Altars of Fab' Death

Sodom : Expurse of Sodomy

Sodom : Expurse of Sodomy

Capturé à deux reprises dans deux studios différents, Obsessed by Cruelty a connu deux enregistrements en demi-teinte qui n’ont guère satisfait le groupe ni son label, sans compter le cafouillage de Steamhammer au moment du pressage, puisque les deux versions ont parallèlement atterri dans les bacs européen et nord-américain. Désormais épaulés par le guitariste Frank Blackfire en remplacement de Destructor (Michael Wulf), Tom Angelripper et Chris Witchhunter trouvent enfin le bon ingénieur du son en la personne d’Harris Johns, officiant aux fameux Music Lab Studios de Berlin, où s’enregistre le mythique Pleasure to Kill de Kreator. Le groupe rejoint à son tour les lieux en décembre 1986 pour les sessions d’un EP vinyle 3 titres, Expurse of Sodomy, sobrement représenté par le logo en metal du groupe.

Couple basse / batterie puissant, guitares abrasives, chant rocailleux idéalement mis en valeur, telle est la matérialisation d’une collaboration explosive entre Sodom et Harris Johns, notre ingénieur ayant apporté plus de professionnalisme tout en préservant la couleur anthracite et le côté corrosif si représentatifs du trio à cette époque. Bâtis sur des rythmes rapides, des riffs agressifs, des breaks tranchants et des soli incisifs, Sodomy & Lust et The Conqueror sont deux sacrées pièces du nouveau répertoire de Sodom, mélange imparable entre puissance et noirceur. A l’introduction lourde & tragique, My Atonement plante quant à lui un décor plus dramatique, avant que notre bande retrouve ses instincts meurtriers sur des guitares déchirantes en palm-muting, puis donne plus précisément la parole à son batteur au jeu regorgeant de double pédalage et de roulements de toms, pour un final montant en puissance et conservant une densité considérable. Marquant le début de la collaboration avec Harris Johns et l’arrivée de Frank Blackfire pour un line-up mythique, Expurse of Sodomy est l’annonciateur idéal du terrible Persecution Mania capturé dès octobre 1987 avec la même équipe, album qui reprend en intégralité ce fabuleux EP dès le tout premier pressage en version CD.

Fabien.

> - Les commentaires -, Sodom — admin @ 20:21

10 janvier 2013

Sodom : Agent Orange

Agent Orange marque un virage dans la carrière de Sodom, qui perd quasiment l’aura sombre et malsaine de ses débuts, dont l’apogée reste atteinte sur le culte Persecution Mania, plus noir & agressif. Malgré ses titres de bonne facture, Agent Orange lâche une reprise de Tank aux accents rock prononcés, un Remember The Fallen gentil et mélodique, aux influences Bay Area indéniables, ou encore un Ausgebombt, qui sent l’air d’un hit sur son refrain, avec son tirage en single à l’époque. Le groupe arbore enfin un côté politiquement correct, dédicassant l’album à tous les soldats et civils morts durant les guerres à travers le monde. Cette facette soft de Sodom jure avec le black thrash blasphématoire des débuts, dont les prémices de la fin étaient déjà perceptibles sur Bombenhagel, le dernier titre de Persecution Mania. Reste une myriade de riffs et de passages agressifs & entraînants, un jeu impeccable de Frank Blackfire, qui font en revanche un Agent Orange marquant et réussi. Fabien.

> - Les commentaires -, Sodom — fabien @ 6:20

8 janvier 1989