Altars of Fab' Death

Horror Of Horrors : Sounds of Eerie

Horror Of Horrors : Sounds of EeriePromis à un avenir certain sur la scène deathmetal après sa fameuse demo-tape Immortality’s End (1989), intéressant beaucoup de labels, le groupe Exmortis part malheureusement en vrille, nos interprètes se divisant et se chamaillant le patronyme. En effet, tandis que Brian Wercking enregistre le EP Fade from Reality à l’aide d’une boite à rythmes, Chris Wiser remonte un line-up de son côté, boucle la démo Butchers of the Urban Frontier, puis protège enfin le nom du groupe à l’insu de B.Wercking. Une embrouille ayant couté l’avenir tracé d’Exmortis, d’autant que C.Wiser quitte ensuite le circuit, tandis que B.Wercking ne parviendra à récupérer le patronyme qu’en 2008. C’est sur les cendres du groupe défunt que deux anciens membres, le guitariste Michael Chewka et le batteur Aantar Lee Coates, fondent Horror of Horrors en 93/94, signant un contrat avec le petit label portoricain Thrash Corner, sans aucune démo de leur nouvelle formation au préalable.

Mis en boite en 94 au Smoot Sound par son ingénieur Mark Smoot, Sounds of Eerie bénéficie d’un enregistrement maison et d’un emballage assez modeste, le livret se résumant à un simple recto-verso. Malgré un surcroît de puissance qui aurait été bienvenu, le mixage apporte tout de même un bon équilibre global, où le couple basse / batterie, les guitares et les growls trouvent naturellement leur place. Le style pratiqué par Horror of Horrors est un deathmetal relativement générique, le riffing étant déjà largement entendu à cette époque. On retrouve pêle-mêle de l’Exmortis, du Brutality ou du Killing Addiction à l’écoute des 34 minutes de l’album, un parfum de deathmetal issu de Floride. Le quatuor titre son épingle du jeu grâce à une bonne interprétation, pour citer la précision rythmique et les relances puissantes d’Aantar, batteur décidément talentueux, ou le bon growl de Buddy Buell, permettant un largage de morceaux suffisamment accrocheurs, à l’image d’Under the Falling ou de la piste éponyme tout aussi notable. Arrivé notamment dans le catalogue de VPC Holy Records début 95, Sounds of Eerie avait été hissé par le label dans ses recommandations, c’était exagéré mais témoignait toutefois d’une bonne qualité intrinsèque.

Fabien.

12 avril 2013