Altars of Fab' Death

Banishment : Cleansing the Infirm

Banishment : Cleansing the InfirmOriginaire de Los Angeles, Banishment s’ajoute à la myriade de formations de brutaldeath sévissant dans l’état californien, depuis l’essor de Deeds of Flesh dans les années 90. Une seule démo enregistrée en 2006 suffit au jeune groupe pour décrocher un contrat avec le label tchèque Lacerated Enemy, qui habitue depuis quelques temps le deathster à des productions de qualité, dans des emballages toujours très soignés. Cleansing the Infirm ne faillit donc pas à la règle, bénéficiant non seulement d’une bonne production, mais aussi d’un artwork somptueux du maître suédois Par Olofsson, particulièrement courtisé ces dernières années.

Si Cleansing the Infirm ne surprend pas de prime abord, reprenant fidèlement la recette de Suffocation ou de Beheaded maintes fois testée, il balance toutefois un brutaldeath parfaitement en place, prenant alors rapidement corps au fil des écoutes. Son assise rythmique solide, bâtie autour d’un double pédalage et de blast-beats carrés, sert impeccablement les guitares de Billy Clap, qui joue habillement sur la stéréo en superposant ses riffs, apportant une nuance très appréciable aux compositions. Imar Arnotovic ajoute enfin son guttural très rauque, un brin monocorde, mais suffisamment compréhensible pour ne pas verser dans la caricature, et dynamiser l’ensemble.

Bien que ses compositions restent encore interchangeables, Banishment multiplie toutefois les plans subtils & les contretemps, varie ses rythmes et équilibre adroitement ses morceaux, à l’image du break renversant d’Obscure Benevolence, des harmoniques du bon Detriment, des guitares fines de l’instrumental Inimical Figure, ou encore du calibrage impressionnant l’excellent Empyreal Treachery, symbolisant à lui seul tout le potentiel et la marge de progression du quatuor californien.

A l’instar des ses homonymes de Decaying Purity, Carnophage ou Kataplexia, Banishment figure ainsi parmi ces formations « Suffocation-like » certes conventionnelles, pêchant encore par leur manque de personnalité, mais lâchant en revanche un deathmetal particulièrement subtil & maitrisé, se plaçant bien au dessus de la meute brutaldeath actuelle. Technique, varié & équilibré, Cleansing the Infirm se décortique avec beaucoup de plaisir, ravissant sans conteste les amateurs du genre, qui devront alors multiplier les écoutes, pour tenter de maîtriser ses nombreuses facettes.

Fabien.

> - Les chroniques -, Banishment — admin @ 2:00

20 novembre 2008