Altars of Fab' Death

Carbonized : For the Security

Carbonized : For the SecurityGroupe brutal, Carbonized se forme en novembre 1988 autour du bassiste Lars Rosenberg et du batteur Piotr Wawrzeniuk, figurant parmi les pionniers de la scène deathmetal suédoise, aux côtés de Morbid, Treblinka ou Nihilist. Habitué aux Sunlight Studios et à l’ingénieur du son Tomas Skogsberg, ayant respectivement enregistré ses maquettes No Canonization et Recarbonized en janvier et mai 1990, le groupe se bâtit une forte notoriété dans l’underground.

Ses deux fondateurs peinent en revanche à stabiliser leur line up, affrontant notamment le départ de Matti Marki au profit de Carnage, qui a de son côté déjà planifié l’enregistrement de son premier album Dark Recollections pour février 1990, peu après les sessions de Left Hand Path (Entombed). Carbonized conclut toutefois un contrat pour un album avec le label français Thrash Records, déjà auteur de son EP No Canonization, ou encore des 45 tours d’Exit 13, Fatal, Revenant, Sorcery ou Malediction.

Mais étrangement, alors que les Sunlight Studios sont d’ores et déjà retenus durant trois journées de janvier 1991, Carbonized vire son guitariste chanteur Jonas Derouche (ayant officié sur son précédent EP) deux semaines avant les sessions d’enregistrement de For the Security. Déjà auteur de l’album Of Darkness (Therion) mis en boite en septembre 1990, Christopher Johnsson est alors appelé à la rescousse, apprenant le répertoire du groupe durant une douzaine de répétitions, finalisant même les paroles et un riff sur les morceaux Syndrome et Reflection of the Dark, non encore totalement calés.

L’album débute sur le bon titre éponyme tiré de la précédente démo de Carbonized, lâchant d’entrée un riff mémorable, d’une incision particulièrement représentative du deathmetal suédois de l’époque, qu’Entombed ou Nirvana2002 n’aurait pas reniée. En outre, entre le guttural de Christoffer chargé en reverb, son jeu de guitare reconnaissable et la production signée Skogsberg, For the Security possède plusieurs similitudes avec l’album du leader de Therion.

Toutefois, Carbonized impose rapidement ses marques, pour affirmer son détachement par rapport aux groupes suédois du moment. Le premier titre s’emballe en effet dans sa seconde partie sur des parties de batterie démentiellement grind, où le chant hystérique de Lars Rosenberg fait alors son apparition. Le morceau suivant Hyptonic Aim, aux riffs simples et aux rythmes de folie, est alors loin de calmer le jeu, montrant toute la furie de For the Security, parfait mélange entre le deathmetal rigoureux d’Entombed et le deathgrind spontané de Defecation dans ces moments là.

Carbonized jongle ainsi entre passages doom, riffs bien trempés et moments de pure sauvagerie, explorant même à plusieurs reprises quelques sonorités dissonantes et inédites, à l’image du break de Blinned the Veil, des riffs étranges de Third Eye et Purified ou encore des lignes de basse étonnantes de Monument, lui donnant ce côté déjanté et toute son originalité.

Sans se hisser parmi les réalisations les plus mémorables de son époque, les titres restant tout de même courts et le riffing assez simple, For the Security renferme néanmoins une sauvagerie à toute épreuve et contient une flopée d’idées novatrices, lui permettant d’être aussi original que surprenant. Toutefois, faute à la petite structure du label Thrash Records, et flanqué d’une illustration guère enthousiasmante, l’album peine à s’imposer en cette année 1991, les plannings chargés de Lars Rosenberg et Christopher Johnsson au sein d’Entombed et Therion ne facilitant parallèlement guère l’activité de Carbonized.

Fabien.

> - Les chroniques -, Carbonized — admin @ 2:00

23 novembre 2009