Altars of Fab' Death

Borknagar : Borknagar

Borknagar : BorknagarLassé des sonorités deathmetal au sein de son groupe Molested, Oystein G.Brun met un terme au groupe en 1995, après la parution de l’unique album Blod Draum (pas terrible, au passage), puis fonde dans la foulée Borknargar, afin de développer un concept aux mélodies épiques & atmosphériques, sur une base black metal, proche de formations telles qu’Enslaved, Ulver ou In The Woods.

Le jeune compositeur s’entoure d’amis prestigieux dans le milieu, tel Infernus, Garm, Ivar Bjornson & Grim (Gorgoroth, Ulver, Enslaved, Immortal). Infernus, signé chez Malicious Records (Kampfar, Dodheimsgard) depuis son second album avec Gorgoroth, parle rapidement de Borknagar au boss de son label, qui offre alors un contrat au groupe, sur la seule parole du bonhomme, puisque la formation d’Oystein n’a encore enregistré la moindre démo. Dès l’automne 1995, Borknagar rejoint alors le fameux Eirik Hundvind (Pytten) aux Grieghallen Studios, pour l’enregistrement de son premier album éponyme, disponible en fin d’année suivante.

Débutant sur un jeu rapide et agressif, soutenant la voix éraillée de Garm, le sublime titre Vintervredets Sjelegagn cède rapidement la place aux guitares envoutantes d’Oystein, qui superpose alors adroitement ses rythmiques à des lignes mélodiques de toutes beauté. L’ensemble est alors magnifié par les arrangements subtils d’Ivar, qui use judicieusement ses claviers avec discrétion et parcimonie, et par de nombreux choeurs, conférant ce côté viking & épique délicieux.

Au fil de son avancé, l’album bénéficie ainsi d’un équilibre remarquable, à l’image du magnifique Fandens Allheim, juxtaposant une furie black à de nombreux passages acoustiques & atmosphériques, usant parallèlement de quelques vocaux aux chants clairs ou encore de plusieurs interludes instrumentaux, tel un repos avant un nouveau débordement rythmique, contribuant à la richesse et au relief général de l’ensemble.

Malgré sa jeunesse et celle de ses membres, (Ivar & Oystein n’ont respectivement que 18 et 20 ans), Borknargar étonne ainsi par sa maturité et son incroyable personnalité, synthétisant parfaitement la fibre nordique initiée quelques années auparavant par Bathory ou Enslaved. Tantôt Agressif, mélancolique ou atmosphérique, son premier album est spontané, intense & prenant, et témoigne déjà une véritable richesse et une pleine identité, lui ouvrant les portes du label Century Media (aux côtés d’Old Man’s Child), laissant présager le formidable successeur The Olden Domain.

Fabien.

> - Les chroniques -, Borknagar — admin @ 2:00

27 août 2008

Borknagar : The Olden Domain

Borknagar : The Olden DomainSuite à ses débuts remarqués sur Malicious Records, Borknagar décroche rapidement un contrat avec la puissante écurie Century Media. Entouré du line up imposant du premier album (Garm, Grim & Ivar Bjørnson d’Arcturus, Gorgoroth & Enslaved), complété par le talentueux Kai K.Lie à la basse, son leader Øystein G.Brun rejoint alors les célèbres Woodhouse Studios de Dortmund pour les sessions de The Olden Domain, commercialisé en août 1997.

Aux influences Frost et Eld d’Enslaved, The Olden Domain marque l’orientation de Borknagar vers un son viking black plus progressif, opposant brillamment guitares & vocaux black à moult mélodies épiques & passages au chant clair. Sur le couple rythmique riche de Grim et Kai K.Lie, Øystein G.Brun délivre des riffs agressifs soutenant les vocaux black de Garm, puis passe à un jeu aérien, renforcé par le chant de Garm devenu clair et les claviers atmosphériques d’Ivar Bjørnson, dégageant une dimension épique somptueuse.

Ainsi, la vigueur des passages black de The Eye Of Oden ou The Winterway cèdent rapidement la place aux nombreux refrains et breaks faits de mélodies subtiles, intégrant des parties acoustiques ou des choeurs viking dans la plus grande harmonie. Bien que ses deux interludes ne contiennent pas la même intensité émotionnelle, The Olden Domain garde néanmoins cette grande force au fil de son avancée, se concluant alors par le magnifique The Dawn Of The End, l’un des titres les plus précieux de Borknagar, avec son final parmi les plus beaux et les plus prenants de la longue histoire du métal norvégien.

Album décisif sur la scène black progressive nordique, grâce à son avant gardisme et à ses accents épiques délicieux, The Olden Domain ne hisse pourtant pas Borknagar parmi les maîtres du post black norvégien, mais l’installe en revanche parmi ses incontournables outsiders. Malgré ses quelques imperfections, comme le chant de Garm parfois discutable, The Olden Domain affirme ainsi un caractère entier, imposant toute sa richesse, sa profondeur et sa beauté.

Fabien.

> - Les chroniques -, Borknagar — admin @ 2:00

16 novembre 2007

Borknagar : The Archaic Course

Borknagar : The Archaic CourseSuite au superbe The Olden Domain, Oystein G.Brun et Borknagar retournent aux Woodhouse studios, opérant au préalable quelques remaniements de line up, depuis le recrutement du chanteur Simen Haestnes (Vortex) à la place de Kristoffer Rygg (Garm), jusqu’au renfort de Jens F.Ryland à la seconde guitare. The Archaic Course, troisième effort des norvégiens, sort ainsi en octobre 1998 pour le compte de Century Media.

The Archaic Course confirme l’orientation progressive du précédent album, s’écartant un peu plus des sentiers black Originels de la formation. En effet, le groupe décide d’exploiter au mieux l’incroyable talent de son nouveau vocaliste, privilégiant cette fois le chant clair sur la quasi intégralité des compositions. Simen Haestnes apporte ainsi une dimension unique au métal épique de Borknagar, passant aisément de quelques vocaux black à des harmonies magnifiques, parfois même haut perchées.

L’album s’ouvre sur l’excellent Oceans Rise, qui délivre un côté black, avant de dévoiler ses guitares acoustiques, aériennes, sur le chant rayonnant de Simen, soutenu par des choeurs viking somptueux. Puis, à l’image du formidable Universal, Borknagar enchaîne sur des titres de grande beauté et intensité, restant dans la même veine, à l’exception d’Ad Noctum, qui juxtapose quant à lui un black métal entraînant à des claviers psychédéliques délicieux, mais s’intégrant bien à l’ensemble.

Mis en valeur par la production claire et puissante de Matthias Klinkmann, qui mixe parfaitement la basse de Kai K.Lie et ses lignes complexes, The Archaic Course confirme ainsi le formidable potentiel de Borknagar. D’une qualité équivalente à The Olden Domain, ce nouvel album est encore plus progressif et s’exprime donc différemment, démontrant toute la force et l’Originalité de la formation, et imposant Simen Haestnes parmi les plus belles voix de la scène métallique du moment.

Fabien.

> - Les chroniques -, Borknagar — admin @ 2:00