Altars of Fab' Death

Inveracity : Extermination Of Millions

Inveracity : Extermination Of Millions

Tout droit venu de Grèce, dans un pays où les formations de brutaldeath commencent à emerger, pour citer au détour les brutes d’Extreme Violence, Mass Infecttion ou encore Remnants of Flesh dont on attend le premier album, Inveracity se forme à Athènes en 1998 autour d’Antonis et Vagelis, rapidement rejoints par Lefteris, pratiquant un brutaldeath directement influencé par l’école new-yorkaise de Suffocation et californienne de Deeds Of Flesh. Après le premier album Circle of Perversion, le groupe décroche un précieux contrat avec le spécialiste Unique Leader, débouchant sur l’enregistrement d’Extermination of Millions, commercialisé en avril 2007 avec une illustration de G.Prasinis le mettant impeccablement en valeur.

Dès ses premières notes, Extermination of Millions impose le contraste entre la brutalité et la lourdeur de son climat, sur les martèlements millimétrés de Vagelis et les riffs superposés d’Antonis, conférant une nuance formidable aux morceaux à l’image des redoutables Exposing The Semihumans & Era Of Submission. Les vocaux de Georges s’intègrent alors parfaitement à l’ensemble, dégageant un guttural d’une profondeur remarquable.

Malgré sa brutalité, Extermination of Millions ne revêt pas le caractère suffocant d’un Consume The Forsaken (Disgorge US) grâce à la multitude de ses variations et son étonnante finesse, couplées à la fluidité des lignes de guitares d’Antonis et à la clarté de l’enregistrement de G.Brigos. En outre, Inveracity balance le riff fracassant au bon moment, comme sur les terribles Coming Apocalypse & Before The Uncreation, permettant l’écoute de ses onze compositions avec une oreille toujours aussi attentive.

Inveracity crée ainsi la surprise cet année 2007 avec un incroyable Extermination of Millions, affichant une bonne maîtrise technique, à rapprocher du terrible Ecstacy in Pain (2005) de son compatriote Extreme Violence. Son brutaldeath de l’école Suffocation reste en revanche relativement interchangeable avec celui de ses confrères, montrant le besoin d’affirmer davantage sa personnalité avant de pouvoir définitivement s’imposer. Le sort est alors entre les mains d’Antonis, désormais unique compositeur du groupe depuis le départ de Lefteris peu avant les sessions d’enregistrement.

Fabien.

> - Les chroniques -, Inveracity — admin @ 2:00

14 février 2008