Altars of Fab' Death

Aura Noir : Black Thrash Attack

Aura Noir : Black Thrash AttackCarl Michael Eide & Ole Jorgen Moe, respectivement nommés Aggressor & Apollyon, sont réputés pour leurs nombreuses participations à des groupes blackmetal ou post-black norvégiens, comme Dodheimsgard ou Ulver, mais aussi à travers leurs formations Ved Buens Ende & Inferno. Mais nos deux lascards ont également une autre passion commune, ce thrashmetal charbonneux tel que le pratiquaient Sodom & Destruction à leurs débuts, sur In The Sign Of Evil, Sentence of Death ou Infernal Overkill.

Le duo décide ainsi de monter Aura Noir en 1993 afin de pratiquer un blackthrash dans la veine de ces groupes cultes des eighties, tout en laissant s’exprimer sa fibre issue de la scène revival blackmetal norvégienne. Il sort alors en 1995 chez Hot Records le EP Dreams Like Deserts, qui se bâtit rapidement une bonne réputation. Par chance, le local de répétition des deux acolytes à Oslo se juxtapose avec celui des gars de Mayhem, attirant l’attention de Blasphemer, qui leur propose alors de tenir le poste de guitariste. C’est avec ce line up complété que la bande enregistre alors son premier album en 1996, sous le nom très évocateur de Black Thrash Attack.

Des deux courants musicaux, Black Thrash Attack en extrait effectivement le meilleur, empruntant le riffing de Sodom & Destruction et leur côté rugueux en les mixant avec les caractéristiques plus actuelles du blackmetal, le tout dans une attitude résolument destroy et désinvolte. Au final, l’ensemble donne un album direct & sans fioriture, bénéficiant d’un côté quasiement live, joué avec entrain, conviction et sans arrière pensée.

Tandis qu’Aggressor & Apollyon s’échangent la basse et la batterie entre les morceaux, Blasphemer se charge quant à lui de toutes les guitares, réprésentant le tour de force Black Thrash Attack. Le guitariste possède en effet un jeu d’une touche et d’un feeling uniques, apportant une coloration certaine et idéale à chacun des morceaux, leur donnant ainsi une surcroît identité, à l’image des excellents The Pest, Eternally Your Shadow ou Fighting For Hell, pour ne pas tous les citer.

Passerelle entre le thrashmetal teuton des années 80 et le blackmetal norvégien, avec son côté direct, rétrograde & résoluement destroy, Black Thrash Attack est ainsi un fuck-off à tous les groupes de metal trop propres, ayant progressivement perdu l’identité du style à force de lavages plus blancs que blancs. Au delà de cette désinvolture manifeste, Aura Noir lâche toutefois des compositions bien moins simples qu’en apparence, bénéficiant d’une mise en place et d’une qualité d’interprétation remarquables.

Fabien.

> - Les chroniques -, Aura Noir — admin @ 2:00

8 juin 2007