Altars of Fab' Death

Bloodbath (SWE) : Unblessing the Purity

Bloodbath (SWE) : Unblessing the PurityBien décidés à poursuivre l’aventure avec l’entité deathmetal Bloodbath, Jonas Renske & Anders Nyström (Katatonia) composent quatre nouveaux morceaux, puis rejoignent le studio Fascination Street en juillet 2007, accompagnés du batteur Martin Axenrot (Witchery) et du guitariste Per Eriksson, qui remplace désormais Dan Swanö. Le groupe retrouve cette fois le growleur Mikael Akerfeldt (Opeth), prêtant sa voix le temps des sessions d’enregistrement, en lieu et place de Peter Tägtgren (Hypocrisy). Unblessing the Purity sort ainsi en mars 2008 sous forme de mini CD, uniquement disponible sur le site internet de Peaceville Records, du moins pour le premier pressage (avis aux collectionneurs).

Entouré d’un concept sombre, tant au niveau de ses paroles que de la superbe illustration de Dusty Peterson, Unblessing the Purity durcit également le ton, débutant sur les blast beats très percutants d’Axenrot. Mais très vite, son atmosphère s’épaissit, avec l’arrivée de la guitare lancinante de Nyström, aux phrases musicales toujours aussi torturées et si particulières, qui confèrent cette forte coloration à chacun des morceaux. En outre, le retour de Mikael Akerfeldt, avec son grain unique et son guttural d’une profondeur sans égal, permet au groupe de confirmer son incroyable personnalité, et de retrouver les ambiances chères au redoutable Resurrection Through Carnage.

Depuis la puissance des rythmiques de Virginborn jusqu’à l’excellence des harmonies de Empty Praise, en passant par les riffs intraitables de Sick Salvation et le climat glauque de l’impitoyable Weak Aside, Unblessing the Purity est ainsi un pur concentré de deathmetal, trouvant un équilibre remarquable durant ses quinze petites minutes. La production de David Castillo est enfin claire et puissante, dotant les guitares d’un grain pur et légèrement rugueux, qui renforce le côté old school qui se dégage des compositions.

Brutal, fin et délicieusement sombre, parfait croisement entre influences old school et deathmetal moderne, Unblessing the Purity frappe une nouvelle fois juste, allant droit à l’essentiel. Malgré sa courte durée, la qualité de ses titres et le soin apporté à son emballage justifient pleinement son achat, ravissant le deathster impatient de retrouver Bloodbath, l’un des groupes les plus racés de la scène death actuelle.

Fabien.

> - Les chroniques -, Bloodbath — admin @ 2:00

5 juin 2008