Altars of Fab' Death

Necros Christos : Doom of the Occult

Necros Christos : Doom of the OccultQuatre années suivant son immense messe noire Triune Impurity Rites ayant mis de nombreux blackdeathsters sur les genoux, Mors Dalos Ra et ses sbires reviennent pour une nouvelle célébration du Malin baptisée Doom of the Occult, idéalement imagée par l’illustration de la destruction des villes de Sodome et Gomorrhe par John Martin (1832). On retrouve ainsi une construction basée autour de neuf pièces maîtresses d’obédience deathmetal, reparties en cinq chapitres ayant chacun son portail et ses différentes interludes.

Interprétés avec différents instruments traditionnels (flûte, târ, setâr, qanûn, guitares acoustiques et percussions), les portails (Gate) sont les passages entre chaque invocation, renfermant une douceur et des parfums d’orient enivrants (à l’image des superbes Gate II et III qui entourent le titre central Doom of Kali Ma) pour donner une coloration si singulière à l’ensemble. Le climat se veut en revanche beaucoup plus sombre lors des interludes aux claviers (Temple) déposés avant chaque morceau, annonçant l’arrivée du deathmetal lourd et occulte de Necros Christos.

On retrouve ainsi cette batterie lente & puissante s’autorisant tout juste quelques blast-beats au début de Doom of Kali Ma, et ces guitares massives & blessantes, guidant le chant d’outre tombe & solennel de Mors Dalos Ra. Chaque titre renferme en outre l’élément qui le distingue, à l’image du riffing entêtant de Kingly Tomba, des soli saisissants de Sarkum Phagum & Necromantic Nun ou des choeurs dramatiques d’Embalmed Deceased, bien que le culte ne puisse être aussi complet sans les nombreuses plages instrumentales indissociables des morceaux doom/deathmetal.

Particulièrement chargé en symboles, Doom of the Occult doit donc être considéré comme un tout et non comme un simple album de deathmetal qui, découpé ou placé hors de son contexte perd une grande partie de son essence. Imperturbable et inimitable, Necros Christos parvient ainsi à façonner une nouvelle pièce mystique qui envoutera et déstabilisera pour une éternité les deathsters parvenant à s’immerger au coeur de cette procession. Les disciples s’étant déjà prosternés devant la puissance occulte de Triune Impurity Rites risquent toutefois d’avoir le sentiment d’assister à quelques choses près au même rituel diabolique, une force du riff légèrement en retrait au profit de saveurs orientales plus riches et toujours plus exquises.

Fabien.

> - Les chroniques -, Necros Christos — admin @ 1:24

26 mars 2011