Altars of Fab' Death

Abominog : Chaos Unleashed

Abominog : Chaos UnleashedSi de nombreux groupes deathmetal nord américains formés à la fin des eigthies ont obtenus une reconnaissance internationale, d’autres vieux briscards pourtant partis sur de bonnes bases n’ont jamais réussi à décrocher un contrat avec un label. Formé dès 1988 dans l’état de Virginie autour du bassiste Pete Reid, du guitariste Keith Lyons et du growler Chris Yuastella, Abominog fait justement partie de ces formations notoirement oubliées dans l’histoire, faute à un plan de carrière jamais réellement établi, mais aussi à de nombreux déboires, comme les changements incessants de batteur freinant significativement son activité.

Abominog enregistre sa première démo six titres Resting in Your Grave en avril 1990, suivie du EP Grotesque Humanity en novembre chez la petite écurie With Your Teeth Records. Le vinyle est notamment mis en image par Chris Moyen (illustrateur d’EP pour Mortician, Derketa ou Incantation), qui leur concocte au passage une fameuse mascotte, ce zombie flanqué d’un cigare que l’on retrouve dans de nombreuses illustrations pour la bande de Pete Reid. Le groupe enchaîne durant cette période quelques concerts locaux en compagnie de Corpus Rottus ou de ses voisins Deceased & Arghoslent, puis se cale en studios en 1992 pour la capture de sa nouvelle maquette 8 titres, destinée à être pressée en 33T chez le label de King Fowley, à l’instar de l’album Rituals of Silence de Corpus Rottus paru l’année auparavant.

La gravure en vinyle LP ne voit en revanche jamais le jour, Abominog effectuant parallèlement un surplace pendant quelques années, avant de trouver enfin le bon batteur en la personne de Leslie Ozwald et de retourner aux Inner Ear Studios en mars/avril 1995 pour les sessions de son premier véritable album Chaos Unleashed. Multipliant les plans foireux, le groupe perd durant les sessions son guitariste Keith Lyons, qui quitte l’état de Virginie, ayant heureusement mis en place toutes ses lignes de guitares. Sans soutien de label, le disque autoproduit par le groupe voir le jour en support CD en ce milieu d’année 95, concrétisation de sept années d’activités pour le moins laborieuses.

Musicalement, Chaos Unleashed se différencie sensiblement du deathmetal US lourd, occulte ou caverneux, pour tendre vers un death matiné d’influences hardcore, un brin désinvolte à la manière d’Eulogy for a Dying Fetus des nord américains de Skeletal Earth. La caisse claire de Leslie Ozwald claque, accompagnée de la basse de Pete Reid tout en rondeur. L’ensemble manque toutefois de mordant, faute à des guitares et un riffing sans lourdeur ni incision particulières, alors que le style aurait mérité plus d’attaque, impression confirmée avec les vocaux de Chris Yuastella qui, sans être foncièrement gutturaux et parfois doublés d’un chant plus agressif, manquent globalement de dynamisme.

Ceci n’empêche pas Abominog de lâcher un album bien ficelé, sur un couple basse batterie équilibré et mis en avant lors du mixage. Les titres peinent toutefois à se détacher les uns des autres faute à des riffs souvent similaires, bien que l’on puisse retenir de bons titres au passage tel que les nerveux Spirit of Revenge & Into the Casket, ou encore les bons Extinction of Your Thoughts & Skullrack et leurs guitares acoustiques fort bien amenées au coeur des deux morceaux.

Premier et unique album d’Abominog sans compter la tentative avortée de Dark Museum en 1992, Chaos Unleashed est un disque assez atypique du deathmetal nord américain, avec ses bonnes vieilles influences DRI ou The Accused très typées années 80. Album sans prétention, il reste toutefois daté en cette année 1995, sans compter ce milieu de décennie particulièrement difficile pour la scène deathmetal en pleine décélération. Le disque passe ainsi relativement inaperçu et précipite la séparation du groupe, déjà amputé de son guitariste quelques mois auparavant. La bande de Pete Reid laisse tout de même un Chaos Unleashed tout à fait plaisant, avec ces bons accents hardcore.

Fabien.

> - Les chroniques -, Abominog — admin @ 1:10

16 février 2011