Altars of Fab' Death

Samael : Worship Him

Samael : Worship HimAlors que l’on croyait le blackmetal d’Under the Sign of the Black Mark (Bathory) définitivement enterré, gommé par la suprématie insolente du deathmetal de 1988 à 1990, Samael ravive pourtant la flamme du mouvement, grâce à son album Worship Him en 1991. Le trio helvète se forme en 1987 et après plusieurs démos, décroche un contrat avec le jeune label Osmose Productions, qui réalise alors sa toute première signature. Enregistré au Taurus Studio en mars 1990, le premier disque de la formation sort ainsi tardivement, au mois d’avril de l’année suivante.

D’inspiration Bathory et Celtic Frost évidente, Worship Him distille un blackmetal middle tempo relativement primaire, servant ses paroles sataniques, à l’image de son titre pour le moins évocateur. Dès l’ouverture de Sleep Of Death, Samael dégage une ambiance occulte et oppressante, qui ne faiblit pas tout au long de l’album, renforcée par les vocaux très noirs de Vorphalack.

Depuis l’obscur Morbid Metal jusqu’au mystique (et désormais classique) Into The Pentagram, en passant par l’instrumental Rite Of Chluthu, le black minimaliste de Samael s’avère ainsi convaincant, sans chambouler toutefois l’ordre établi par le standard Under the Sign of the Black Mark, quatre années auparavant. Parfois même poussif et un brin répétitif, Worship Him séduit en revanche par la noirceur et la lourdeur de ses atmosphères.

Manifeste de magie noire et témoignage d’une véritable vénération au malin, Worship Him représente ainsi le retour du black que beaucoup d’âmes sombres attendaient, imposant son art noir et cru, et s’opposant fièrement au règne du deathmetal, que l’on croyait pourtant indétrônable. Véritable détonateur de la scène désormais baptisée revival black, Samael ouvre ainsi les portes aux formations scandinaves telle que Beherit, Immortal ou Darkthrone, qui scelleront définitivement l’essence pure et underground du style, aujourd’hui incontournable.

Fabien.

> - Les chroniques -, Samael — admin @ 2:00

9 janvier 2008