Altars of Fab' Death

Pyaemia : Cerebral Cereal

Pyaemia : Cerebral CerealFondé en 1995 en Hollande autour de Joel Sta (actuellement au sein de Neurotic Records), Pyaemia attire l’attention d’Erik & Jacoby (Deeds Of Flesh), suite à son EP Cranial Blowout, rejoignant ainsi leur jeune label Unique Leader. Le groupe rentre dès lors aux Studios Excess (Gorefest, Sinister) en Octobre 2000, précédant de peu ses amis de Disavowed, pour les sessions de son premier album, finement baptisé Cerebral Cereal et muni d’une illustration abjecte de l’inévitable Jon Zig.

A l’image de la marque de respect décernée à l’incontournable Suffocation sur le livret CD, Pyaemia affiche clairement les influences du groupe new yorkais, à l’instar de ses homonymes californiens de Deeds Of Flesh & Disgorge, et de ses compatriotes de Disavowed & Severe Torture. Evoluant parallèlement au sein de Disavowed, Robbe V. distribue ainsi des rythmiques terriblement précises, soutenant la basse complexe de Frank, les riffs superposés de Joel & Anton, et le guttural caverneux de Joel.

Depuis le très bon Mucus And Bile jusqu’à l’évocateur Everlasting Torture, Pyaemia reste ainsi le pied au plancher durant une demi-heure, bombardant avec une brutalité manifeste. Le groupe ne relâche en effet pas un instant, stoppant uniquement ses blasts au profit d’un double pédalage particulièrement meurtrier, instaurant fatalement une certaine linéarité dans ses compositions, sans délivrer dès lors de titre se démarquant véritablement du lot.

Bénéficiant d’un enregistrement de Hans Pieter clair et profond, Cerebral Cereal se résume ainsi en un martelage en règle convaincant, sans toutefois bouleverser les codes du genre établi par Suffocation. S’alignant simplement (mais parfaitement) sur le death brutal & étouffant de ses glorieux ainés, Pyaemia délectera à ce titre les tympans des brutes musicales, acquises à la cause de Disavowed et de Deeds Of Flesh.

Fabien.

> - Les chroniques -, Pyaemia — admin @ 2:00

21 mars 2008