Altars of Fab' Death

Broken Hope : Swamped in Gore

Broken Hope : Swamped in GoreBroken Hope se forme en 1988 à Chicago, suite à la rencontre des guitaristes Jeremy Wagner & Brian Griffin, les deux compositeurs inséparables du groupe. Après deux démos, complétant au passage son line up avec Joe Ptacek, Ryan Griffin & Ed Hughes, la formation finance et enregistre elle-même son premier album en 1991, dans les propres studios de Brian. Ne contenant que des titres inédits (absents des deux premières maquettes), Swamped in Gore sort en novembre 1991 pour le compte de la petite écurie Grindcore International (Morbid Saint), qui manque hélas de moyens pour promouvoir et distribuer correctement le disque.

Tant au niveau musical que conceptuel, Broken Hope évolue dans un style death gore proche de l’esprit de Cannibal Corpse. Swamped in Gore ne dégage cependant pas encore la brutalité excessive et la force de caractère de ses successeurs, s’ancrant principalement autour d’un death métal aux structures middle tempo, à l’exception de titres comme Incinerated ou Gorehod, qui assomment déjà avec quelques blast-beats, et déploient une violence manifeste assez proches des futures missiles du combo. Joe Ptacek possède en outre son guttural déjà très pur, sans toutefois éructer ses growls effrayants & incompréhensibles, véritable marque de fabrique à partir des albums suivants.

Au final, malgré les riffs acérés de Bag Of Part et les accélérations renversantes de Cannibal Grave, sur le double pédalage millimétré de Ryan, les compositions de Brian & Jeremy manque encore d’entrain et d’incision, sans parallèlement posséder suffisamment d’éléments marquants, qui rendraient le death de Swamped in Gore beaucoup plus captivant.

Entrée en matière honnête, calé rythmiquement et bénéficiant d’une production impeccable, Swamped in Gore délivre en revanche des titres interchangeables, ne permettent pas le démarcage de Broken Hope parmi autres formations death gore du moment, à commencer par Cannibal Corpse, qui écrase sans pitié avec Butchered At Birth, en cette année 1991. Mais, bien que le style du gang de Chicago manque encore d’affinage, il dégage néanmoins une puissance et un caractère déjà notoires, lui permettant de décrocher une signature chez la puissante écurie Metal Blade, qui ne rééditera toutefois son premier album que bien des années plus tard, le flanquant en plus d’une nouvelle illustration particulièrement grossière.

Fabien.

> - Les chroniques -, Broken Hope — admin @ 2:00

26 mai 2008