chroniques et interviews metal

6757Cradle Of Filth + Moonspell @ Limoges 2018

posted by alonewithl on mars 20th, 2018

Cradle Of Filth + Moonspell

Cradle Of Filth + Moonspell @ Limoges (87) – Centre Culturel John Lennon
(18 Février 2018)
Ouverture à partir de 18:30 heures.

« Cradle Of Filth » viendrait près de chez vous, est ce que ça vous tenterait ? A priori ca demande réflexion. J’ai beau avoir beaucoup écouté la formation, être assidue quant aux différentes sorties, la perspective du concert ne me plaisait pas . On a dit tellement de mal à propos des concerts du groupe britannique, pourtant symbolique du black mélodique à tendance gothique, que j’en étais resté frigide, et avait plusieurs fois manqué leur passage en festival. Une fine oreille bossant à Metallian me fit remarquer un jour que le groupe avait radicalement changé sur scène, et que les concerts s’en trouvaient nettement améliorés. Comme je ne condamne pas éternellement et que j’aime aussi la première partie « Moonspell » qui est proposé ce 18 février 2018 dans la salle John Lennon de Limoges. Même si ça n’atteignait pas la foule qu’il y a eu pour « WASP », il y avait pas mal de monde, et de nombreuses femmes. Ce qui n’est pas le plus courant de ce genre de rendez-vous. A l’entrée, étonnement pas grand-chose niveau merchandising, surtout du côté de « Cradle Of Filth ». La barrière est aussitôt prise d’assaut et les gens campent devant en l’attente du premier groupe.

. MOONSPELL

La prestigieuse formation portugaise de metal gothique connaît déjà cette salle pour être venu notamment aux côtés d’ »Insomnium » et « ADX ». En fait je les avais vu deux fois lors de cette tournée « Alpha Noir ». La formation défend désormais un autre album bien plus posé, « 1755 », qui fait néanmoins référence au tremblement de terre de Lisbonne qui avait durement et durablement marqué son époque. Comme à chaque fois l’entrée sur scène est soignée et théâtralisée.Fernando Ribeiro, au chant, porte alors un masque et une lanterne qu’il se met à agiter. La formation se limite ici à 4 membres et la prestation parait illico plus éthérée que lors de leur précédent passage, mis à part le fameux morceau “Night Eternal”, titre le plus nerveux du set proposé. “Moonspell” mise et parvient à compenser avec une grosse mise en scène, quelques effets, comme un crucifix muni de lasers brandi pour impressionner la foule. A noter également le grand effort pris par Fernando pour communiquer en français avec un public réceptif, qui n’a certes pas découvert un très grand “Moonspell”, mais qui reste efficace et éclectique, malgré un parti pris pour des titres plus mid-tempo.

Set-List:
1. Intro / 2. Em Nome do Medo / 3. 1755 / 4. In Tremor Dei / 5. Desastre / 6. Night Eternal / 7. Ruinas / 8. Opium / 9. Evento / 10. Todos os Santos / 11. Alma Mater / 12. Full Moon Madness

. CRADLE OF FILTH

Au tour du plat de résistance. Comme signalé juste avant c’était une grande première pour moi malgré une affection toute particulière et un suivi rigoureux de la discographie. La batterie était disposée derrière une persienne transparente, histoire d’atténuer les percussions. La formation disposait également d’une nouvelle paire de guitaristes, qui est certainement pour quelque chose dans le renouveau de “Cradle Of Filth”. Et on va très vite en faire la découverte au vue de leur performance et efficacité sur scène. On devine néanmoins chez eux un registre très heavy metal. Des deux, Richard Shaw s’illustrera très particulièrement par sa théâtralité, sa gestuelle, et aussi pour avoir joué de manière nonchalante de son instrument avec une bouteille. La tête du groupe n’était pas en reste, Dani dont on retient souvent certaines péripéties comportementales, s’est révélé très éruptif sur scène, et bon communiquant. Ses cris suraiguës étaient loin d’être insupportables et s’harmonisaient parfaitement avec la vivacité de la musique, tout en puissance et en nervosité ce soir là. On le voyait souvent s’éclipser brièvement pour parler à son ingé son qui réglait une partie du show avec sa tablette. Bien sûr on pourrait se plaindre de l’absence de certains vieux morceaux sur le set, même si celui-là était plutôt bien équilibré. Les deux derniers albums étaient naturellement privilégiés, car collant aussi mieux au jeu des deux nouveaux guitaristes ayant participé à leur élaboration. Un show tout juste bluffant, habile et qui avait de quoi faire taire toutes critiques, de même qu’il est arrivé à changer notre vision de cette formation.

Set-List:
1. Ave Satani / 2. Gilded Cunt / 3. Beneath the Howling Stars / 4. Blackest Magick in Practice / 5. Heartbreak and Seance / 6. Bathory Aria / 7. Dusk and Her Embrace / 8. The Death of Love / 9. You Will Know the Lion by His Claws / 10. A Bruise Upon the Silent Moon / 11. The Promise of Fever / 12. Nymphetamine / 13. Her Ghost in the Fog / 14. Born in a Burial Gown / 15. From the Cradle to Enslave / 16. Blooding the Hounds of Hell

 

Comments are closed.