Altars of Fab' Death

Disavowed : Stagnated Existence

Disavowed : Stagnated Existence

Paru en 2001, Perceptive Deception présentait Disavowed comme une formation brutaldeath prometteuse. Malheureusement, les ennuis répétés avec la tendinite du batteur Robbe V ralentissent la progression du groupe. Finalement le frappeur déclarant forfait, la formation complétée au passage par un second guitariste s’adjoint les services de l’excellent Romain Goulon, connu pour ses participations chez Imperial Sodomy, Belef et Agressor.

Il faut donc attendre mai 2007, après une tournée européenne en support de Cannibal Corpse (rien que çà !), pour voir enfin débouler Stagnated Existence, second album du groupe batave. En six ans, les Hollandais n’ont pas changé leur recette, lâchant toujours ce deathmetal à la Suffocation et Pyrexia (early), mais teinté cette fois-ci d’une touche Dying Fetus supplémentaire.

D’entrée, la pochette de Stagnated Existence fait bonne impression, dévoilant une illustration du maître Par Olofsson qui exploite idéalement couleurs et lumière. Malheureusement le soin tout particulier apporté au visuel se retrouve plus difficilement sur la qualité de l’enregistrement. Ce dernier pêche par la puissance donnée aux guitares qui manquent de force dans le mixage, sans compter cette la caisse claire assez creuse manquant quelque peu de relief. Le son gobal reste néanmoins clair et percutant, permettant d’oublier ces quelques faiblesses après quelques minutes d’écoute. De plus, ces défauts sans gravité notoire sont largement compensés par la qualité intrinsèque des compositions.

Stagnated Existence est en effet bien moins linéaire que son prédécesseur. Si le style de Disavowed reste toujours relativement brutal et hermétique, il jouit davantage de maîtrise et d’aération, notamment grâce à la richesse et la créativité du jeu de Romain Goulon, l’un des batteurs les plus talentueux du circuit actuel, une arme imparable à disposition du gang néerlandais. La voix de Robbe K, gutturale à souhait mais aussi variée et habilement articulée, apporte enfin une dynamique très appréciable à l’ensemble.

A l’image du refrain fracassant du morceau Restricted Conceptions et de son riffing redoutable, Stagnated Existence s’impose parmi les bons albumd brutaldeath de cette année 2007, subtil, technique et suffisament varié, à défaut d’être vraiement original. Son architecture complexe garantit un nombre d’écoutes plus que conséquent, sans compter sur les paroles réfléchies de Robbe K, loin des stéréotypes gores maintes fois rabâchés.

Fabien.

> - Les chroniques -, Disavowed — admin @ 2:00

15 juin 2007