Altars of Fab' Death

Regurgitate : Sickening Bliss

Regurgitate : Sickening BlissL’année 2006 représente un bon cru pour la scène grindcore, grâce aux skeuds meurtriers de Blockheads, Coldworker, Cretin, Gadget, General Surgery, Napalm Death et Regurgitate. Ce style souvent pris à la rigolade, accumule pourtant les références. Bref, penchons nous sur le missile de Regurgitate, le redoutable Sickening Bliss, réunissant les non moins célèbres Urban Skitt de Nasum & Glenn Sykes de General Surgery. Sa pochette très réussie, douce de loin et loin d’être douce, indique de suite l’ambiance générale du contenu, se résumant en un grind incroyablement brutal, mais montrant parallèlement une certaine évolution.

Tout en restant dans un trip très grind, Sickening Bliss affiche en effet des titres (un peu) plus longs et mieux construits, permettant une meilleure digestion de l’ensemble, le rendant ainsi beaucoup plus intéressant. Au sein d’un titre, Regurgitate prend désormais le temps de développer plusieurs idées, alternant intelligemment l’hyper brutalité des blasts de Jocke, à des breaks l’une lourdeur exceptionnelle. Le tracklist est également très judicieux, juxtaposant des titres lourds et hémoglobineux, comme l’excellent Sadictic Hateful Scum, à d’autre rapides & teigneux, à l’image de l’insoutenable Hacksaw Hysterectomy, pour finir sur le redoutable Catatonic Possession, et son ralentissement final du meilleur effet, sur les guitares lancinantes d’Urban Skitt.

Par ailleurs, les vocaux de Rikard sont très brutaux, mais également très variés, tantôt rageurs, tantôt vomitifs, à l’instar du savoir faire du grand Carcass dans ce domaine. Enfin côté son, Regurgitate privilégie cette fois l’alliance d’un son très puissant et d’une teinte old school délicieuse, renforçant le climat crade et puant, tout en restant très limpide.

Sickening Bliss est un album incontournable pour les grindeurs et les amateurs de death metal cradingue, mais son extrême brutalité repoussera certainement les autres métalleux, qui ne pourront s’empêcher d’y trouver un maximum de linéarité. Par contre, pour les premiers auditeurs cités, notamment les fans du gore-grind Carcassien (early), l’album ne représente que du bonheur !

Fabien.

> - Les chroniques -, Regurgitate — admin @ 2:00

29 avril 2007