Altars of Fab' Death

Hobbs Angel Of Death : Hobbs’ Angel of Death

Hobbs' Angel Of Death : Hobbs' Angel of Death

Groupe majeur dans l’histoire du metal australien, Hobbs’ Angel of Death se forme en 1986 sous l’impulsion de Peter Hobbs, influencé par le thrashmetal Slayerien. Fort d’un line up complété, son leader signe alors avec la célèbre écurie allemande Steamhammer, qui envoie son jeune protégé vers le célèbre Harris Johns (Kreator, Sodom, Voivod) aux Musiclab Studios de Berlin, pour les sessions son premier album éponyme. Le disque sort ainsi fin 1988, en même temps que les incontournables Serpent Temptation, Blood Fire Death et Leprosy (Incubus, Bathory, Death).

Débutant par le redoutable House Of Death, avec son intro couplant un acoustique sombre et des guitares puissantes, l’album dégage de suite une atmosphère très démoniaque. Il envoie alors ses rythmiques rapides soutenant des riffs furieux, sur lesquels se greffe la voix féroce de Peter Hobbs. Le groupe déploie des lignes de grattes rapides et incroyablement tranchantes, distillant parallèlement cette aura satanique propre à Slayer, Onslaught, Infernal Masjesty et Possessed.

Balançant un thrash brutal et accrocheur, Hobbs’ Angel of Death enchaîne ainsi de nombreux classiques, comme les très inspirés Satans Crusade, Lucifers Domain, Crucifixion, ou encore le mémorable Brotherhood et ses riffs infernaux déclenchant les headbangs les plus fous. Le groupe sait également judicieusement calmer l’ambiance, à l’image du titre Marie Antoinette et de ses soli plus posés. Doté de surcroît d’une production parfaitement maîtrisée, à la fois claire et très profonde, l’album possède ainsi de nombreux atouts pour convaincre.

A l’ambiance démoniaque si bien entretenue, Hobbs’ Angel of Death est un album à la fois sombre et percutant, affichant une maîtrise technique diablement impressionnante. Ne révolutionnant certes pas le genre déjà initié par Slayer ou Possessed, l’album séduit en revanche par ses rafales de riffs meurtriers et terriblement précis, à ranger aux côtés des redoutables Beyond the Gates ou IX (PossessedBulldozer) d’inspiration tout aussi satanique. Hobbs’ Angel of Death, le disque et le groupe, s’imposent ainsi sans conteste comme un des références du thrashmetal australien des années 80’s aux côtés de Mortal Sin, quant à lui davantage axé du côté Bay-Area.

Fabien.

8 janvier 2008