Altars of Fab' Death

Assassin (GER) : Interstellar Experience

Assassin (ALL) : Interstellar Experience

Deux ans après le prometteur The Upcoming Terror, toutefois difficilement remarqué au milieu de la pléthore des références thrashmetal sorties en cette glorieuse année 1986, Assassin revient avec son second missile, le redoutable Interstellar Experience. Le groupe affiche quelques remaniements de line up, depuis le retour de Michael Hoffman en remplacement du guitariste compositeur Jürgen Scholl, jusqu’à l’arrivée de Frank Nellen reprenant la place de Danger Psycho derrière les fûts.

Quasiment aussi rapide que son prédécesseur, Interstellar Experience conserve une agressivité étonnante, grâce aux riffs meurtriers de la paire Vekic / Hoffman et aux vocaux particulièrement teigneux de Robert Gonnela. Mais parallèlement, Assassin maîtrise mieux son sujet, notamment grâce à la précision des rythmiques de Frank Nellen et du jeu technique de Michael Hoffman, lâchant ainsi des titres parfaitement en place, tout en alignant quelques riffs monstrueux, à l’image des rafales meurtrières du très bon Junk Food et du mémorable Baka.

Les chants en rappel, ces fameux “backing vocals” si emblématiques du thrashmetal des eighties, font par ailleurs leur apparition, renforçant l’impact des refrains, bien que cette technique paraisse aujourd’hui datée tout en conférant au style le charme de ses glorieuses années. Mais hélas, la leçon d’Assassin ne dure cette fois que 28 minutes, dont deux attribuées à l’instrumental Pipeline, certes sympathique mais bien léger en regard des terribles Abstract War et Resolution 588.

D’une durée insuffisante pour prendre toute son ampleur, laissant ce fâcheux goût d’inachevé, Interstellar Experience lâche en revanche un concentré de thrashmetal haineux et entrainant, rappelant dans l’esprit l’Agent Orange de Sodom sorti l’année suivante.

Malheureusement, Assassin disparaît bêtement et subitement en 1989. Tout commence par le vol complet de son matériel le mettant alors dans l’incapacité de jouer et le dégoutant plus qu’autre chose, puis se poursuit par l’intégration de Michael Hoffman dans les rangs de Sodom, en remplacement du guitariste Franck Blackfire, parti quant à lui rejoindre ses potes de Kreator en lieu et place de Jörg Tritze (jeu des chaises musicales, quand tu nous tiens !).

Fabien.

> - Les chroniques -, Assassin — fabien @ 4:15

22 janvier 2008

Assassin (GER) : The upcoming terror

Assassin (ALL) : The upcoming terror

Souvent citée, la scène allemande a été décisive dans l’histoire du thrashmetal des années 80’s, grâce au célèbre triumvirat formé par Kreator, Sodom et Destruction. D’autre formations teutonnes, certes moins déterminantes, ont pourtant largement contribué au développement de ce mouvement, à l’image d’Assassin, Tankard et Protector, sans compter sur les bons Darkness, Exumer, Deathrow, Violent Force, Poison ou Necronomicon.

Assassin se forme quant à lui en 1983 à Düsseldorf, autour de Lulle, Vinko et Robert, rapidement rejoints par Scholli & Psycho. Après deux démos relativement violentes, le groupe attire l’attention de l’écurie Steamhammer qui regroupe déjà Destruction et Sodom dans ses rangs, et rejoint dans la foulée les Karo Music Studios, sous la houlette de Kalle Trap (notamment ingénieur sur le retoutable Eternal Devastation de Destruction), débouchant sur la sortie de The Upcoming Terror en cette terrible année 1986.

Composé par la paire de guitaristes Scholli / Vinko, The Upcoming Terror lâche un thrashmetal particulièrement nerveux, dominé par la vitesse des rythmiques de Psycho à la limite des blast-beat, notamment sur l’infernal Bullets, et par ses rafales de riffs incroyablement teigneux, boostés par les vocaux rageurs de Robert Gonnella. Depuis l’incision de Forbidden Reality et Nemesis, jusqu’au terrible The Last Man, Assassin ne laisse au final que peu de répit à l’auditeur, trouvant alors comme seul sanctuaire le titre éponyme aux structures middle tempo.

Outre la force de ses riffs et sa vitesse renversante, pratiquement inédite à l’époque, The Upcoming Terror ne représente pas non plus un modèle de précision, livrant parfois des plans encore approximatifs, mais dégageant un thrashmetal d’une fraîcheur en tout point remarquable, brillamment mis en valeur par la production claire et agressive de Kalle Trap.

Dans l’ombre des leaders, Assassin livre ainsi un thrashmetal certes imparfait, mais emprunt de cette insouciance naïve et de cette fougue incontrôlable, s’inscrivant parfaitement dans l’esprit rebelle et rugueux du thrash de son époque. The Upcoming Terror se conseille en premier lieu aux irréductibles thrashers, fans de la violence pure des premières ogives de Kreator, Sodom et Destruction. Un album plus rapide qu’une balle.

Fabien.

> - Les chroniques -, Assassin — fabien @ 2:45

21 janvier 2008