Altars of Fab' Death

Autopsy : Fiend for Blood

Autopsy : Fiend for BloodDix mois après les sessions d’enregistrement de l’atemporel Mental Funeral, Autopsy reprend le chemin des studios durant deux journées de septembre 1991, pour la mise en boite de 6 titres formant le nouvel EP Fiend for Blood. Le trio articulé autour de Chris Reifert, Eric Cutler et Danny Coralles opte pour le Starlight Sound Studio, lieu où il avait immortalisé le tout aussi culte Severed Survival en 1989. Sans bassiste attitré, nos trois interprètes refont appel à leur ami Steve DiGiorgio les ayant déjà dépanné sur leur début-album, ce dernier se déplaçant cette fois avec sa basse fretless utilisée également durant les sessions de A Vision of Misery, le troisième disque de son groupe Sadus.

Si Autopsy vient de traverser musicalement la période la plus doom de sa carrière sur l’EP Retribution for the Dead et Mental Funeral, deux enregistrements d’un deathmetal poisseux et totalement immersif, le groupe californien décide cette fois d’opter pour des titres plus directs et rapidement expédiés en un peu plus de 12 minutes, à l’image du premier morceau éponyme, 24 secondes d’un deathmetal crade & véloce, et tout aussi dépouillé que la pochette de l’EP. Bien que plus sale au fil de ses réalisations, et d’apparence plus désinvolte cette fois-ci, le groupe conserve toute sa personnalité, reconnaissable entre mille dès les premières notes des guitares et les beuglements de Chris Reifert.

Chaque morceau reste par ailleurs fort bien ficelé, nous réservant de sacrées oppositions entre parties rapides ou tapageuses et passages plombés si chers à Autopsy, pour citer les bonnes pièces Keeper of Decay et Dead Hole. Tandis qu’A Different Kind of Mindfuck nous plonge plus précisément durant sa petite minute dans l’univers glauque de Mental Funeral, Squeal Like a Pig nous promet quand à lui de belles montées en puissance, sans occulter le chant totalement décharné de Chris sur ce titre, se glissant durant cet instant dans la peau d’un psychopathe. A cet effet, sachons prendre l’ensemble des paroles de Fiend for Blood au second degré afin d’éviter tout traumatisme incurable.

Plus épuré que ses prédécesseurs, manifestement plus sale également, Fiend for Blood confirme l’image d’un groupe unique qui n’en fait décidément qu’à sa tête, n’hésitant pas à prendre le chemin inverse de ses homonymes, tout en conservant pleinement son identité et sa singularité. Ce nouveau cru d’Autopsy assurant la transition entre Mental Funeral et Acts of the Unspeakable, c’est ainsi un petit quart d’heure d’un deathmetal dégoulinant, vomi en pleine face sans artifice ni ménagement.

Fabien.

> - Les chroniques -, Autopsy — admin @ 21:06

21 septembre 2012