Altars of Fab' Death

Kreator : Flag of Hate

Kreator : Flag of Hate1986. Un an après Endless Pain, l’un des tous premiers albums de thrashmetal issus d’Allemagne, Kreator, qui évolue encore sous forme de trio autour de Mille, Rob & Ventor, rejoint Ralf Humbert aux Phoenix Studios de Berlin, pour la mise en boite d’un EP trois titres baptisé Flag of Hate. Le vinyle paraît chez Noise en août 1986, tandis que dans le même laps de temps, notre groupe boucle son second album Pleasure to Kill. La piste éponyme du EP est un simple réenregistrement du morceau que l’on trouvait déjà sur le précédent album, dans une version cette fois plus rapide et plus nerveuse, ayant de fait perdu quelques secondes au passage. Un bon second jet, porté par le chant hargneux de Mille Petrozza, à défaut de transcender la version précédente qui contenait plus de noirceur.

L’intérêt du EP réside plus particulièrement dans ses deux inédits, donnant un avant-goût du terrible Pleasure to Kill, qui sortira à trois mois d’intervalle. En une seule année, Kreator a considérablement gagné en personnalité et en maturité. L’ombre de Venom disparait tandis que la construction des morceaux s’étoffe, les deux plages tournant notamment autour des 6/7 minutes. Take Their Lives est un vrai tour de force, bénéficiant d’une articulation solide et d’un riffing redoutable, particulièrement assassin lors de sa relance, lorsque les lignes de guitares de Mille de superposent et se nuancent par leur différence de tonalité, plongeant l’auditeur au cœur d’un véritable thriller. Un peu plus long, Awakening of the Gods est un morceau à l’architecture tout aussi imposante, nous montrant tout le génie de Mille et l’entente parfaite avec son batteur Ventor qui, cette fois, laisse la totalité des titres au chant enragé de notre furieux frontman.

Sans compter sa reprise éponyme, Flag of Hate est très bon EP de transition dévoilant deux morceaux d’un thrashmetal inattaquable, préfigurant déjà l’invincibilité de Pleasure to Kill, cette association meurtrière entre l’ingénieur du son Harris Johns et un Kreator au sommet de sa forme.

Fabien.

> - Les commentaires -, Kreator — admin @ 12:25

11 avril 2013