chroniques et interviews metal

6801Wergeld + Guests @ Angoulême 2018

posted by alonewithl on avril 6th, 2018

Wergeld + Guests

Wergeld + Guests @ Angoulême (16) – Le Showcase
(03 Mars 2018)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

En soutien de la soirée viking metal organisée par l’association Atomizer, une soirée de quelques petits concerts a lieu dans un nouvel espace qui a récemment ouvert sur Angoulême, pas très loin d’ailleurs du bar du Mars où se tenait jusqu’à présent différents concerts metal dans le secteur. Le Showcase est un bar-concerts pas forcément des plus exposés, mais à la façade curieuse ne laissant entrevoir rien à l’intérieur du dehors. Une fois entré on prend dimension d’une longue salle espacée avec un petit recoin qui tient lieu de scène au fond. L’endroit est grand, accueillant, plutôt très sombre. Et je commence à craindre de la qualité des lumières et du son, aussi à cause du faux plafond qui surplombe la scène. Ça va en effet jouer sur la qualité du son. La qualité des lumières va dépendre des groupes sur scène, mais globalement ceux-ci seront malheureusement dans la pénombre et la purée de pois. Je m’étonne quand même du nombre de visiteurs, venus assez nombreux pour l’occasion.

. PUSSY OF WAR

Sous le nom de “Pussy Of War”, le groupe limougeot pourrait s’apparenté un brin provocateur. Non! Il ne s’agit pas de metal parodique mais de death metal tout à fait sérieux. Il me semble avoir entendu parler brièvement dans une conversation qui concernait la scène de Limoges, mais aller au dela jusqu’à ce soir, ma première rencontre donc avec “Pussy Of War”. La petite originalité du groupe composé en quatuor est d’avoir une bassiste. La présence féminine dans ce genre est suffisamment anecdotique pour en faire part. Egalement une chose qui démarque “Pussy Of War”, c’est l’absence inédite de solos dans ses parties guitares, offrant là un death assez peu technique et misant davantage sur le gros son. Mis à part cette guitare toujours en mode rythmique, le chant néanmoins se montre plutôt très réactif, avec un growl profond et bien caverneux. On a là presque l’impression d’écouter quelque chose qui s’assimile à du “Six Feet Under”, en tenant compte également de la qualité sonore qui n’était pas optimal ce soir là et donnait de manière très encaissée. Cela dit, il sera nécessaire pour se jeune groupe de death d’aiguiser davantage ses armes.

Set-List:
1. Abyssal Song / 2. Carne / 3. Glitch / 4. Revenge / 5. Evolved / 6. Meeseeks / 7. Pathetic Puppets / 8. Aversive Hydra / 9. Pussy of War

. NAUAR

Ce groupe là ne m’est pas inconnu. Et pourtant ils ne sont pas du secteur, car ils viennent en fait de Pau, dont on plaint d’ailleurs le manque de formations metal. Ce qui oblige “Nauar” à monter pour la deuxième fois en quelques années dans la région angoumoisine. Seulement, “Nauar” connait des difficultés. Il n’a plus à ce jour de bassiste et doit pour le moment se composer en duo, c’est à dire un chanteur-guitariste et un batteur, à la manière d’un “Inquisition” et en dehors de toute volonté, car ils recherchaient encore désespérément un bassiste jusqu’à cette date. Curieusement, la qualité de l’éclairage et du son qui faisaient quelque peu défauts pour le groupe précédent, s’en retrouvent améliorés. On sentait la frilosité et la tension chez le chanteur-guitariste qui devait pallier l’absence de basse et craignait que l’absence de répétitions ne lui soit dommageable. Ils ont joué tous les deux très vite, de manière pertinente pour délivrer un black metal assez furieux et à la technique rodée, mais avec, cela dit, un chant un peu effacé. La tension et la vitesse allaient à son comble vers la fin du set, si bien que le chanteur-guitariste commençait à se plaindre de crampes aux mains. Il était temps, et ils ont néanmoins réussi à assurer, même mieux encore que lors de leur passage à Vars en 2016. Ce qui les a peut-être décidé à continuer ainsi en duo….pour le moment.

Set-List:
1. Domination of Goat / 2. Embrace Darkness / 3. Diabolic Days / 4. Cruelty / 5. Evil Church / 6. Sacrilège / 7. Invocation / 8. Despair and Cry

. WERGELD

c’est au tour de la tête d’affiche, sans qui le mot “viking” n’aurait rien eu à faire dessus. Le line up du groupe a maintes fois changé. Je ne reconnais pas une partie des membres et j’ai appris il y a peu le départ de Guillaume, frère de Greg, qui avait pourtant pas trop mal contribué dans leur premier full lenght dont on fête officiellement la sortie. Du moins, ce n’était sans compter sur les problèmes rencontrés au sein du label dans l’élaboration de leurs digipacks. On fête donc cela sans le support physique, mais avec le groupe qui est lui bien présent, par contre avec un éclairage minimal et pas trop de voix dans le chant principal. Le chanteur n’est plus donc Guillaume, mais Gilles d’”Unanswered Rip”. Celui-là s’en tirait pas trop mal et se dépensait beaucoup en théâtralité faisant songer là à une prestation scénique d’Alan Averill (“Primordial”). On remarque également les nouveaux morceaux figurants sur l’album, et on pourrait s’estimer assez surpris par la richesse musicale, débutant son set par des morceaux au black pagan implacable pour ensuite se diriger vers plus champêtre et contemplatif. On avait aborder le cas de Guillaume précédemment. L’ex membre de la formation aura droit à un tandem avec Gilles sur “The Loss of the World Tree”. Par contre pas de reprise de “Baptised in Fire and Ice” de “Bathory” cette fois, à mon grand désarroi, mais un show à la hauteur des attentes et entraînant “Wergeld” vers une nouvelle étape.

Set-List:
1. Imperium Delecta / 2. Antrustion / 3. Bloody Goddesses / 4. Drinking the Blood of the Beheaded Priest / 5. Freyja / 6. 40 Years of War / 7. The Loss of the World Tree / 8. In Tribute to Beltan

 

Comments are closed.