Altars of Fab' Death

Disgust (UK) : A World of no Beauty

Disgust (UK) : A World of no Beauty

Trois ans après Brutality of War, Disgust revient en cette fin d’année 1996 avec quelques changements. Le groupe affiche un line up remanié, suite au départ de ses deux guitaristes, remplacés au pied levé par Wurzel & Kneil Brown, mais conserve en revanche ses trois leaders, le bassiste et compositeur Lee Barrett, le batteur et parolier Steve Beatty, et le charismatique Dean Jones, hurleur chez Extreme Noise Terror. Disgust change également de label, rejoignant la célèbre écurie Nuclear Blast, qui semble encore s’intéresser étonnamment au grind, genre qu’elle avait pourtant délaissé à la fin des années 80, depuis le culte Purity Dilution de Defecation.

Malgré ces quelques perturbations, Disgust n’a pas changé d’un pouce, balançant inébranlablement son crustcore contestataire. Le couple rythmique de Steve & Lee garde ainsi ses tempo rapides et binaires, sur lesquels viennent se greffer les guitares lourdes du duo Kneil / Wurzel et le guttural rebelle de Dean, à l’image des entraînants Bleeding Heart & Evil Trade.

Mais, bien que guère innovant en regard de son prédécesseur, A World of no Beauty est manifestement plus percutant, brisant non seulement sa relative linéarité grâce à des breaks et soli plus nombreux, à l’instar du très bon Result Of War, mais bénéficiant également d’un son incroyable, grâce au talent du fameux Andy Sneap, qui dote les guitares d’une puissance maximum et assure un mixage remarquable, tout en préservant le côté crade et destroy de la formation britannique.

Ainsi, conservant les structures basiques de Brutality of War, A World of no Beauty s’avère en revanche plus convaincant, grâce à sa puissance de feu imparable. En dehors de Dying Planet, ce dernier titre inutile et interminable, Disgust livre en effet un concentré de crustcore explosif, s’adressant bien sûr à tous les fans de l’esprit grind et punk de Doom (UK) et d’Extreme Noise Terror.

Fabien.

> - Les chroniques -, Disgust — fabien @ 6:00

27 décembre 2007

Disgust (UK) : Brutality of War

Disgust (UK) : Brutality of War

Héritiers du hardcore punk virulent de Discharge, et formé autour de Lee Barrett & Dean Jones, tous deux issus d’Extreme Noise Terror, Disgust est un parfait représentant du crustcore, musicalement proche du punk, mais empruntant la rapidité et la lourdeur métallique du grindcore, à l’instar des anglais de Doom ou des états-uniens de Disrupt. En 1993, le groupe rejoint l’ingénieur du son Graeme Tollit pour les sessions express de son premier album, Brutality of War, sortant en novembre de la même année, pour le compte du célèbre label Earache Records.

A l’image de son titre et de sa pochette particulièrement évocateurs, Brutality of War est un album aux paroles contestataires, basées sur l’horreur et l’absurdité des guerres. Les textes sont exprimés simplement, autour d’une idée directrice, tout comme la musique expéditive de la formation britannique. En effet, fidèle à la désinvolture de l’esprit punk, Disgust balance une musique sans fioriture, construite à partir de riffs basiques, sur une structure binaire couplet / refrain, agrémentée de breaks et quelques soli, à grands coups de vibrato.

Le couple rythmique Beatty / Barrett envoie ainsi ses tempos majoritairement pogotants, soutenant les riffs punk hardcore d’Ellesmere / Sumner, et la voix bourrine de Jones, avec ses growls si particuliers frisant l’extinction de voix à chaque éructation. Ainsi, depuis Mother Earth jusqu’à Life Erased, en passant par l’entraînant An Horrific End, Brutality of War ne comporte aucun artifice, expédiant invariablement son crust linéaire, durant ses 30 minutes.

Rebelle jusqu’au bout des ongles, Disgust livre ainsi un album direct, efficace, et terriblement destroy. Comblant les fans du crustcore de Doom (UK) et Disrupt, et du hardcore grind british des premiers Napalm Death et Extreme Noise Terror, Brutality of War laissera en revanche tous les amateurs de technique pure et de belles mélodies dans l’indifférence la plus totale.

Fabien.

> - Les chroniques -, Disgust — fabien @ 2:00

26 décembre 2007