avril 7th, 2009

Annihilator : All for You

Annihilator : All for YouCertains albums sont plus durs à chroniquer que d’autres. Pourquoi ? Car aucun album ne ressemble à un autre (sic) ou bien chaque groupe affirme se différencier des autres. Pour le nouvel album du combo Annihilator, c’est la première option qui est retenue.

Il faut tout de même que je vous avoue que, pour moi, le groupe était totalement inconnu. Seule sa réputation de groupe de légende avait précédée sa musique à mes oreilles.

Quelle ne fut pas ma surprise quand mon mange-disque s’est mis à régurgiter les premières notes de “All for You“. Un solo de basse complètement déstabilisant. Les groupes nous servent généralement de belles intros bien pompeuses, ici nous en sommes bien loin. Cela me rappelle un peu l’intro du mythique “KILL’M ALL” de MetalLICA. Pas dans la musique, mais dans la démarche et la déroute.

Au niveau de la musique alors… Le problème c’est que nous ne savons pas quoi dire ! La musique est tout bonnement excellente, le disque s’écoute tout seul. A de nombreuses reprises, nous regardons notre chaîne en se demandant ce que nous venons d’entendre ! Et puis, la fin du disque arrive, et nous n’avons rien retenu. Que dalle ! Nada ! Puis on se le passe une deuxième fois, une troisième et ainsi de suite. Au fur et à mesure, de petites choses se rajoutent par ici par là, un riff ou une superbe rythmique ; mais à la fin du CD ,toujours pareil ! Mais qu’est-ce qui vient de se passer ?

Mais que cette chronique, certes décousue et qui occulte totalement le niveau musical de l’album, ne vous décourage pas, bien au contraire ! Ce disque renferme un mélange de Thrash / Heavy complètement barré, et, c’est certainement l’un des albums les plus originaux qui m’ai été donné d’écouter jusqu’à présent.

Alors, si vous êtes large… d’esprit et que vous n’avez pas peur des expériences musicales, je vous le recommande vivement. “Mes frères ! Oh oui mes frères ! … Il faut cultiver la différence et non l’indifférence !!”

septembre 27th, 2007

Zuul FX – Le Grillen – Colmar

Zuul FX - Le Grillen - Colmar   Zuul FX - Le Grillen - Colmar   Zuul FX - Le Grillen - Colmar   Zuul FX - Le Grillen - Colmar   Zuul FX - Le Grillen - Colmar  

juin 22nd, 2007

Machine Head – Hellfest 2007

Machine Head - Hellfest 2007   Machine Head - Hellfest 2007   Machine Head - Hellfest 2007   Machine Head - Hellfest 2007   Machine Head - Hellfest 2007  

juin 3rd, 2007

Annihilator – La Laiterie – Strasbourg

Annihilator - La Laiterie - Strasbourg   Annihilator - La Laiterie - Strasbourg   Annihilator - La Laiterie - Strasbourg   Annihilator - La Laiterie - Strasbourg   Annihilator - La Laiterie - Strasbourg  

juin 3rd, 2007

Trivium – Annihilator – Sanctity

interview Annihilator

Le choc des générations : Annihilator et Trivium vont prendre d’assaut la Laiterie (N’oublions pas Sanctity que nous n’avons pas vu à cause de notre retard). Et aussi déplacé que cela puisse paraître, c’est la bande à Jeff Waters qui jouera les guest de luxe. Notre canadien s’en est déjà expliqué, cela n’empêche que nous l’avons mauvaise. Comment un tel groupe peut se retrouver en première partie des p’tits jeunots de Trivium ? Mais nous ne sommes pas là pas tergiverser, et profitons pleinement des quarante cinq petites minutes qui sont accordées à Annihilator. Saluons, et c’est rare, le jeux de lumières qui est un vrai régal pour tout photographe. Le groupe quand à lui s’en donne à c?ur joie et montre une véritable volonté de bien faire. Jeff Waters est un virtuose impressionnant, tandis que Dave Padden, recordman de longévité en tant que chanteur, s’en sort avec les honneurs et nous délivre une prestation des plus honorables. Malheureusement le temps imparti au groupe est vraiment trop court (mais qui laissera quand même le temps au groupe d’inviter un fan à chanter avec eux) ; deux titres de leur nouvel opus pour une dizaine de morceaux en tout. Comble pour les puristes, « Alison in Hell » réclamé à corps et à cris par les fans ne sera pas interprété (alors que le titre fut interprété sur d’autres dates !). Et dire que certains l’on mauvaise est peu dire. C’est donc sur un sentiment partagé que s’achève le concert : Content d’avoir pu voir le groupe, mais pas dans de telles conditions. Il faudra se rattraper et vite.

interview Trivium

C’est au tour de Trivium d’envahir la scène. Mais avant que celui-ci ne commence à jouer, un constat « amusant » peut être fait. Alors que les fans d’Annihilator sont des routards de la scène, ceux de Trivium sont plus jeunes les uns que les autres, certains n’atteignant même pas la majorité. Et c’est là toute l’efficacité de l’affiche, car il y aura de la découverte dans les deux camps. Mais ce sont les fans de Trivium qui se montrent les plus actifs. L’avantage de la jeunesse peut-être. Le groupe qui n’a jamais caché son amour pour les « vieux » groupes pousse même le bouchon jusqu’à avoir une configuration scénique typique des 80’s? sept micros pour deux chanteurs dont deux disposés sur des estrades de part et d’autre de la scène. Malheureusement ceux-ci ne seront que peu utilisés. Il faut dire que le groupe est au bout du rouleau et délivre ici son ultime prestation après un bon bout de temps passé sur la route. Outre une set liste conséquente le groupe en profite pour se lâcher et fêter dignement la fin de la tournée, pour le plus grand bonheur des fans d’Annihilator, car après avoir demandé qui était né en 1986 (et nous n’étions pas nombreux à lever la main) le groupe se lance dans une version de « Master of Puppets » avec un Dave Padden et les membres de Sanctity au ch?ur. Et se sera le début d’un long délire de reprise. Matt Heafy qui s’aide d’une anti-sèche car il ne connaît pas les paroles d’ « Hells Bells », du Van Halen, du Manowar, un monumental « Walk » de Pantera chanté par Dave Padden, (toujours lui) petit extrait de Rammstein avec « Du Hast » avant de reprendre un petit riff d’un groupe qui les a accompagné sur la route, les Landais de Gojira. Et dire que certains dans la salle (je ne vous ferais pas l’affront de vous dire qui), ne connaissaient pas les Pantera, Manowar ou autres AC/DC? Une grosse séance de rattrapage sera de rigueur pendant les grandes vacances et il faudra dépenser son argent de poche à bon escient. Mais si nous sommes un peu durs, il nous faut reconnaître la prestation de qualité du groupe et la bonne ambiance dans la salle ainsi que sur scène (les membres d’Annihilator et Santity déguisés de gladiateurs, avec costumes fabriqués à base de carton, venant foutre le bordel sur scène à la plus grande surprise du groupe). Seul petit bémol, les longueurs. Car si la tournée se termine était-il vraiment nécessaire de nous faire l’inventaire du nombre de caisses de bière descendues, de bouteilles de Vodka vidées, le nombre de pays et continents visités etc? (Matt Heafy s’excusera par avance de la longueur de l’interlude).

Alors si nous avons passé une bonne soirée et découvert, malgré nos a priori, un groupe prometteur, espèront simplement que ce soit le cas de tout le monde. Vivement la prochaine tournée? avec Annihilator en tête d’affiche bien sûr !

mars 17th, 2006

Soulfly – La Laiterie – Strasbourg

Soulfly - La Laiterie - Strasbourg   Soulfly - La Laiterie - Strasbourg   Soulfly - La Laiterie - Strasbourg   Soulfly - La Laiterie - Strasbourg   Soulfly - La Laiterie - Strasbourg  

mars 1st, 2006

Interview : Soulfly

interview SoulflyVous avez beau être rôdé à l’exercice de l’interview, il y a certaines personnes qui ne vous laissent pas indifférent. Vous vous demandez même ce qui vous a pris de vous lancer dans une telle aventure. C’est grosso merdo ce qui m’arrive avant de monter dans le tour bus de Soulfy pour y rencontrer Max. J’ai les mains moites, je bafouille, j’oublie de poser certaines questions? Bref un vrai gosse devant le Père Noël ! Heureusement que notre barbu se montrera des plus sympathique et accueillant. Et en guise de cadeau il portera notre t-shirt sur scène?

Spirit of Metal : Est-ce que tu peux me dire ce qu’est, pour toi, une bonne interview ?
Max Cavalera : C’est un truc qui se passe de fans à fans. Quand ça se passe dans l’amour de la musique ; pas de politique ou des trucs de merde dans ce genre. Quand l’interview est faite avec passion.

Après une telle carrière, est-ce que tu penses qu’il t’est encore nécessaire de donner des interview ?
Je pense que oui ! Faire des interview permet d’expliquer beaucoup de choses. C’est un bon moyen de parler à ses fans autrement que par la musique. Avec la musique, tu as les paroles, mais pendant les interview, tu peux voir un autre aspect de la personne. Avec certains, c’est plus personnel, avec d’autres plus sérieux, ou au contraire, plus fun. Je pense que c’est important ; les gens peuvent comprendre plus de choses qu’ en écoutant simplement la musique. Nailbomb est un bon exemple. A première vue, les gens pensent que c’est un groupe terroriste alors que ce n’est rien d’autre qu’un groupe de musique. Les interview sont bien dans ce genre de cas.

Qu’elle est la chose que tu détestes le plus lors d’une interview ?
C’est lorsque que les gens font tout pour te mettre en colère ; qu’ils veulent donner dans le soap-opéra, le dramatique. Ce sont des conneries.

Tu es une personne importante dans le monde du Metal ! Est-ce que tu penses que, ce que tu dis ou ce que tu fais peux avoir une influence sur tes fans ?
La musique est mon moyen d’expression. Si je peux avoir un impact positif sur certaines personnes, c’est vraiment cool. Mais je ne fais pas ça pour ces raisons, je le fais car j’aime la musique et pour exprimer mes sentiments : la colère, la haine, le Brésil?

J’ai vu que sur ton album, tu remercies Dieu , et lu dans une inter que tu le remercies pour le don qu’il t’a donné ! Est-ce que tu peux nous en dire plus ?
Je suis vraiment reconnaissant ! Je sais que je ne suis pas le meilleur chanteur au monde et que je ne suis pas le meilleur guitariste du monde. Mais maintenant, j’ai quand même réussi à survivre grâce à ma musique depuis près de vingt ans. Et je trouve ça très fort. Des gens chantent beaucoup mieux que moi, je le sais très bien, mais Dieu m’a donné quelque chose de spécial, une manière de chanter que les gens aiment. Et c’est une des raisons pour laquelle je n’ai jamais changé, je ne suis pas devenu plus commercial. J’aime la manière dont je chante, la façon de chanter à la « Max »? Toujours en criant !

Et si tu pouvais choisir un autre don que celui de la musique. Lequel voudrais-tu ?
Si je pouvais avoir une boule de cristal? histoire de tout savoir ! Mais je n’en voudrais pas actuellement ! Ca tuerait le fun, ce n’est pas bon de tout savoir.

Parlons un peux de « Dark Ages » ; comment est ce que tu le décrirais à quelqu’un qui ne l’a jamais écouté ?
Dark Ages est un extrait de notre époque actuelle, quelque chose de très apocalyptique ! Pour moi, c’est mon album le plus apocalyptique ! Mais il y a aussi pas mal de spiritualité. En fait, il est apocalyptique et spirituel à la fois. Pour moi, c’est la meilleure définition de l’album.

Est-ce que tu peux nous parler de la pochette qui est vraiment sombre et étrange ?
C’est une peinture de Micheal Wehlan, qui existe déjà depuis 12 ans. Je ne l’avais jamais rencontré jusqu’à l’année dernière à New-York. Je lui avais dit que je travaillait sur un nouveau projet qui s’appelait Dark Ages et lui ai demandé si il pouvait me faire quelque chose. Il a fait quelques trus pour moi, mais nous avons utilisé une de ses anciennes peintures. Il l’a peint après la guerre du golfe. C’est une « peinture de guerre ».

Lorsque nous écoutons le CD, nous n’avons aucun mal à te reconnaître ; que ce soit à travers ta manière de jouer ou de chanter. Est-ce que tu as trouvé la « Max touch » ?
Je pense que oui, je ne peux pas expliquer comment je le fait, mais je le fait. C’est quelque chose de mystique. C’est comme expliquer pourquoi tu écris de la main droite. C’est une question de feeling.

Est-ce que quand tu composes, tu procèdes de la même manière ; tu prends ta guitare et laisse agir le feeling ?
Ca dépend ! Certaines fois, je bosse sur des idées, ou après avoir vu un film ; après avoir écouté une chanson que j’ai bien aimée en me disant que je pourrais le faire à ma sauce. Et des fois je prend ma guitare et tout vient tout seul. Je ne sais pas d’où. Mais pour moi, ça ne vient pas par hasard. Ca vient d’une force supérieure. C’est ma croyance, ma spiritualité. Je sais qu’il y a un dieu derrière, qui existe et je m’en fout de ce que les gens pensent ou croient. Moi j’y crois. Et quand je peux faire ce son, je sais que ça vient de son influence, de son pouvoir.

Tu as enregistré ton album dans différentes villes du monde, comment les as-tu choisies ?
Je n’ai pas vraiment choisi en me disant : « je vais enregistrer içi et là? ». Ca c’est fait naturellement. J’ai un pote à Paris donc je suis allé là-bas, j’en ai un qui joue dans un groupe de Hardcore à Moscou, donc j’ai enregistré à Moscou. C’est un truc que j’ai fait avec des potes. Et quand tu tournes, tu te fais des potes partout. J’ai des amis en Australie au Brésil, en Afrique du Sud et ils adorent la musique. C’est la meilleur chose qui peux arriver avec la musique, te faire des amis à travers elle.

Si tu devais choisir un pays pour enregistrer, lequel est ce que tu choisirais ?
J’aimerais bien le faire en Afrique du Nord ; le Mali, le Niger? en Afrique en général, mais principalement l’Afrique du Nord.

Pour toi, quelle est la place de Soulfly dans le Metal ?
Nous sommes le Numéro 9? Celui qui marque des buts, un attaquant (rires). Nous sommes le Ronaldinio du Metal !

Justement, la coupe du monde sera dans quelques mois en Allemagne. Pourquoi ne pas avoir attendu le début de la compétition pour tourner en Europe.
Mais je serai en Europe cet été. Je vais participer à divers festivals, dont en allemagne. J’espère donc pouvoir voir un match. Mais si je ne les vois qu’à la télé ce sera bon aussi.

Pour finir, le nom du site est Spirit of Metal ; peux tu nous dire, pour toi, ce qu’est l’esprit du metal ?
(longue hésitation)? pour moi, c’est la vie ! Ce n’est pas uniquement de la musique, c’est un style de vie, une ligne de conduite. C’est un tout : la manière dont tu t’habilles, ce que tu dis, comment tu marches, comment tu agis. C’est dans ton c?ur.

En savoir plus sur Soulfly

décembre 5th, 2005

The Haunted – Le Grillen – Colmar

The Haunted - Le Grillen - Colmar   The Haunted - Le Grillen - Colmar   The Haunted - Le Grillen - Colmar   The Haunted - Le Grillen - Colmar   The Haunted - Le Grillen - Colmar  

décembre 5th, 2005

God Forbid – Le Grillen – Colmar

God Forbid - Le Grillen - Colmar   God Forbid - Le Grillen - Colmar   God Forbid - Le Grillen - Colmar   God Forbid - Le Grillen - Colmar   God Forbid - Le Grillen - Colmar  

juin 26th, 2005

SLAYER Fury Fest par Brice

SLAYER Fury Fest par Brice   SLAYER Fury Fest par Brice   SLAYER Fury Fest par Brice   SLAYER Fury Fest par Brice   SLAYER Fury Fest par Brice  

« Previous Entries