Altars of Fab' Death

Massacra : Signs Of The Decline

Il fut un temps où la scène française était dominée par des groupes comme Crusher, Agressor, Mercyless… Si certains comme No Return ou Loudblast font encore parler la poudre, beaucoup d’autres en revanche ont disparu. Restent leurs albums, magnifiques témoignages d’une époque révolue (hoooo…).

Massacra… Le nom du groupe peut faire sourir les jeunes metaleux, mais je vous jure que le premier qui en rigole devant moi a mon pied au c… J’avoue que j’aurai du mal a rester objectif quand à leur musique car ce groupe represente plus que de simples albums, c’est toute ma jeunesse, des souvenirs, des suites en pagailles aussi… Pour moi Massacra est au death metal ce que la bière est à un concert : indispensable !

Bon, la zique… Signs of the Decline, sorti en 1992 est la troisième réaisation du groupe. Leur premier album Final Holocaust était typique d’une première réalisation : direct, instentané, impulsif, un peu dans l’esprit des premiers albums de Kreator mais en version death. Leur deuxième opus, Enjoy the Violence proposait des compos plus travaillées avec d’avantage d’ambiance, des parties lentes, bref, une brutalité mieux controlée. Quand à ce troisième, mamamia !!!

Massacra a parfaitement trouvé son équilibre et renforce la bestialité de ses compositions par des breaks incessants, des constructions hyper tordues mais complaitement maîtrisées. Je ne me suis pas amusé à compter le nombre de riffs par morceaux mais c’est assez affolant. Beaucoup de ces riffs restent impregnés de l’esprit thrash des années 80 et c’est une invitation permanene au head-banging, d’autant que tous les morceaux sans exeption sont bons. Faîtes vous sauter en priorité les tympans sur Civilization in Regression (avec ses breaks incensés), Excruciating Commands et Evidence of Abominations qui ouvre l’album de façon magistrale. Rien que les titres, ça en dit long !

La haine dégagée par cette oeuvre est pénetrante, les vocaux de possédé y sont pour beaucoup. Ecoutez Mortify The Flesh et vous comprendrez mieux ce que je veux dire. Un détail m’a toujours un peu gonflé par contre, ce sont les solos de grattes systématiquement éxecutés à la wha-wha. Question de goûts, mais c’est en décalage avec les compos je trouve. Mais bon, c’est un détail !

Avec ses deux réalisations suivantes le groupe calmera considérablement son jeu en s’essayant à un style plus accessible, plus “thrashy”, ce qui lui vaudra de perdre beaucoup de fans de la première heure, même si les albums en question n’étaient pas mauvais. Le guitariste Fred Death est décedé il y a quelques années et le groupe est en silence depuis. A ma connaissance aucune reformation n’est à ce jour prévue. En tout cas, Signs of the Decline est rangé dans ma discothèque avec Contaminations Rise de No Return, Sublime Dementia de Loudblast et Neverending Destiny d’Agressor.

Tonio (www.spirit-of-metal.com)

Ayant découvert Massacra à la sortie de Final Holocaust début 1990, j’ai toujours eu une préférence pour ses deux premiers albums. Sign Of The Decline reste toutefois un classique, clôturant parfaitement la trilogie death metal culte de la formation parisienne. Ces trois disques renferment une rage débordante, que peu de groupes ont dégagée depuis. Fabien.

> - Les guests -, Massacra — fabien @ 3:30

31 juillet 2007