Altars of Fab' Death

Extreme Noise Terror : Damage 381

Extreme Noise Terror : Damage 381Branle bas de combat ! Pete Hurley, fondateur et compositeur d’Extreme Noise Terror quitte le groupe, heureusement encore représenté par les vocalistes Phil Vanes et Dean Jones, avec leurs vocaux alternés si particuliers. Par ailleurs la formation est complétée par un troisième hurleur, le célèbre Mark Greenway, s’étant à l’époque fait virer arbitrairement de Napalm Death. De nouveau sous la bannière Earache, la bande d’Ipswich sort ainsi Damage 381 en cette fin d’année 1997, soit son troisième full lenght en plus de douze ans de carrière.

Palliant à la défection d’Hurley, qui a composé deux uniques titres sur Damage 381, c’est le second gratteux Ali Firouzbahkt qui prend les commandes du combo, en signant huit nouveaux morceaux, soit un total de dix petits titres expédiés en 30 minutes. Même si les compositions de Firouz sont bien ficelées, à l’image du puissant Cold World, elles sont par contre d’une banalité déconcertante, face aux titres rebelles dont Hurley avait le secret. De plus, revendiquant encore l’étiquette grindcore, Extreme Noise balance pourtant un death metal conventionnel, au lieu du hardcore grind teigneux et déjanté des nerveux Holocaust et Retro-bution, perdant dès lors une grande partie son identité.

De plus, Damage 381 bénéficie d’une production Colin Richardson certes hyper puissante, dotant les guitares d’une épaisseur rarement atteinte, mais beaucoup trop propre pour un groupe d’origine aussi rebelle. Mais diable, ou est passé la folie hardcore / grind d’antan ? Le trio de vocalistes est tout de même là pour apporter un brin de nervosité, mais pas assez pour donner un caractère suffisant à ces morceaux, costauds certes, mais bien fades en regard.

Damage 381 n’est pas un mauvais album en soi, et mérite certainement plus que la moyenne, montrant une formation encore solide malgré le départ de son leader. Néanmoins, Extreme Noise est en 1998 un groupe sans âme, jouant un death/grind banal, laissant du coup au placard ses allures destroy et sa musique cradingue, qui le caractérisaient pourtant si bien.

Fabien.

30 août 2007

Extreme Noise Terror : A Holocaust In Your Head

Extreme Noise Terror : A Holocaust In Your HeadFondé en 1985 par le chanteur Dean Jones et le guitariste Pete Hurley, Extreme Noise Terror est le groupe typique du hardcore/grind britannique, aux côtés des débuts de Napalm Death, bien que ce premier possède une approche davantage crust/punk. A ce titre, Mick Harris, l’un des batteurs-blasteurs les plus célèbres, inventeur du terme grindcore (un grind = une partie de batterie blastée), a officié dans les deux formations, bien que sa participation dans ENT n’eut été que de courte durée, faute à son caractère souvent insupportable.

Après un split-EP avec Chaos UK et des sessions live mémorables chez John Peel, Extreme Noise Terror signe avec la petite structure Head Eruption Records en 1988 et entame dans la foulée l’enregistrement de son premier LP, en reprenant notamment plusieurs titres du précédent split. L’album sobrement intitulé A Holocaust In Your Head sort ainsi en 1989 sur support 33 tours, puis deux longues années plus tard en édition CD, tout en bénéficiant d’un réénregistrement partiel au passage.

A l’image des Peel Sessions et du Split, A Holocaust In Your Head est particulièrement brutal, lâchant un crust/grind implaccable où s’enchaînent blast-beats traumatisants et riffs hardcore de furie, à l’image du très entraînant Show Us You Care. De plus, l’alternance des vocaux de Dean Jones et ceux de Phil Vane apporte un punch supplémentaire au groupe, qui réussit ainsi l’exploit de réunir punks et metalheads dans les mêmes pogos.

La production reste toutefois loin d’être parfaite, dotant le tout d’un son qui manque cruellement de basses, mais contennant en revanche suffisamment de mordant dans les guitares pour rendre les compositions fracassantes. En outre, la perfectibilité du son colle idéalement avec l’attitude délibérément destroy et désinvolte qui règne tout au long d’A Holocaust In Your Head.

Dû à leur rythme souvent effréné, les moriceaux défilent vite, même très vite, tant et si bien que la démonstration ne dure que 24 minutes au total. De plus, attendu que Retro-bution, le second full-lenght du groupe paru chez Earache en 1994, contient la moitié des titres d’A Holocaust In Your Head réenregistrés au passage avec un son idéal, il ne reste au final que 13 minutes d’inédits sur cet album d’anthologie.

Toutefois, pour tous ceux désirant approfondir les premières années crust/grind d’Extreme Noise Terror, passerelle inévitable entre la désinvolture du punk et l’extrême brutalité du metal durant les années 80’s, A Holocaust In Your Head reste un témoignage authentique des années de folie hardcore/grind britanniques. Son ambiance crade et sa brutalité excessive en façonnent une bombe en tout point renversante.

Fabien.

28 juin 2007

Extreme Noise Terror : Retro-bution

Extreme Noise Terror : Retro-butionParmi les quelques groupes fondateurs du grindcore britannique, l’histoire retient particulièrement Napalm Death, Bolt Thrower et Carcass, mais nettement moins Extreme Noise Terror, pourtant aussi à l’origine de ce mouvement. Si les trois premiers groupes ont en effet bénéficié de l’explosion du label Earache, et ont pris un virage death métal au moment le plus opportun, E.N.T n’a quant à lui jamais eu de plan de carrière établi, conservant son hardcore grind rebelle, se dispersant dans les split LP et 45 tours, et n’enregistrant son premier album qu’en 1989, sur un label aux épaules beaucoup trop frêles pour lui assurer un enregistrement et une distribution correctes.

Il faut finalement attendre 1994 pour qu’ E.N.T signe enfin avec Dig Pearson, boss de l’incontournable écurie Earache, encore leader du death / grind à l’époque, débouchant sur la sortie de Retro-bution à la fin de cette même année. A l’image de son titre évocateur, l’album est un réenregistrement des meilleurs titres de la formation de 1985 à 1994, figurant principalement sur le split LP In It for Life avec Filthkick, et le premier LP A Holocaust In Your Head.

Dépassant tout juste les 30 minutes, Retro-bution balance un grind / crust explosif, conservant brillamment la fraîcheur et le côté rebelle de la formation, tout en bénéficiant enfin d’un enregistrement digne de ce nom. Sur des rythmique très saccadée, les guitares de Pete Hurley et d’Ali Firouz balancent des riffs enragés, servant la guttural teigneux de Dean Jones et la voix crasseuse de Phil Vane, point fort de la formation. Enfin, au détour de breaks très percutants, à l’image de l’excellent Think About It, le groupe cale judicieusement le tempo, lâchant des riffs nerveux, à s’en dévisser la tête.

Britannique jusqu’au bout des ongles, en affichant cette désinvolture et ce côté punk délicieux, Extreme Noise Terror balance ainsi un hardcore grind particulièrement teigneux. En reprenant impeccablement le meilleur de ses premières années, et alignant son line up culte autour de Pete Hurley, Dean Jones, Phil Vanes et Lee Barrett, le gang d’Ipswich signe ainsi un album incontournable, s’adressant à tous les fondus de Doom (UK) et des premiers Napalm Death.

Fabien.

4 avril 2007