Altars of Fab' Death

Dekapitator : Storm Before the Calm

Dekapitator : Storm Before the CalmFormé en 1996 à San Jose en Californie autour de Matt Harvey d’Exhumed et de Col Jones de Cretin, Dekapitator entend bien rallumer la flamme du thrashmetal nord américain, à l’instar de ses confrères de Municipal Waste ou Merciless Death. Huit longues années après l’album We Will Destroy…You Will Obey!!!, le groupe revient en ce mois de juillet 2007 chez le prestigieux label US Relapse Records avec son second méfait, le bien nommé Storm Before the Calm.

Les rythmiques et le ton général de Storm Before the Calm se situent entre l’école thrashmetal teutonne de Sodom et Kreator et celle de la Bay Area d’Exodus et Evildead. Dekapitator complète le tableau en multipliant brillamment les clins d’oeil de-ci de-là, depuis ses soli parfois Slayeriens jusqu’à ses vocaux en rappel si chers à Exodus, en passant par la voix râpeuse de Matt Harvey à la Jeff Becerra et ses cri aigus à la Chuck Schuldiner, d’époque Scream Bloody Gore. En quarante minutes, le groupe réunit ainsi brillament les ingrédients à l’origine de la gloire du speed thrashmetal des années 80’s.

Storm Before the Calm lâche dès lors un thrashmetal corrosif et particulièrement headbanguesque, à l’image des nerveux morceaux Toxic Sanctuary ou The Call To Combat, mais sait par ailleurs ralentir judicieusement le tempo, pour citer le très bon instrumental Eye Of The Storm qu’Annihilator n’aurait pas refusé sur son précieux Never Neverland. Pour ne rien gâcher, Matt Widener (Cretin, The County Medical Examiners) capte merveilleusement l’énergie du groupe, lui offrant ainsi une production claire tout en restant rugueuse.

Plus technique que Merciless Death, mais moins actuel et percutant que le terrible Municipal Waste, Dekapitator déboule avec un pur produit de thrashmetal sympathique et convaincant, aux accents rétros délectables, avant tout destiné aux brutes épaisses de la vieille époque. D’un calibrage et d’une qualité indéniables, Storm Before the Calm ne possède en effet que l’unique ambition de faire passer un bon moment aux thrashers nostalgiques, ayant l’envie de se décrocher peinardement la tête.

Fabien.

> - Les chroniques -, Dekapitator — admin @ 2:00

24 septembre 2007