Altars of Fab' Death

Opprobrium : Discerning Forces

Incubus (USA-2) : Discerning Forces

Pratiquement 10 années après la sortie de Beyond the Unknown, les frères Howard, désormais résidents de Rio De Janeiro, décident d’enregistrer un troisième album d’Incubus. Malheureusement les frangins sont contraints de changer de patronyme, faute à la formation de fusion californienne du même nom, et optent alors pour Opprobrium. Fidèle à ses anciens groupes, l’écurie allemande Nuclearblast de Markus Staiger leur renouvelle un contrat puis leur dégotte l’ingénieur du son Harris Johns et le dessinateur Kristian Wahlin, tous deux symboles de l’âge d’or du thrash death dans leur domaine respectif, débouchant finalement sur la sortie de Discerning Forces en juin 2000.

A l’instar des deux premiers albums, tous les nouveaux titres ont été composés par Francis Howard, qui joue en plus toutes les lignes de guitares et de basse en studio, assure également le chant, ne laissant véritablement que les parties de batterie assurées par son frère Moyses. Discerning Forces se place donc dans la stricte lignée de ses prédécesseurs, balançant un death thrash corrosif bâti sur des rythmiques rapides et des riffs particulièrement nerveux, dont seul Francis possède le secret.

Discerning Forces possède ainsi son lot de titres percutants, à l’image des entraînants Dark Entanglement et Awakening To The Filth, mais manque au final d’une certaine puissance. Si ses compositions, son interprétation et son enregistrement n’ont en outre pas à subir de reproches fondamentaux, l’album paraît aussi relativement daté dans le paysage extrême du moment, à une époque où des nombreuses formations apportent de sacrés coups d’accélérateur.

Figé dans le début des années 1990 et développant imperturbablement son deathrash ancienne méthode, Opprobrium marque ainsi un retour assez discret malgré une place conservée chez Nuclearblast, parvenant désormais plus difficilement à convaincre dix longues années plus tard. Discerning Forces reste en tout cas une œuvre authentique et sincère à recommander en premier lieu aux nostalgiques de cette vieille école calée entre death et thrashmetal, sans toutefois espérer les pleines retrouvailles avec la fougue et la nervosité dégagées sur les cultes Serpent Temptation & Beyond the Unknown.

Fabien.

> - Les chroniques -, Incubus — fabien @ 3:15

21 décembre 2007