Altars of Fab' Death

Monolith (UK) : Tales of the Macabre

Monolith (UK) : Tales of the MacabreLabel éclectique londonnien, Vinyl Solution a déniché de nombreux talents durant la seconde partie des eighties, comme Bolt Thrower, Cancer, Cerebral Fix, Macabre, Energetic Krusher ou Bomb Everything, avant de décélérer progressivement, puis de stopper son activité après 94. L’une de ses dernières signatures est le groupe de deathmetal Monolith, formé initialement en 1990 dans le Yorkshire sous le nom de Catalepsy et auteur de la demo-tape Faces of Death. Incluant notamment dans ses rangs le jeune batteur Nick Barker (au palmarès aujourd’hui impressionnant), le quintette adopte son second patronyme à l’occasion de son vinyle EP 2 titres Sleep with the Dead, paru chez Cacophonous Records en 1992, puis se dirige en studio l’année suivante pour la capture de son premier album Tales of the Macabre. En revanche, ne cherchez pas la pochette de cette référence SOL36 de Vinyl Solution, puisque seules quelques versions test ont été pressées en vinyle, l’album n’ayant officiellement jamais vu le jour, Monolith jetant d’ailleurs l’éponge peu de temps après, tout comme son label.

Modestement enregistré, Tales of the Macabre est une album de deathmetal assez classique, bâti sur des rythmes majoritairement lourds, parfois tapageurs, des guitares à l’accordage aussi bas que terre, supportant un growl relativement caverneux. Le tout sonne grosso-modo comme une version plus lente et moins puissante des deux premiers albums cultes de Grave, quelques nappes de claviers bienvenues complétant par ailleurs idéalement cette atmosphère de mort. Comme Monolith s’est rapidement séparé (Nick Barker rejoignant notamment les rangs de Cradle of Filth), et que Vinyl Solution reste toujours aussi réfractaire à la cession de ses droits, il reste donc l’unique moyen de se procurer un des rares vinyles en circulation (autant attendre le crash d’un airbus à ses pieds), ou bien de recourir au téléchargement de l’œuvre sagement déposée sur le web il y a plusieurs années, par un quidam mille fois béni pour son action d’intérêt publique.

Fabien.

> - Les commentaires -, Monolith — admin @ 12:46

24 avril 2013