Altars of Fab' Death

Hellbastard : Natural Order

Hellbastard : Natural OrderSi Amebix reste unanimement reconnu comme le pionnier du crustcore avec son album Arise paru en 1984, le mouvement ne trouve son appellation définitive que deux années plus tard, lors de la parution de la démo Ripper Crust de son compatriote Hellbastard. Fondé par Scruff Lewty & Bry Newton à Newcastle, ce dernier s’oriente toutefois vers des sphères thrash plus communes par la suite. En effet, encore proche du crustcore sur son son premier album Heading for Internal Darkness fait de rage et de desespoir, le groupe s’ancre résolument dans le thrashmetal lors de l’enregistrement de son second full lenght Natural Order, paru en juin 1990 chez Earache Records, le label incontournable de la scène extrême du moment.

Désormais plus proche de Slayer, Testament ou Exodus que d’Amebix, Axegrinder ou Deviated Instinct, Hellbastard déploie une assise rythmique complexe, sur le double pédalage de Bry et le jeu de basse étoffé de Drew Bright, ainsi qu’une lourdeur toute métallique, notamment grâce au renfort d’Ali Lee à la seconde guitare, épaulant désormais Scruff Lewty. Le groupe conserve parallèlement une teinte crossover délectable, apportant beaucoup d’entrain à ses compositions, dynamisées par le chant rageur (parfois haut perché) de Scruff, et par les backing de ses collègues.

Avec ses cascades de riffs, ses accélérations assassines (que Slayer n’aurait pas reniées sur son précieux Captor of Sin), son break acoustique tout en douceur et ses soli furieux, l’excellent Interrogate Them ouvre l’album de très belle manière, lâchant un thrash varié & nerveux, montrant une formation parfaitement en place. Natural Order ne faiblit pas au fil de son avancée, conservant un entrain et une fougue indéniables, à l’image de ses titres Justily Executed, Enslavers ou Black Force, où Hellbastard juxtapose brillamment des rythmiques rageuses à des lignes plus mélodiques. Enfin, les instrumentaux A Minor Point & T.A.F, aux guitares acoustiques, apportent une pointe de mélancolie judicieuse, contrastant avec la furie thrash de l’ensemble.

Nerveux et remarquablement ficelé, Natural Order s’impose ainsi parmi les albums thrashmetal de qualité du millésime 1990, aux côtés des bons Violent by Nature, For Whose Advantage ou Twisted Into Form (entre autres) de ses homonymes Atrophy, Xentrix & Forbidden. Mais, entre son changement de style assez radical lui faisant perdre nombreux fans, son coinçage dans le catalogue Earache au milieu de Napalm Death, Entombed & Nocturnus qui consacrent la toute puissance de l’écurie britannique et du deathmetal cette même année, sans occulter la décélération du thrash à cette époque, Hellbastard peine à imposer son album, peu vendeur au bout du compte, précipitant son divorce avec Earache et sa séparation après une ultime démo deux années plus tard.

Fabien.

> - Les chroniques -, Hellbastard — admin @ 2:00

16 janvier 2009