chroniques et interviews metal

6794Diskord + Cryptic Brood @ Poitiers 2018

posted by alonewithl on mars 25th, 2018

Diskord + Cryptic Brood

Diskord + Cryptic Brood @ Poitiers (86) – Le Zinc
(19 Mars 2018)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

Anthems Of Steel nous gratifie d’une nouvelle rencontre 100% death metal. En effet, ce ne sont pas les groupes qui manquent dans le genre, mais c’est encore assez rare que l’association fasse venir deux formations étrangères dont le style est très en marge de ce qui est ordinairement véhiculé. Là, les formations sont jeunes et très expérimentales, très loin de l’orthodoxie initialement revendiqué par Anthems Of Steel. Ce qui est très bien et montre une vraie ouverture d’esprit. Une fois encore c’est la petite crypte du Zinc qui est choisie pour l’événement. J’ai profité de l’avance et du privilège d’accéder à la cavité avant le public pour toiser la scène toujours aussi sombre et discuter un peu avec les membres en plein préparatif. Des gens assez fascinés par l’endroit et très sereins pour la suite.

. CRYPTIC BROOD

Cette fraîcheur, cette sérénité, foutent complètement le camp dès que le premier trio entre en scène. Place au drame, à la souffrance et à la crasse avec les allemands de “Cryptic Brood” qui abordent un doom death des plus lourds et compressés. Guitariste et bassiste sur les côtés ont le visage caché par leur chevelure et restent statiques, voûtés, tels deux croque-morts. Le batteur, également au chant principal, arbore un visage déconfit, torturé en parfaite osmose avec ses cris déchirants. En cela “Cryptic Brood” s’illustre assez remarquablement dans cette musique lourde, sans compromis, mais parfois tiraillée par quelques mélodies démontrant l’adresse du guitariste. Le groupe commence juste à se frayer un chemin dans le circuit. Il a pu notamment sortir son premier album l’année dernière, “Brain Eater”, qui en appelle certainement d’autres au vue du fil de composition de la formation depuis sa fondation en 2013.

. DISKORD

On passe à la tête d’affiche norvégo-russe, “Diskord”, qui a juste un peu plus de notoriété malgré une carrière ayant débutée en toute fin des années 90. Les membres paraissent à première vue de jeunes hipsters. Le batteur avec ses lunettes fait très ingénieur informaticien. Et je commence à pouffer en voyant la guitare avec des repères lumineux sur le manche, chose que je n’avais vu seulement que sur la basse de Doris Yeh du groupe taïwanais “Chthonic”. Passé le rictus moqueur, le groupe qui n’avait l’air de rien prime abord révèle rapidement sa maestria dans un death très loin des caricatures de branlette psychologico-chiante à la “Cynic”. C’est à la fois très dense, nerveux et usant d’une dextérité folle, très emprunt au milieu progressif cela dit. Les compositions sont toutes tiraillées, maltraitées pour prendre les formes les plus ambiguës, tout en s’appuyant sur une solide technique et les mélodies complexes du guitariste russe. Le batteur, qui avait quitté ses lunettes, prenait un tout autre air, mitraillant fûts et cymbales en un métronome sous stéroïdes au vue de la vitesse d’exécution. Peut-être plus discret, le bassiste a eu néanmoins son moment de gloire lorsque par deux fois à partir du milieu du set, il fait usage d’une contrebasse électrique, drôle d’instrument qui fait tout de suite une nette impression sur le public venant en assez grand nombre compte tenu de la petite salle et du fait que ce soit un lundi soir. On cerne mieux ainsi le nom du groupe et les pochettes toutes plus repoussantes et primaires, mais heurtant violemment le regard comme la musique de “Diskord” heurte sensiblement l’oreille dans un style rarement employé qui fait de ce groupe un extraterrestre dans le milieu, à moins de connaître la formation norvégienne “Cadaver”.

Set-List:
1. Entropic Death / 2. Lethargic Regression / 3. Overseer / 4. Occult Radiohit / 5. Horrid Engine / 6. Hermit Dream / 7. Cosmic Collapse / 8. Architectonic… / 9. Circus-Galaxy / 10. The Great Void Redeemer /11. Loitering in the Portal / 12. Instauration / 13. Primitive Doom

 

Comments are closed.