chroniques et interviews metal
View Recent Ten Items

6601Impiety + Guests @ Poitiers 2017

posted by alonewithl on décembre 16th, 2017

Impiety + Guests

Impiety + Guests @ Poitiers (86) – Le Zinc
(07 Décembre 2017)
Ouverture à partir de 19:00 heures.

Jeudi 07 Décembre

“Impiety” est un pur monument du black death metal, et probablement à considérer comme un des groupes les plus représentatifs du metal dans le continent asiatique, incontournable même lorsqu’il est question de la scène du sud-est asiatique et celle du micro-Etat Singapour, très prolifique dans le domaine. Quand on m’a annoncé sa venue à Poitiers, et dans le bar du Zinc en plus, j’ai longtemps cru à une blague. Anthems Of Steel qui organisait la festivité assurait qu’il n’en était rien et que la venue de ce monstre était tout ce qu’il y a de plus réel. La date était comprise dans une tournée avec les champions rhône-alpins du death black “Necrowretch”, et le très local “Abduscius” venait se rajouter tardivement à Poitiers pour son tout premier concert, faisant ainsi avancer le début des hostilités à 19h. Diantre! Je sentais que le diable voulait jouer de moi, mon essuie glace se bloque en pleine averse et en pleine nuit. Il a fallu jouer sur mon étoile pour ne pas encadrer un camion et arrivé juste à temps pour le premier morceau d’”Abduscius”.

. ABDUSCIUS

Rajouté tardivement sur l’affiche, comme mentionné, il était très curieux de voir ce qu’il en était de ce nouveau groupe poitevin composé en trio. On retrouve en figure bien connue Pierre Mandon à la guitare, membre de “The Bottle Doom Lazy Band”, “Trepanator” et “Mantras”. “Abduscius” est un groupe black metal, un black metal plutôt particulier car on touchait plus là un black moderne marathonien maintenant une rythmique soutenue et constante à la manière d’un “Winterfylleth”. D’ailleurs ils s’y sont remarquablement prêtés pour un tout premier concert, avec sobriété et une complète maîtrise. A noter un chant mis sous une reverb à fond qui sonnait alors parfaitement dans ce caveau. Ce qui n’est pas sans rappeler la prestation de “Mantras” dans ce même lieu.

Set-List:
1. Pentagram Inverted Cross / 2. Witchcraft in Darkest Night / 3. Occult Sacrifice in the Depth of the Dead Forest / 4. Morbid Wings of Venom / 5. Triumph of Witchery

. NECROWRETCH

Ce groupe aura pris très vite de l’envergure, au point d’arrivée aujourd’hui à faire les premières parties de “Mercyless” ou d’”Impiety”. Ma première vraie rencontre avec ce groupe fut au Hellfest 2015, il figurait alors en potentiel. Le changement de scène est radical ce soir avec celui de Clisson. Nous sommes cette fois sous terre dans un petit endroit reclus et les membres ont du mal à se frayer un espace. Ils y arrivent tant bien que mal. Les réglages se font assez rapidement et le public met un peu de temps à venir. Je pensais personnellement qu’il y aura là plus de monde, d’autres arriveront par la suite pour “Impiety”, mais ça restera en deçà de mes espérances. “Necrowretch” ne semble pas intimidé par les lieux, même s’il voulait départ couper la lumière. Point de set-list au sol, mais on devine que ce qui va être joué ce soir ne va différer des dates ultérieures. Rappelons que la formation joue alors chaque soirée en compagnie d’”Impiety”. On se souviendra néanmoins de leur death black sans concession, proposant apparemment des morceaux de leurs trois albums. Point de véritable pause et de communication avec le public, “Necrowretch” vit pleinement sa musique, s’arrête sans mots 5 à 10 secondes avant de passer à un autre morceau. Ils lèvent même parfois les bras et instruments comme si on participait à une communion dans ce metal extrême déchaîné qui est aujourd’hui représentatif d’un nouveau souffle du metal extrême français. Le son était très correct et permettait la distinction des différents acteurs dans cette salle souterraine. Il est très regrettable en revanche que le public soit resté un peu passif vis à vis de cette formidable source de mélodie et de rage.

. IMPIETY

Au tour de la légende singapourienne de prendre le relais et de clore cette soirée très inédite au Zinc de Poitiers. Comme cela a été le cas pour “Necrowretch”, le trio infernal ne semble pas mal à l’aise avec le type de lieu et un public réduit à la fréquentation d’un bar. ça ne semble aucunement les déranger En revanche, le guitariste paraissait plutôt perturbé par la promuscuité de la scène et s’est calé du mieux qu’il a pu. Les balances ont aussi prises un peu de temps, notamment pour mettre la reverb au goût de Shyaithan. En effet, celui-là basait son chant sous une grosse reverb, allant de paire avec la musique extrême et primitive d’”Impiety”. J’avais déjà assisté à un précédent show de la formation sous le tente du Temple du Hellfest en 2014 et avec un plus large public. La différence entre ce concert et celui du Zinc est sans commune mesure. Celui du Zinc était autrement plus puissant et animal. On avait affaire à du black death proprement bestial comme l’aiment et l’envisageaient sans doute certains spectateurs de la soirée. Autrement dit, tout a tâchait fortement, et le public encore bien timide sous “Necrowretch” commençait à se bousculer vaillamment. A titre personnel, j’ai même pris un violent coup, de micro. Shyaithan très à l’étroit fit un léger mouvement de pied malencontreux faisant basculer le pied de micro. On a pu reconnaître parmi les morceaux, “Dominator” et “Ceremonial Necrochrist Redesecration”. Autrement dit, “Impiety” aura parcouru une large part de sa discographie sur la set list de ce soir, dans un trou au milieu de nulle part, devant quelques trves fanatiques, puis à partager avec eux bières et impressions. C’est comme a qu’on aime le metal extrême underground.

No Comments | Categorized: Live Report

6599Heksen + Endbroken @ Poitiers 2017

posted by alonewithl on décembre 6th, 2017

Heksen + Endbroken

Heksen + Endbroken @ Poitiers (86) – Le Zinc
(02 Décembre 2017)
Ouverture à partir de 20:30 heures.

Samedi 02 Décembre

Go Music, une fois n’est pas coutume, s’avance encore une fois en dehors des contrées du core et du hard rock en proposant une petite soirée bien traditionnelle avec au programme, du thrash et du death, un groupe bien local, et un autre d’une autre région. Pas une très grande fréquentation, mais les spectateurs sont tout de même présents. Ce sera semble t-il la dernière pour Go Music dans ce bar du Zinc pour l’année 2017.

. ENDBROKEN

Il s’agit d’un retour au Zinc pour ce jeune groupe local qui avait joué ici il y a près d’un an. On remarquera que les membres ont pu arriver très vite à une stabilité musicale, pour parvenir aujourd’hui à produire un heavy thrash tout à fait potable et presque arrivé à maturité. En tout cas, bien plus dense que la fois précédente dans ces lieux. On atteint une cohérence qui révèle un réel travail en amont. Le morceau “Vegan Messiah” figure même comme un extrait assez exemplaire, laissant entrevoir des travaux plus prometteurs à l’avenir. Prenant tout de suite les devants, le chanteur est toujours aussi à son aise en public et apporte un réel plus avec son coffre.

Set-List:
1. Crazy Toxic / 2. Entity / 3. Straightahead / 4. Vegan Messiah / 5. Welcome to My Funeral / 6. In Fire I Fight / 7. Cannibal

. HEKSEN

Au tour de la tête de la soirée. Le groupe de death metal clermontois “Heksen” a figuré comme un grand inconnu, mais peut désormais entrevoir une suite plus intéressante pour sa carrière depuis la sortie de son premier album, permettant ainsi de démarcher plus efficacement les salles pour ses concerts. Ils ont obtenu par le biais d’”Endbroken” de venir à Poitiers, ils rendront la pareille en ayant l’amabilité de les inviter sur une date à Clermont-Ferrand. Ce qui est une aide non-négligeable pour “Endbroken”. S’agissant de “Heksen”, celui-là a misé sur une bonne préparation scénique, avec faux sang, tenues appropriées et luminosité abaissée. Ils auront néanmoins bataillé durant les balances, principalement à cause d’un défaut de câblages, heureusement vite résolu. Un brin d’humour en provenance du bassiste, mais même aussi du vocaliste ont mis de suite à l’aise le public. Et le show s’est tenu fort correctement dans son ensemble, avec une performance remarquée du batteur. Le thrash death de “Heksen” se distingue par une série de titres assez courts et une fibre particulièrement nerveuse. On retiendra notamment la reprise de “Wolverine Blues d’”Entombed”, celle plus cocasse en revanche de “Dead” de “Naplam Death”.

Set-List:
1. Intro / 2. Eternal Misanthropy / 3. Neo Cortex Annihilation / 4. The Walking Dead / 5. Wolverine Blues (Entombed Cover) / 6. Post-Mortem Psychanalyse / 7. Patien Zero / 8. Dead (Napalm Death Cover) / 9. From Victim to Executioner / 10. Behind the Mask / 11. The Man From Nowhere

No Comments | Categorized: Live Report

6597Zoldier Noiz + guests @ Niort 2017

posted by alonewithl on décembre 6th, 2017

Zoldier Noiz + guests

Zoldier Noiz + Mortal Scepter + Fall Of Seraphs @ Niort (79) – L’Alternateur
(01 Décembre 2017)
Ouverture à partir de 20:00 heures.

Vendredi 01 Décembre

De nouveaux concerts metal sur Bressuire, à la Salle Emeraude, ce ne sera malheureusement plus pour bientôt. L’association Anthems Of Steel a choisi de se recentrer autour de Niort et Poitiers. N’étant pas vraiment fan de la ville de Niort, il faut néanmoins reconnaître que L’Alternateur est une chouette petite salle, bien tenue avec un bon service de restauration et des toilettes uniques. J’avais déjà eu l’occasion d’en parler lors de précédents rendez-vous dans cette salle. Anthems Of Steel a jeté son dévolu sur L’Alternateur pour l’organisation d’une soirée de trois concerts orientés thrash et death metal. Avec des connaissances, mais pas forcément qu’au niveau local. On revoit “Zöldier Noïz”, “Mortal Scepter” et “Fall Of Seraphs”, trois potentiels forts du metal français actuel, originaires des extrémités de l’Hexagone.

. FALL OF SERAPHS

Depuis leur passage au Vars Attacks en 2014, année de leur création, “Fall Of Seraphs” a fait du chemin et s’est reconstitué autour d’un line up solide. Depuis la sortie de leur EP “Destroyer Of Worlds”, le groupe prend même en ampleur et figure même en véritable espoir du death français, dépassant très rapidement le cadre régional. Et cela doit beaucoup aussi à la qualité de leurs prestations live. Ce soir du 1er décembre, “Fall Of Seraphs” n’a pas manqué à son public, en produisant un death metal volumineux, profond et envoûté d’une nappe d’obscurité. Le growl caverneux est d’ailleurs particulièrement saisissant et n’est pas étrangère aux coutours sombres de ce que le public entend. Encore un très bon concert de leur part, mieux encore qu’à Angoulême en avril dernier, qui était meilleur à leur prestation de 2014 à Vars. “Fall Of Seraphs” est sur une pente ascensionnelle.

Set-List:
1. Portal? / 2. Kill all Empathy / 3. Pact of Negation / 4. Weaver? / 5. Destroyer of Worlds / 6. Seraph of the Masses / 7. Sands? / 8. Thought Seize / 9. A Way? / 10. Vow? / 11. Massacred By Slitting

. MORTAL SCEPTER

J’avais découvert ce groupe de thrash metal venant du Nord de la France aux côtés de “Fall Of Seraphs” justement. Plus précisément lors de leur venue à Angoulême avec “Skelethal”. La formation se distinguait alors dans un thrash très germanique, porté par les monstres du genre que sont “Sodom” et “Destruction”. “Mortal Scepter” nous revient cette fois sous de meilleurs jours encore, interprétant des morceaux issus de leur EP, mais pas que. Le spectacle s’est malheureusement agrémenté d’un couac. La rage s’est tempérée sur le 4ème morceau au moment où la guitare d’un des guitaristes a subitement lâché. Le musicien s’est trouvé confus, mais a immédiatement réagit, parti promptement dans les backstages en chercher une autre, pendant que ses camarades en bons professionnels ne perdaient en rien leur jus et continuaient de jouer sans faire attention à ce qui se passait à droite de la scène côté spectateurs. Ils ont repris ensemble leur course folle, et comme à l’accoutumé de leurs concerts, ils feront une reprise de “Death” (“Left to Die”) puis de “Destruction” (“Total Destruction”).

Set-List:
1. As Time Sharpens the Sentence / 2. Execution Symphony / 3. The Carpathian Castle / 4. Perish With the Flesh / 5. Lust Spells / 6. Death To The False Ones / 7. Violent Revenge / 8. Left to Die (Death Cover) / 9. Total Destruction (Destruction Cover)

. ZÖLDIER NOÏZ

On arrive à la conclusion de cette soirée. Et pas avec rien. “Zöldier Noïz” n’est certes pas hyper connu, mais c’est celui qui le plus de longévité parmi les groupes présentés, et il n’est pas non plus dépourvu de puissance et de technicité. Celui-là est originaire de Montpellier. On a déjà pu le voir dans la zone du Poitou-Charentes lors d’un précédent Anthems Of Steel Fest tenu à Bressuire. La composition du trio, cette fois, diffère, puisqu’il comportait la première fois que je les ai vu une batteuse, désormais un vrai bonhomme à crête de punk. C’est Anton qui est ici derrière les fûts. Ils auront joué ce soir un thrash punkisant particulièrement saisissant avec une bonne dose de solis partant en vrille tous remarquables de dextérité. Cette maîtrise est principalement l’oeuvre du chanteur/guitariste Tankvinss, membre qui a d’ailleurs un timbre de voix très proche de celui de Lemmy quand il chante. Ce qui donne son petit effet. “Zöldier Noïz” ferait ainsi office d’un “Motörhead” s’accoquinant avec le metal extrême. Croyant avoir conclu définitivement l’affaire, le batteur envoie valdinguer sa grosse cymbale contre le sol et sort tranquillement dans les coulisses. On signale alors au groupe qu’il possède encore du temps. Les deux membre restants hésitent puis interpelle Anton pour qu’il revienne. Et le trio se lance dans deux derniers morceaux.

Set-List:
1. What Life… What Work? / 2. Thirty Nine Forty Five / 3. Ebola Syndrome / 4. Life Under Will / 5. Grave Crawler / 6. Heaven Street / 7. Time For Prayers / 8. Earth Lethal Zone / 9. ? / 10. ?

No Comments | Categorized: Live Report