie désormais chez “Manzer”, et Charles de “Mobütu” soumis ce soir à double corvée. C’est l’heure des retrouvailles et du rock DUR.

. SLIDERS

Pas beaucoup de monde au lancement du show. Heureusement, certains prendront la peine de descendre par la suite en entendant jouer. ça faisait quelque chose comme huit ans que la formation en question n’avait pas participé à un concert. A ce que l’on entendait, ils semblaient n’avoir rien perdu. On avait un batteur, visiblement réjoui et très bon communiquant, qui faisait également le chant. Devant lui le bassiste, également en second chant, et les guitaristes de chaque côté. C’est non sans humour qu’ils remercient les proches présents, ainsi que leurs plus fidèles supporters. Même si certains morceaux semblaient profondément puiser du côté des “Ramones”, on saisissait bien le mélange heavy et punk dans la majorité des titres joués, et notamment par le jeu particulièrement dynamique des guitares, qui ne se privaient d’ailleurs pas de quelques petits solos, parfois tournés en duel. Tout ceci semblait frais et abouti, nous laissant quelque peu songeur sur la suite sachant que le groupe semblait juste être de nouveau recomposé provisoirement, juste pour se rappeler les bons souvenirs. Cette présentation, de mon point de vue, était tout à fait réussie.

Set-List:
1. Wake Up / 2. Aïna / 3. War’s Children / 4. Rolling as a Rock / 5. Fantasy / 6. Look at the Signs / 7. Wannabee / 8. Have Mores … / 9. Bad Boys / 10. Kids of Rock / 11. Believe In

. MOBÜTU

Branle bas de combat pour le trio vendéen, que l’on retrouve avec de nouvelles perspectives, de nouvelles chansons et un prochain mini à venir. ca galère pourtant durant les balances. Seb, à la batterie ne peut utiliser correctement la charleston pour un problème de disposition. Il la retourne, ne pouvant utiliser la pédale. D’ailleurs une des pédales (d’effet cette fois) de Maturin lâche sans raison, il se trouve alors obligé d’en emprunter une et de refaire la batterie de tests. On voit bien que le bonhomme est perturbé et le sera même en fin de concert. Maturin, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le chanteur guitare du groupe. En fait, comment dire? Si Polnareff, Laurent Voulzy et Lemmy Kilmister avaient eu un enfant à eux trois, ce serait lui à n’en point douter. Malgré sa grande carcasse, ce soir là il va s’en prendre plein la gueule. Le public excité par leur speed “Motôrhead” et les nouvelles chansons bien dans la continuité rock n’ roll de “Mobütu”, un chouia moins bourrins cependant, vont littéralement se déchaîner sur place, au point même que Charles et Maturin se trouve directement exposé aux pogos et à toute cette liesse infantile et alcoolisée. Ce dernier, malgré sa carcasse de boeuf, fera une reculade de deux mètres avec sa basse en se prenant un mec entier dans le buffet. Charles, impressionné par ce tumulte un peu plus énervé que d’habitude poursuit ses riffs endiablés tout en prenant précaution de bien rester accolé à son coin. Cela va aller en s’accélérant à l’approche de la fin. On leur annonce que le show doit se terminer. Et les petites blagues et les grossièretés proférés à cette engeance vandalique qui tient lieu et place de public s’amenuisent. Puis, avec un peu de retard on en arrive à la fin à un échange viril mais courtois de doigts d’honneur entre le trio de saltimbanques peu catholiques et ce public d’anarchistes fiévreux.

Set-List:
1. Intro / 2. I’m Wild Wild Wild / 3. Go Go Go Hail Rock n’ Roll / 4. Let Them Die / 5. I’m the Ambassador of Love / 6. Mobütu Will Kick Your Ass / 7. Born in Mississippi / 8. Mobütu Is Back / 9. Ramones (Motörhead Cover)/ 10. Death Race / 11. Don’t Forget the Deal / 12. Rock n’ Roll Is Over / 13. In Hell I Will Burn / 14. FLC Rock n’ Roll City / 15. Run Hippie Run / 16. Slurp on Venus / 17. Goinf to Hellfest / 18. Hell’s Cats in Heat

 

Comments are closed.