Critique du Spectacle de Behemoth, Watain, The Devil’s Blood, In Solitude 09 Mai 2012 Club Soda Montréal

Critique du Spectacle de Behemoth / Watain / The Devil’s Blood / In Solitude, 09 Mai 2012 Montréal, Club Soda.

Malheureusement,  je suis arrivé pour la fin du spectacle de,  « In Solitude », donc je m’abstiendrai de tout commentaire. Après un « Sound Check » qui n’en finissait plus, La deuxième formation de la soirée montent finalement sur la scène du Club Soda « The Devil’s Blood » Groupe composé de six musiciens qui nous vient directement des Pays-Bas avec à sa tête la belle « F“ The Mouth Of Satan » cette dernière est accompagné de sa meute de jeune loup et orchestré avec brio par le talentueux « Selim SL Le Mouchi » malgré le fait que le groupe nous offrent une bonne dose de Hard Rock énergisante, je reste plutôt sur ma faim, par contre le jeu des trois guitaristes lorsqu’ils jouent en harmonie, est  très efficace, niveau voix la diva assure  plutôt bien, le public semble apprécier. 6/10

Enfin ! Apparaissent Watain, tout de noir vêtu livrant son black metal haineux, le groupe est accueillit chaleureusement par la foule, un immense tableau aux couleurs du dernier album est hissé derrière la batterie, ainsi que deux énorme croix noir inversé, escorté de deux tête de bouc fumantes servent de décor, sa pue la mort et l’encens à plein nez, (que demander de mieux). D’entrée de jeu la formation Suédoise a décidé de nous en mettre plein la gueule avec le sublime « Malfeitor » pièces qui fait mouche auprès des métaleux, quatre chansons sur cinq seront extirpé de leurs dernier méfait « Lawless Darkness ». Les membres de Watain arborent tous le traditionnel « Corpse Paint » et celui du basseman est particulièrement effrayant, ne vous méprenez pas, la musique de Watain est toute aussi forte que l’image qu’ils reflètent, dextérité, dynamisme  et exubérance serait de bon qualificatif pour désigner leurs performances, le chanteur à l’aura obscure ne reste jamais en place une minute et se divertit également à prendre des bouffé de glace sèche par moment, (il faut ben nourrir la bête non ?) le show se termine sur « Waters of Ain » En un mot, Evil ! 8/10         

Place maintenant, Ô grand vénérable et puissant Behemoth, groupe culte Polonais qui après avoir foulé les sols de la scène black metal, au début des années 90, a forgé sa voix vers les profondeurs de l’enfer pour ce convertir principalement au death metal, la puissante machine de guerre a gravit les échelons de la victoire pour atteindre le trône tant convoité. Bien heureux nous sommes, d’avoir la chance de revoir le seigneur « Nergal » sur nos scènes. Effectivement, comme vous le savez sans doute notre charismatique chanteur, à été atteint d’un cancer en 2010, ce qui avait ralenti largement les projets du groupe. Mais, Nergal en grand conquéreur qu’il est a su combattre la maladie et en revenir plus fort que jamais. Ce soir personnes ne sera épargné.

Les créatures font leurs entrées sous un tonnerre d’applaudissements. Le métronomique Inferno s’installe derrière ses futs, puis se met à marteler les premières notes de « Ov Fire In The Void » C’est l’hystérie totale, ça bastonne solide au niveau du parterre, la violence est maitre. « Demi God » arrive comme un cheveux sur la soupe et anéantie toute trace d’humanité. Nergal s’adresse à ses disciples en disant, « Its Great to Be Alive ! ».  En aucun cas, on croirait que cet homme était au seuil de la mort, il y a quelques temps, en effets le demi-dieu de la Mésopotamie est dans une forme déconcertante, le bonhomme aux cheveux court dégage énormément de charisme, tout comme l’imposant Orion et Seth qui le seconde de chaque côté, l’image est surréel. Le son est énorme et brutale, les riffs sont dévastateur à souhait, les fans sont conquis, Behemoth à gagné son pari et profite de l’occasion pour retourner à ses origines Black en interprétant le très bon mid-tempo « Moonspell Rites » qui sera d’ailleurs la plus vielle pièces joué ce soir. « Conquer All » aura l’effet d’un tsunami, Tout comme Watain le côté scénique n’est pas laissé au hasard, maquillage outrancier, costume impérial, bottes clouté, un look d’enfer quoi ! Behemoth nous prouve une fois de plus qu’ils sont les maîtres de se courant musicale, la foule qui est en constante ébullition vibrent au moindre geste du seigneur Nergal, le groupe poursuit sa lancée avec ses plus ahurissante compos, le spectacle se consume avec le triplet  « At The left Hand Ov God, Slaves Shall fuckin’ Serve et Chant For Eschaton 2000 » Les quatres chevaliers de l’apocalypse reviendront pour deux monstrueux rappel, dont « 23 (The Youth Manifesto) » issue du terrible Thelema 6 et la très pesante « Lucifer » ou Nergal sera coiffé de sa couronne du fils des ténèbres. En résumé, un show de haute facture sans embrouilles. 8.5/10 Hail to ya Son Ov Satan !

Set-List

In Solitude :

  1. We Were Never Here
  2. Demons
  3. To Her Darkness
  4. Witches Sabbath

The Devil’s Blood :

  1. On The Wings Of Gloria
  2. River Of Gold
  3. Fire Burning
  4. Christ Or Cocaine

Watain :

  1. Malfeitor
  2. Reaping Death
  3. The Serpent’s Chalice
  4. Total Funeral
  5. Waters Of Ain

Behemoth :

  1. Ov Fire And The Void
  2. Demigod
  3. Moonspell Rites
  4. Conquer All
  5. The Thousand Plagues I Witness
  6. Alas, Lord Is Upon Me
  7. The Seed Ov I
  8. Decade Of Therion
  9. At The Left Hand Ov God
  10. Slaves Shall Fuckin’ Serve
  11. Eschaton 2000

Rappel :

  1. 23 (The Youth Manifesto)
  2. Lucifer

Discussion Area - Leave a Comment