Altars of Fab' Death

Fleurety : Min Tid Skal Komme

Fleurety : Min Tid Skal KommeAlors que le black métal bat son plein, plusieurs formations norvégiennes réinventent déjà le genre en cette année 1995, à l’instar de Fleurety, formé en 1991 autour d’Alexander Norgarden et S.E.Hatlevik. Impressionné par la virtuosité de la formation, l’écurie anglaise Misanthropy, véritable découvreuse de talent, signe alors le groupe, commercialisant son premier album, Min Tid Skal Komme, chanté en langue natale, en ce mois de septembre 1995.

Sur une base black métal soutenue par les guitares dissonantes de Norgarden et les vocaux criards d’Hatlevik, à la manière de Kristian Vikernes (Burzum), Fleurety développe parallèlement une multitude d’ambiances intimistes, mêlant la basse fluide de P.A.Solberg à des acoustiques, des choeurs, des vocaux murmurés, complétés par le chant féminin de M.A.Hansen , le tout avec une aisance déconcertante, considérant de plus le jeune âge de ses interprètes.

Depuis Fragmenter Av En Fortid et son intro envoutante de cinq minutes, jusqu’au superbe Fragmenter Av En Fremtid, le titre le plus progressif de l’album, Fleurety visite dès lors un nombre incalculable de styles. Le magnifique Hvilelos, instrumental tout en douceur, démontre encore toute l’étendue des influences du duo norvégien.

Puissant, mélancolique, enivrant, Min Tid Skal Komme est un pur album d’avant-garde en cette année 1995. Son atmosphère intime, mais aussi sa force et son originalité l’inscrivent parmi les réalisations déterminantes de la genèse post black norvégienne, aux côtés d’Aspera Hiems Symfonia, Written In Waters ou HEart Of The Ages (Arcturus, Ved Buends Ende, In The Woods), sortis durant cette période ô combien fructueuse.

Fabien.

> - Les chroniques -, Fleurety — admin @ 2:00

19 novembre 2007