Altars of Fab' Death

Hour Of Penance : Paradogma

Hour Of Penance : ParadogmaAuteur d’un Pageantry for Martyrs déjà notable, Hour Of Penance s’est avant tout révélé lors de son intégration au sein de l’écurie Uniqueleader Records, à l’occasion de son album The Vile Conception, véritable montée d’adrénaline de brutaldeath. Attendu par de nombreux deathsters en ce printemps 2010, son quatrième effort intitulé Paradogma représente ainsi une sortie importante pour son label, qui s’est déjà illustré en ce début d’année avec les bons Thee Arcane Progeny et Reflections Within Dissonance des nord américains de Sarcolytic et Arkaik.

Muni d’un budget conséquent, Hour Of Penance a ainsi pu rejoindre sereinement l’ingénieur du son Stefano Morabito dès le mois d’août 2009, aux désormais prisés 16th Cellar Studios transalpins, et s’offrir parallèlement un mastering aux non moins célèbres Hertz Studios polonais. Paru en ce mois de mars 2010, Paradogma bénéficie également d’une illustration somptueuse de Gyula Havancsak, mettant en image l’effondrement de la chrétienté, symbolisé par la destruction d’une cathédrale désormais aux mains des forces maléfiques.

Le titre éponyme ouvre l’album sur une intro symphonique qui apporte de suite une tension dramatique notable, s’enchainant rapidement sur les rythmes de batterie intraitables de Mauro Mercurio et le riffing survolté de Giulio Moschini, unique guitariste et tête pensante de la formation. A l’image de son brillant prédécesseur, Paradogma donne ainsi cette forte impression de puissance dès son premier morceau, bénéficiant d’une mise en place et d’une précision notoires de la part de ses interprètes, bien que le rendu soit cette fois plus synthétique tant les pistes semblent retouchées en studios. Le timbre guttural rageur de Franscesco Paoli renforce cette hargne présente, le growler insufflant parallèlement beaucoup de dynamisme à l’ensemble, grâce à un phrasé rapide et articulé.

Sur les bons Thousands of Christs et The Woeful Eucharisty, au propos anticlérical manifeste, Hour Of Penance maintient la pression grâce une sacrée vitesse d’exécution, tout en cassant le rythme par l’injection de partie lourdes, dominées par le double pédalage de Mauro et le riffing serré de Guilo, le tout appuyé par la production massive de Stefano Morabito. Notre guitariste superpose également ses riffs, singularise son jeu et s’emballe régulièrement dans des soli débridés, apportant la nuance et la variété nécessaires à chacun des morceaux. La lourdeur de Malovelence of the Righteous, la teigne d’Adversary of Bigotry, ou encore la grandeur du final de Caged into Falsehood, sont ainsi des armes efficaces au service de la puissance de Paradogma. Enfin, après un moment d’accalmie le temps de l’outro de Spiritual Ravishsment, l’album se clôt sur le lent et prenant Apotheosis, aux vocaux clamés en langue latine, quatre minutes durant lesquelles Hour Of Penance quitte ses rythmiques survitaminées habituelles, en quête d’une nouvelle forme d’intensité, non loin des résonances parfois industrielles si finement exécutées par son homonyme norvégien Zyklon.

Sans atteindre le niveau d’intensité de l’implacable et désormais incontournable The Vile Conception, Hour Of Penance lâche un Paradogma varié et dramatique, confirmant sa place parmi les formations extrêmes les plus en vue d’Italie aux côtés du jeune Fleshgod Apocalypse. Dans le sillage d’Hate Eternal et plus particulièrement de Behemoth cette fois-ci, le groupe emmené par Giulio Moschini perd toutefois en personnalité en voulant gagner un public plus large, mais devient également plus synthétique faute à une production si massive et précise qu’elle en oublie de se recentrer vers les fondamentaux du deathmetal.

Fabien.

> - Les chroniques -, Hour Of Penance — admin @ 2:00

4 avril 2010

Hour Of Penance : The Vile Conception

Hour Of Penance : The Vile ConceptionTandis que la scène brutaldeath technique bombarde de toute part en ce premier semestre 2008, à l’image des redoutables missiles de Brain Drill, Origin, Hate Eternal, Decrepit Birth & Prostitute Disfigurement, l’Italie riposte avec Hour Of Penance, désormais au sein de l’incontournable l’écurie Unique Leader Records. Enregistré au 16th Cellar Studio sous la houlette de Stefano Morabito, The Vile Conception, troisième album de la formation, débarque en février, muni d’une superbe illustration du maître Par Olofsson.

Dès le premier titre, The Vile Conception impose une puissance de feu phénoménale, dominé par les blast beats et les roulements de Mauro Mercurio, soutenant les salves de riffs assassines de Giulio Moschini et le guttural pur de Franscesco Paoli. Depuis l’impitoyable Misconception jusqu’au terrible Hierarchy Of The Fools, Hour Of Penance assomme ainsi avec une brutalité manifeste, mais également avec une technique et une précision désarmantes. L’un des atouts de l’album provient en outre du growler Franscesco, placant idéalement son chant tout en variant habilement son débit.

Conservant majoritairement le pied au plancher durant ses 37 minutes, The Vile Conception n’a ainsi rien d’un album linéaire, possédant toujours l’atout lui permettant de rebondir, et de conserver ainsi une puissance et un équilibre étonnants. La multiplication des contretemps, le positionnement judicieux de breaks tranchants, l’alternance des soli de Francesco entre débauche de furie et intensité contrôlée, sont autant d’éléments contribuant à la richesse de l’album, au delà de sa brutalité excessive. Hour Of Penance agrémente parallèlement l’album de plusieurs outros, à l’instar de Drowned In The Abyss & From Hate To Suffering, épaississant considérablement les atmosphères de son album.

Débauche d’énergie pure, sombre et parfaitement maîtrisé, The Vile Conception s’impose parmi les grosses surprise de cette année 2008, confirmant l’excellence de la scène brutal death technique actuelle. Ainsi, malgré la présence de nombreux plans trahissant des influences Krisiun, Hate Eternal & Morbid Angel encore marquées, le privant d’une pleine personnalité, Hour Of Penance dégage une puissance et une précision étonnantes, lui permettant de frapper juste et fort.

Fabien.

> - Les chroniques -, Hour Of Penance — admin @ 2:00

9 juin 2008