chroniques et interviews metal

Funny Metal

Manowar est un groupe comique

Bienvenue dans cette page consacrée aux groupes de metal parodique. Avant de vous en présenter quelques uns parmi les plus connus, un petit descriptif s’impose:

Le metal parodique ne laisse aucunement indifférent. Soit on en rit, soit on s’insurge. Ce n’est ni un genre ni un sous-genre, on le retrouve dans tout type de musique metal, aussi bien au sein du heavy metal que du black metal, genres déjà bien gratinés par toutes sortes de clichés qu’on en fait.

La source de cette mascarade autour de la musique et recette de groupes plus ou moins talentueux, provient sans nul doute du film « This Is Spinal Tap » de 1984, mettant en action un vrai-faux groupe à l’humour décapant, à fond dans l’imagerie guignolesque véhiculée malencontreusement par de nombreux groupes de hard et de heavy de l’époque. Vrai-faux groupe car bien que composé d’acteurs ceux-ci ont bien sortis de vrais albums (mais également des faux). Le phénomène s’installe confortablement au sein de la scène shock rock ; pour preuve la formation des monstres du crossover puis du thrash metal « GWAR », offrant dans ses tournées un carnaval orgiaque et obscène devant un public ébahi.

L’auto-flagellation parodique va accompagner le succès international du metal. Les continents les plus touchés créeront des groupes moquant leur musique de prédilection. C’est en Europe que l’on assiste à une explosion du phénomène, essentiellement en Allemagne et en France. Chaque pays ou presque aura pour ainsi dire son plus fameux représentant : En France, « Ultra Vomit », en Allemagne, « J.B.O », en Italie, « Nanowar of Steel ».

des dieux

……………………………………………………………………………………………..

. GRAILKNIGHTS

Soldats moldaves en tenue de parade.

Toi qui me lis, je sais que tu as été fasciné dans ta jeunesse par les comics et tous ces héros en tenue fluo, le slip par-dessus leur pantalon. Les types de « Grailknights » sont comme toi, tellement obnubilés cependant, qu’ils sont depuis 2002 convaincus d’être d’authentiques super héros. Au gré des albums mêlant death mélodique, power metal et occasionnellement folk/pagan, ils ont maintes fois fait preuve de leur super pouvoirs comiques. Comme dit le jargon, le ridicule ne tue pas. Et, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Site officiel
Myspace
Facebook

“Tranquility’s Embrace” et ses influences marquées à “Ensiferum” est un morceau à emmener partout (sauf en avion). Le titre est issu de l’album “Alliance” de 2008, paru sur le label STF Records.

. HATE FOR PAIN

La haîne pour le pain

“Yu ouente bloude yuv gode hite” dirait “Hate For Pain”. Ces frenchies satacaniches apparus en 2007, plutôt inclassables (si vous avez le désir de les fourrer quelque part), ne reculent devant rien. Non vraiment ! Vous êtes encore là ? Tant pis pour vous.

Site officiel
Myspace
Facebook

Fuck Gode!

. JALDABOATH

mont joie saint denis

Damnés anglois! Que Ste Vierge Marie et Géraldine la poissonnière nous protègent de ce fléau venu d’Outre-Manche. Le chef de cette invasion de rosbiffs n’est autre qu Sir James Fogarty, ayant déjà pactisé avec le malin sur ses projets “Ewigkeit”, “The Bombs of Enduring Freedom”. Il était autrefois issu de la loge “The Meads of Asphodel”. Méfiez-vous de ce prince noir. Il a visionné “Sacré Graal” des Monty Pythons et ne s’en est apparemment pas remis.

Myspace
Facebook

Pouet, pouet, pouet, pouet, pouet, pouet,…

. J.B.O

Unis comme les quatre doigts d'une main

Entre une chope de bière et une saucisse de Frankfort venues engloutir leur gosier, les allemands aiment rigoler. Surtout des autres, qui font tout moins bon qu’eux. Ya ! “J.B.O” (“James Zensiert! Chester”) était presque là avant tout le monde. Autrefois appelé “James Blast Orchester”, puis raccourci pour des histoires judiciaires, la boîte à rire teutonne existe depuis 1989, et elle n’est pas prête de s’arrêter. Ce test à l’usure est encore une fois une preuve de la qualité allemande. Prenez-en de la graine vous autres.

Site Officiel
Myspace
Facebook

C’est étrange, ce clip me rappele vaguement quelque chose. Mais quoi? Le titre est en tout cas issu de leur album de 1995 “Explizite Lyrik”, et ils ne font pas les choses à moitié.

. MASSACRATION

Ce sont de vrais hommes.

Ce groupe de heavy metal brésilien frappait fort dans l’autodérision. De 2004 à 2012 ils aimaient parodier leur style metal préféré en parfaits jusqu’au boutistes.

Myspace

Clip de “The Mummy”. Titre issu de l’album “Good Blood Headbanguers” (2009), paru chez EMI music.

. NANOWAR OF STEEL

Prêts pour la course.

“Manowar is gay” c’est bien connu. “Nanowar of Steel” est ce qui a été créé de pire (ou de meilleur) en Italie ces dix dernières années en matière de musique heavy metal. Un groupe qui vous donnera néanmoins le sourire.

Site officiel
Myspace
Facebook

Clip de “Nanowar”. Titre issu de l’album “Into Gay Pride” (2010), paru chez Temple of Noise records.

. THE BLACK SATANS

The Black Satans nous fait peur.

De l’alcool, du black metal, de la dérision, cela donne “The Black Satans”. Il s’agit d’une obscure formation finlandaise créée durant l’année 2005 en vue de se moquer du “true norwegian black metal”. Pour le coup, on peut dire que c’est très réussi. Chaque clip est une perle.

Myspace

Les anglais de “Cradle Of Filth” en prennent pour leur grade aussi avec le clip “The Mutilation of Christ”.

. ULTRA VOMIT

Un groupe confortablement installé

Rien que le nom veut tout dire. “Ultra Vomit” s’illustre pourtant comme une grande référence du metal français. C’est un comble quand on sait que ce groupe nantais fondé en 1999 est passé du grindcore à quelque chose d’encore plus nawak. Oui, ils vont loin, peut-être trop loin au goût de certains. Mais ces derniers n’ont à l’évidence aucun sens de l’humour.

Site officiel
Myspace
Facebook

Clip de “Judas Prost” issu de leur premier album “M. Patate”, paru chez Sacral Productions, puis chez Listenable Records. Nelson Monfort aime se faire passer dessus.